Comment descendre la Loire en canoë kayak ?

Descendre la Loire en canoé kayak
Descente de la Loire en canoé Kayak / crédit photo : Brieg JAFFRES

Qui n’a jamais rêvé de descendre une rivière sauvage, à l’écart de la civilisation ?

Pas besoin de partir au Canada, c’est possible sur la Loire, fleuve le plus sauvage de France.
Ayant parcouru une petite partie de la Loire en kayak, je partage ici avec vous quelques informations pour vous aider dans votre préparation.

PRESENTATION

La Loire, d’une longueur d’environ 1000 km, prend sa source au Mont Gerbier de Jonc (proche du Puy en Velay) et débouche dans l’Océan Atlantique, à Saint-Nazaire. La première section de 300 km jusqu’à Roanne est technique et demande de l’expérience. En revanche à partir de Roanne la navigation est relativement facile sur 700 km jusqu’à l’embouchure. Il faut compter 3 à 4 semaines pour parcourir l’intégralité de cette deuxième partie. Comptez 15 à 30 kilomètres par jour selon votre embarcation, le courant et votre condition physique.

Carte générale de La Loire

QUELS LIVRES ET CARTES CHOISIR ?

Guide

La Loire vue du fleuve de Jean-François Souchard (Editions Le Canotier) décrivant tout l’itinéraire, est à ma connaissance le seul guide disponible à actuellement.

Il est assez complet avec une introduction donnant de bons conseils généraux. Puis il décrit bien l’itinéraire secteur par secteur à l’aide de cartes et d’un descriptif bien détaillé, tout cela accompagné de photos pour se mettre dans l’ambiance.

Il vous indique entre autres : les obstacles à la navigation, les éventuels dangers, les points de mise à l’eau avec position GPS, les camping, les agglomérations, les gares…

Attention cependant l’échelle des cartes n’est pas toujours la même et n’est pas toujours très fiable. Mais c’est le seul point négatif de ce guide. Personnellement je trouve qu’il est indispensable pour une descente en toute sécurité. La Loire est un fleuve relativement simple à descendre même sans trop d’expérience, mais il est important de connaître à l’avance certaines informations importantes.

Carte

L’idéal serait d’avoir une série de cartes IGN (TOP 25 série bleue) mais il en faudrait un paquet pour couvrir tout l’itinéraire. Optez donc plutôt pour un GPS avec cartographie, ou pour une application comme Iphigénie ou View Ranger pour les visualiser sur un smart phone (View Ranger est gratuit avec des cartes open source moins précises mais qui peuvent être suffisantes). Attention cependant à bien gérer l’autonomie de votre appareil et de le mettre dans une pochette étanche !
Je vous conseille dans tous les cas d’avoir des cartes papier pour avoir une vue d’ensemble de votre parcours. Pour cela vous pouvez opter pour la série d’IGN TOP 100.

Récit d’aventure

Pour vous immerger dans l’aventure, je vous conseille de lire “Aventure en Loire” de Bernard Olivier, relatant sa descente de la Loire, de la source à l’embouchure, d’abord à pied, puis en canoë. Bernard Olivier est un célèbre écrivain voyageur ayant écrit “La longue marche” (récit de son voyage à pied sur la route de la soie) Il est également le fondateur de l’association “Seuil”

 

 

OU DORMIR ?

C’est le type d’aventure idéale pour une immersion nature :). Le bivouac sauvage ne pose pas de problème, vous serez souvent seul au monde. La recherche d’un bon bivouac peut prendre un peu de temps dans certaines parties, mais on finit toujours par trouver un coin sympa. Vous avez souvent le choix de camper sur la berge “civilisée” ou sur une île (tranquillité absolue !) Attention de remonter assez haut sur la berge pour planter la tente. Ne laissez pas non plus votre embarcation au ras de l’eau car le niveau d’eau peut monter sensiblement en cas d’orage ou en cas de lâcher de barrage.

camping sur La Loire

L’itinéraire est également jalonné de plusieurs campings si vous souhaitez un peu plus de confort.
Pour ceux qui opteraient pour l’hôtel, il faudra prévoir des étapes bien précises, un bon cadenas pour votre embarcation et de quoi porter tout votre matériel jusqu’au village voisin qui peut être un peu éloigné du fleuve (un peu galère je pense).

OU SE RAVITAILLER ?

Vous pouvez vous ravitailler facilement au moins tous les 2 à 3 jours dans les villes et villages qui se trouvent le long du fleuve. Cela nécessite de garder l’embarcation sous surveillance, ce qui sera compliqué si vous partez seul. Si vous choisissez de partir en autonomie complète, vous pouvez être à un peu moins de 1 Kg par jour et par personne en optimisant bien le rapport poids/calories des aliments (un peu moins de 500g pour un enfant de 7 ans). Je peux faire un article sur ce sujet. Si cela vous intéresse, laissez un commentaire !

COMMENT FAIRE POUR L’EAU POTABLE ?

L’eau potable n’est pas très accessible, il faut laisser l’embarcation et aller dans les villages. Vous pouvez emporter un bon stock d’eau (en bouteille ou en Jérrican) mais vous allez alourdir votre chargement, ce qui sera plus pénible pour remonter votre embarcation le soir sur la berge ou pour faire un portage pour passer un barrage.

Ou alors vous pouvez opter pour le filtre à eau pour être complètement autonome (c’est ce que j’ai fait). Vous avez de l’eau à volonté dans le fleuve, le filtre permet de rendre cette eau potable. Mais un filtre coûte relativement cher. Les premiers modèles sérieux commence aux environs de 100 euros. Si vous souhaitez investir pour toute votre vie dans le top du filtre à eau voici le modèle qu’il vous faut :

Katadyn “filtre à eau de poche” Je l’ai utilisé pendant 2 ans quasiment quotidiennement lors de mon tour du monde à vélo et je n’en suis pas déçu !
Pour la douche et la vaisselle utilisez l’eau du fleuve. Attention cependant de ne pas utiliser de shampoing ou de liquide vaisselle polluants. Moi j’utilise du savon de Marseille pour tout faire, même pour la vaisselle ça marche très bien !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Récit : 3 jours de kayak sur La Vilaine

 

 

 

QUAND PARTIR ?

Le printemps (avril à mai) peut être pluvieux, la température de l’eau est encore fraîche, le niveau du fleuve peut être également assez élevé avec un courant relativement fort (les conditions peuvent être très changeantes en fonction des précipitations).
Le début de l’été (début juin a mi-juillet) est la période idéale. Il fait beau normalement 🙂 . La température de l’eau est agréable pour la douche, le courant n’est pas trop fort et le niveau du fleuve n’est pas encore trop bas, contrairement à la deuxième partie de l’été (de mi-juillet à fin Aout) ou le niveau plus bas de l’eau peut poser des difficultés. Attention à l’automne qui peut être pluvieux.

Heures de lever et de coucher du soleil

Au début de l’été vous profiterez de très longues journées !
Par exemple au 1er Juillet à Roanne : le soleil se lève à 05h57 et se couche à 21h38

Le vent

Attention il ne faut pas le négliger même en été. Malheureusement le vent dominant vient du Nord Ouest. C’est à dire qu’il est la plupart du temps contraire à votre sens de progression. Bon, dans tous les cas vous n’allez pas parcourir le fleuve dans l’autre sens à contre courant, il faut donc faire avec. La gène occasionnée par le vent sera plus ou moins importante en fonction de l’embarcation que vous choisirez. Et justement quelle embarcation choisir ?

QUELLE EMBARCATION CHOISIR ?

Je vous donne ici mon avis et les différents avantages et inconvénients pour chaque option.

Canoë

Embarcations ouvertes pouvant accueillir 1 à 4 personnes. C’est une bonne option, surtout si vous êtes en famille (sauf au niveau de l’embouchure où la navigation devient maritime). Ces embarcations ne craignent pas trop l’échouement, elles peuvent franchir les passages délicats assez facilement. L’embarquement et le débarquement sont pratiques et le matériel est accessible.
En revanche, les canoës ne sont pas très rapides, car ils sont larges et hauts sur l’eau. Ils ont donc une prise au vent importante (il faudra forcer pour avancer face au vent). Attention à bien sécuriser le matériel, sinon vous perdrez tout en cas de chavirage…
Avant mon départ j’avais sélectionné deux modèles de canoës, adaptés pour deux personnes et ayant fait leurs preuves :
– Le canoë Ranger 162 de chez Venture
– Le canoë Discovery 158 de chez Old Town

Kayak en fibre ou en plastique

C’est aussi une bonne option si la vitesse est un critère important pour vous. Ces bateaux ont une bonne glisse sur l’eau et on peu de prise au vent. Privilégiez plutôt les kayaks fermés si vous souhaitez un bateau rapide et confortable. Privilégiez plutôt les kayaks ouverts (sit-on-top) si vous souhaitez un bateau plus sécurisant en cas de chavirage et plus costaud. Les sit-on-top ne sont pas très rapides, mais ce sont sûrement les embarcations les plus polyvalentes pour descendre la Loire. Attention un long kayak de mer ne convient pas vraiment pour franchir les passes à canoës.

Canoë/Kayak gonflable

Ces bateaux sont lents, par contre ils tolèrent bien l’échouement et passent très bien les passages délicats. L’un de leurs gros avantages est que vous pouvez les transporter dans le train ou le bus. Si vous optez pour cette option, choisissez un bateau solide. Gumotex est un des leaders sur le marché.

Kayak pliant

Ne faites pas la même erreur que moi ! Ce sont de super bateaux, mais ils ne sont pas vraiment adaptés à la Loire. Ces kayaks sont assez fragiles et ne sont pas prévus pour s’échouer ou passer les passages délicats. Bon, au final je ne l’ai pas trop abîmé, mais j’ai dû sortir le bateau quasiment à chaque passage délicat et j’ai stressé plus d’une fois quand je voyais le fond défiler à quelques centimètres sous mon kayak… Parfois ça a touché !

Si vous n’avez pas l’embarcation appropriée vous pouvez en louer. Certains organismes peuvent vous déposer au point de départ et vous récupérer à la fin de votre périple. En fonction de la section que vous voulez descendre, vous pouvez contacter par exemple :

Dans tous les cas et surtout si vous êtes seul et/ou chargé, n’oubliez pas de prendre un chariot assez costaud pour pouvoir faire rouler votre embarcation.

QUEL MATERIEL FAUT-IL EMPORTER ?

Si vous souhaitez recevoir la liste du matériel nécessaire, vous pouvez me laisser votre email en cliquant sur ce lien. Je vous enverrai un mail avec un fichier, que vous pourrez adapter en fonction de vos besoins.

SECURITE ET NAVIGATION

-La règle la plus importante est de bien anticiper le passage des ponts et des quelques passages délicats. Dans le doute débarquez à terre pour aller repérer le passage. Il y a parfois des barrages infranchissables où le portage est obligatoire.

Loire passage délicat après Diou

-Soyez toujours vigilant, dans certaines section du fleuve de nombreux troncs d’arbres ou branches se cachent juste sous la surface. S’il y a du courant vous pourrez les repérer grâce aux remous qu’ils forment.

La force du courant est variable en fonction des endroits, il est parfois très faible, mais ne minimisez pas sa force, il est souvent plus fort que ce que l’on croit.

-Vous vous échouerez au moins une fois (à moins que le niveau d’eau soit haut). Il y a beaucoup de bancs de sable, ou des fonds de petits galets sur lesquelles il n’y a que quelques centimètres d’eau.

Il y a trois techniques pour les éviter :
La première est de passer toujours sur le côté extérieur des virages car le courant creuse le fond sur ce côté, parfois sur une largeur de quelques mètres seulement. Mais ce n’est pas toujours si évident et parfois on se fait coincer. Dans tout les cas pas de panique, il suffit de sortir de l’embarcation pour l’alléger (sans la perdre :)) et de rejoindre une zone plus profonde. Attention les bancs de sable peuvent s’arrêter net et sont instables sur les bords. Vous pouvez avoir de l’eau aux chevilles et un mètre plus loin vous n’avez plus pied !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  La Loire en kayak de Roanne à Nevers

La deuxième technique est de viser la pointe du “V” inversé dans les zones de courant ou vous verrez des remous. C’est la que vous aurez le plus d’eau.

La troisième est de faire le bon choix quand une île sépare le fleuve en deux. Choisissez le bras le plus large. Ce choix n’est pas toujours facile, il faut parfois y aller à l’instinct !

Si vous achetez le guide “La Loire vue du fleuve” lisez bien la première partie qui vous donne des informations supplémentaires concernant la sécurité.

PEUT-ON DESCENDRE LA LOIRE AVEC DES ENFANTS ?

La descente de la Loire peut se faire avec des enfants ayant un bon niveau de natation. Cela n’empêche pas le port obligatoire du gilet de sauvetage. Et si vous voulez que votre enfant le porte, le plus simple est de montrer l’exemple. Vous savez ce qu’il vous reste à faire 🙂 . A mon avis 7/8 ans est un minimum pour une descente en sécurité.

Descendre La Loire avec des enfants

Gardez en tête qu’à cet âge, ils ne pagaieront pas beaucoup et pourront s’ennuyer assez vite. Il ne faut donc pas hésiter à multiplier les pauses. Pensez également à bien les protéger du soleil, la réverbération est très forte sur l’eau. La plupart des enfants adorent la vie au grand air, c’est l’occasion de vivre des moments vraiment privilégiés avec eux.

Ma fille a adorée. Elle à passée une grande partie de son temps à capturer des petites bêtes dans sa boite d’observation quand nous étions à terre, puis à les observer pendant la navigation et à les relâcher à la pause suivante.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Le problème principal d’une descente de rivière, c’est que l’on part d’un point D (départ) et qu’on arrive avec tout son matériel à un point A (arrivée). Donc :
-Soit vous laissez un véhicule au point D et arrivé au point A un des coéquipiers prend le train pour récupérer le véhicule.
-Soit vous venez en train ou en bus si vous avez une embarcation gonflable.
-Soit vous faites appel à un loueur qui vous amène au point de départ et vous reprend à votre point d’arrivée.

COMBIEN CA COÛTE ?

Pour calculer votre budget vous devez prendre en compte :

-Votre budget déplacement entre chez vous et la Loire (+ retour au point de départ si vous devez récupérer une voiture).

-Votre budget achat ou location du canoé/kayak et de son matériel : Cela peut être très variable, mais vous pouvez trouver des canoës d’occasion à partir de 200/300 euros. Comptez au total 500 euros minimum avec les pagaies, les gilets, les sacs ou les bidons étanches et le petit matériel nécessaire.
Pour une location de 5 jours comptez environ 100 euros par personne.

-Votre budget hébergement : les bivouacs sont gratuits. Pour les campings comptez environ 15 à 20 euros par nuit pour deux personnes.

-Votre budget nourriture : Il sera sensiblement égal à ce que vous dépenseriez chez vous, sauf si vous manger du lyophilisé qui coûte plus cher.

Additionnez tout ça pour obtenir votre budget total !

TRUCS ET ASTUCES

-Pour bien se repérer et ne pas perdre le fil du fleuve c’est très simple, il suffit de bien repérer les ponts. Quand vous franchissez le premier vous le barrer sur votre carte, puis vous regarder sur la carte où est le prochain pour calculer à peu près quand est-ce que vous le franchirez et vous le barrez également à son passage et ainsi de suite…

-En été, il peut y avoir une prolifération d’algues à fleurs blanches sur le fleuve qui peuvent être un peut gênantes pour naviguer. Il faut essayer de repérer les zones les plus libres comme une navigation dans la banquise 🙂

Algues dans La Loire

-Si vous êtes meilleur pêcheur que moi, pensez à prendre de quoi attraper du poisson, (attention il faut un permis de pêche) et une petite grille, c’est toujours sympa d’avoir du frais à manger.

-Protégez bien tout votre matériel de l’eau. Utilisez pour cela des sacs étanches, (ils sont plus ou moins étanches en cas de chavirage) et des bidons étanches, qui eux sont complètement étanches.

Voilà, j’espère que cet article vous servira. Bonne navigation à tous et racontez-moi votre expérience en commentaires ! Si vous avez des remarques ou des infos à ajouter, n’hésitez surtout pas à écrire également un commentaire. Ce blog est fait pour partager…

Si vous souhaitez des informations plus précises sur la section que j’ai descendue, de Roanne à Nevers, je vous invites à lire mon article ” La Loire en kayak de Roanne à Nevers “

Je sens que vous êtes prêt à partir 😉 ! Alors, Voici la liste du matériel à prévoir pour descendre la Loire, je vous l’offre c’est gratuit ! Téléchargez la liste en cliquant sur ce lien : Liste de matériel pour descendre la Loire en Kayak

A très vite !

Recherches utilisées pour trouver cet article :kayak: a quel moment naviguer en loire, la loire en canoe, descente loire canoe, https://yandex ru/clck/jsredir?from=yandex ru;search;web;;&text=&etext=1824 83Y3mkn4XaE6l6Pub5AuNn6oPNTBHnWTGGtoICEt4BeCRaO5LSdywNe5lEMmYMaA 20e6d0b9169182d1ea18516daba129e5294a7806&uuid=&state=_BLhILn4SxNIvvL0W45KSic66uCIg23qh8iRG98qeIXme, descente loire en canoe sur plusieurs jours en autonomie, descente de la loire en canoe-kayak loiret, descente de la loire en barque, déplacement en canoe kilometres par jour, carte de la loire, canoe nantes loire
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    36
    Partages
  • 36
  •  
  •  
  •  

55 Comments

      • Salut Brieg,

        Non pas vraiment mais ca m’interesse toujours, j’aime beaucoup partir en autonomie complete. L’an dernier on a descendu une riviere en Alaska pendant 10 jours c’etait genial.
        La Loire ca fait un moment que j’y penses, ton article me conforte dans cette idée =)

  1. Site découvert au hasard en cherchant comment partir en randonnée avec notre propre matériel, ça donne envie !

    On prendra le temps de voir si on se lance….pas avant l’an prochain !

    On pratique régulièrement le canoë en mer, on cherche principalement la bonne vague, avec un matériel tout simple, acheté d’occasion. Matériel profilé rivière et mer, il nous arrive donc aussi de pratiquer en rivière.

    Compliqué avec un matériel de 4.30 m de franchir les passes à canoë ?

    • Bonjour Dominique,

      Bienvenue sur mon blog !
      Quel canoë/kayak avez-vous exactement ?
      Une embarcation de 4.30 m est plutôt courte, cela ne devrait pas poser trop de problèmes.
      Mais cela dépend surtout du matériaux de votre bateau ; polyéthylène, résine, pliant, gonflable.
      Dans tout les cas il y a presque toujours possibilité de contourner l’obstacle par la terre.
      Dites nous en plus…

      • Bonjour Brieg,

        Nous avons un canoë ORCA polyéthylène 2 places, et un chariot de transport correct nous permettant de bien rouler à terre 🙂

        On s’est procuré le guide “la Loire vue du fleuve ; ça a été notre livre de chevet pendant nos vacances en moyenne montagne cette année…..pour préparer les prochaines vacances !

        Ca semble bien parti pour une découverte de la Loire en 2018…..ne serait-ce que pour tester notre capacité à partir en relative autonomie !

        Bat,
        Dominique

        • Bonjour Dominique,

          Je pense que c’est un bon bateau pour descendre la Loire, le polyéthylène ne craint pas grand chose.
          Les embarcations en polyéthylène ne sont pas les plus rapides, mais elles sont assez tout terrain.
          Bonne préparation alors !

          • Ca y est ! nous l’avons fait ! On vient tout juste de rentrer
            Bon un tout petit bout seulement de la Loire, une opération du genou peu de temps avant de partir mais surtout la météo défavorable ont eu raison de notre objectif.
            Départ La Charité sur Loire (on recommande le camping municipal pour laisser la voiture en garage mort) – périple stoppé à Amboise au lieu d’Angers, objectif initial….
            Une météo exécrable, orages tous les jours….avec des pagaies carbone, c’est pas le top ! Mais on en a fait notre affaire, en gardant la bonne humeur.
            Un seul bivouac, reste du temps en camping vu les intempéries.
            Le kayak en polyéthylène est effectivement un vrai baroudeur, et comme on ne cherchait pas de performance, c’était parfait.
            Merci de nous avoir donné envie de tester nos capacités sur ce fleuve Brieg !!!
            Quelques petits ajustements / guide La Loire vue du fleuve :
            – les campings annoncés rives gauche ou droite n’ont pas forcément d’accès kayak,ça peut être un peu sportif (mais ça met du piment à la fin de journée)
            – barrage Dampierre : il n’y a plus de chenal matérialisé par des bouées, bien rester rive gauche, la débarque est juste au niveau du barrage
            – passages ancien barrage et pont de Blois facilités par un “désempierrement” récent ; merci le canoë club de Vineuil pour ces infos
            On a envie de revivre l’expérience mais sur une distance plus longue et avec un max de bivouacs !
            Bon courage pour les derniers préparatifs d’Himmakayak, on a hâte de te lire !

          • Super !
            Merci Dominique pour votre retour d’expérience et les petites précisions qui seront utiles aux autres.
            Je publie un petit article très prochainement pour vous tenir au courant des préparatifs d’Himmakayak…
            A+
            Brieg

        • Bonjour , votre projet de descente de la Loire cette année tient toujours ? De quel endroit pensez-vous partir et quel mois ? En ce moment la Loire est encore très haute et le temps n’est pas au top , moi je comptais le faire ce mois-ci mais j’ai différé pour le 9 aout avec départ du Puy en Velay , mais la reconnaissance que j’ai faite fin mai m’a montré une Loire très vive qui me fait douter de mes capacité à naviguer dans une eau aussi impétueuse . Comme je pars seul , je cherchai des personnes qui avaient le même projet pour le réaliser en commun . Merci pour votre réponse

  2. Bonjour Brieg,

    Plein d’info utiles… Nous allons descendre 3 jours la Loire aux alentours d’Orléans. je tente de joindre sans succès la capitainerie d’Orléans au numéro renseigné par la Mairie – enfin Orléans métropole ;-)- depuis 5 jours. Nous sommes équipé q’un Kayak en polyéthylène une place et d’une barque de pêche non motorisée, la navigation sur la Loire est-elle libre? y at-il a ta connaissance des démarches administratives préalables à la mise à l’eau?

    • Bonjour Jonathan,

      A ma connaissance il n’y a aucune démarche administrative à effectuer pour se mettre à l’eau et naviguer à la rame sur la Loire.
      Tu trouveras quelques éléments de réponse ici

      Bonne navigation !

      • Je n’en reviens pas de ta réactivité vs le manque d’informations et de connaissances des autorités compétentes. Après m’être perdu dans les méandres de l’administration, ton aide m’aura été précieuse.

        Quand les dilettantes font mieux que les pros. MERCI A TOI
        Dès mon retour j’alimenterai ton blog avec notre expérience certes courtes mais qui pourrait tout de même en inspirer d’autres.
        bàt
        Jonathan

  3. j’ai descendu la Loire de PUY en VELAY à SAINT NAZAIRE au printemps 2017 avec mon kayak de mer , si vous souhaitez des infos pas de problèmes je vous répondrai ( j’ai fais la partie mont gerbier de jonc , puy en velay en vélo ) Cela a été une magnifique aventure et une très belle expérience .

    • Bonjour , la question s’adresse à Vincent BRONDY , J’ai le projet de descendre en solitaire la Loire du Puy en Velay jusqu’à Nevers , 2 questions : est-ce que le premier tronçon au départ du Puy est vraiment très technique et exige un très bon niveau , ou pour quelqu’un qui se débrouille ,sans être être particulièrement technique , c’est faisable ? J’ai estimé le temps de descente à 10 jours , est-ce que cela semble raisonnable ? Merci pour votre réponse .

      • Merci Michel pour votre question, en espérant qu’il vous réponde…

        Vincent si tu es là tu as la parole 😉

        Brieg – Besoin d’Aventure

      • Je me permet de vous répondre Michel. Je connais très bien la Loire, si vous le souhaitez vous pouvez me joindre au 0777957339 et je vous donnerai toutes les infos que vous pourrez avoir besoin. Cordialement Joris.

        • Bonjour Joris,

          Je publie votre commentaire, mais le but de ce blog est de partager l’information. J’imagine que vous avez plein de choses à apporter concernant La Loire…
          Merci donc à vous deux, d’échanger dans les commentaires pour faire profiter tout le monde !
          A+
          Brieg – Besoin d’Aventure

      • Bonjour . Désolé pour la réponse tardive . Pour la premiere partie après le Puy ,en ce qui concerne les difficultés c’est du classes 2 avec quelques passages en 3 . il est préférable d’avoir un peu d’expérience en eau vive , surtout avec une embarcation chargé et si possible navigué à plusieurs pour la sécurité .Egalement se renseigner régulièrement sur le niveau d’eau ( vigicru sur internet ) En Principe à partir de juin la Loire est plus calme . Oui c’est possible (avec du bon matos des bras entrainés et une météo favorable) de faire Nevers , Saint Nazaire en 10 jours même un peu moins ( je l’ai fait en moins de 9 jours en juin 2017 ) . Avec des conditions favorables et sur plusieurs sections , on peut faire assez facilement 70 Km par jours em ayant une bonne condition physique . Si vous avec d’autres questions pas de problémes . Cordialement . Vous pouvez regarder sur youtube ma petite video , rechercher ( La Loire kayak 2017) Vincent Brondy

        • Merci Vincent pour se retour d’expérience 😉

          juste une modération concernant les distances :
          Faire 70 km par jour n’est pas à la portée de beaucoup de monde.
          Cela dépend également beaucoup de la météo (vent de face) et du type d’embarcation utilisée.
          Un pagayeur moyen à bon, fera plutôt entre 20 et 40 km.
          Après il y des personnes super entrainées et costauds qui peuvent faire 70 km, je n’en doute pas…

      • Oui Comme j’ai pu l’indiquer , il faut une bonne condition physique et une météo favorables pour faire 70 km par jour , et ce n’est possible que sur certaines sections . au niveau du Puy en Velay c’est beaucoup moins !!! je suis parti très tranquillement en famille et en kayak mer du Puy en Velay .
        Sans entrainement particulier avant le départ , je suis arrivé un peu plus de trois semaines plus tard à Saint Nazaire en super condition physique .

  4. Bonjour tous, je devais faire une partie de la Loire en canoé, de Blois à Saumur….. La rando à était fortement réduite, non pas à cause des ours , des moustiques , des loups, du froid ou de la chaleur mais à cause du VENT que je mets en majuscules…….. “Un sacré problème” m’avait le patron de Loire Kayak (ce n’est pas de la pub ou du moins elle est gratuit, car cette personne n’est pas avare de conseils et de plus très sympa. Un vent à 30 km/h avec des rafales à 50…. Ouf, sacré couloir venteux la Loire, donc renseignez-vous sur les conditions météo avant de partir.

    • Bonjour Olivier,

      Effectivement comme je le précise dans mon article, les vents dominants de secteurs Ouest peuvent freiner la progression de manière très significative.
      Si vous y étiez au mois d’Aout, vue les conditions météo générales, j’imagine que cela n’a pas été très facile…

  5. Bonsoir, c’est l’heure, votre site me conforte dans mon projet.vieux Globe trotter, mais peu de personnes ont conscience que l’aventure est à leur porte, j’envisage de descendre à l’ancienne avec un vrai canoé canadien en bois latté 5mx0.0.98. cela est-il raisonnable?

    • Bonjour Patrick,

      Je n’ai jamais testé ce genre d’embarcation, donc je ne peux pas trop vous donner mon avis.
      Mais je suppose que ça tiens la route… 😉

    • Bonsoir Patrick,

      On a trouvé un magasin sympa : CANOESHOP
      Vendeur de très bon conseil, ne poussant pas à la consommation.
      Contactez-le, il pourra sûrement vous orienter et, si vous êtes Normand, n’hésitez pas à passer le voir au magasin : une vraie caverne d’Ali baba et un contact sympathique, très professionnel uniquement dans le but de vous conduire à la réussite de votre projet.
      En combinant les divers conseils de Brieg et ceux de cette enseigne, vous devriez pouvoir monter votre projet de descente.
      On se croisera peut-être sur la Loire !!

  6. Bonjour,

    Je ne sais pas si ce site est toujours actualisé en 2018 mais je tente ma chance.
    Je souhaiterai descendre une partie de la Loire, de Amboise à Nantes, courant Mai.
    Il est très difficile de trouver des informations et notamment une carte sur laquelle figure les ponts, passage dangereux, les distances… Savez vous ou je pourrai me renseigner?
    Si la réponse est “dans mon livre”, il est en commandé et en attente de livraison.

    De plus, je partirai surement avec un canoë gonflable, type décathlon. C’est jouable ou bien est ce que je dois revoir ma copie?

    Je suis persuadé que cette descente est a ma porté mais le manque d’informations complique la préparation.

    Dans l’attente de vous lire.

    Mathieu D

    • Bonjour Mathieu,

      Oui bien sûr mon blog est actif ! Pleins de projets en cours et pleins d’idées derrière la tête…
      Dans le livre dont je parle dans mes deux articles sur La Loire tu auras les infos sur tout les passages de ponts, passages dangereux et les distances.
      C’est assez sommaire mais suffisant (attention cependant il y a parfois des petites erreurs d’échelle sur les cartes du livre) Mais globalement tu y trouveras ton bonheur 😉
      Oui c’est jouable avec un canoë gonflable, tu iras juste un peu moins vite qu’avec un canoë rigide ou un kayak.
      La descente de La Loire n’est pas très technique, il faut juste bien anticiper le courant et les passages à risques (ponts / rochers)

      Bonne préparation
      Tu va te régaler, j’en suis sûr 😉
      Fais nous un retour quand tu rentres…

      • Bonjour,

        Merci pour ta réponse si rapide et désolé de la lenteur de la mienne. Le travail prend parfois plus de place qu’il ne devrait. Cela dit, c’est peut être cela qui donne l’envie d’aventure.

        Ton livre est en ce moment mon livre de chevet et me permet de définir un peu plus ma descente. Je reviendrai surement vers toi rapidement pour des précisions et avoir ton avis sur un ou deux points.

        Amicalement,

        Mathieu

  7. Bonjour Brieg Merci pour cet article.
    Mon mari voudrait descendre une partie de la Loire en canoë aux vacances de Pâques. Moi je n’ai aucune expérience de l’eau. J’aimerais savoir, même si mes questions sont très “débutantes”…
    -A la mise à l’eau et sortie de l’eau, je suppose qu’on est en dehors du kayak, les pieds dans l’eau… jusqu’à quelle hauteur (genou / cuisses / ?) En fait ma question vise à trouver la tenue vestimentaire adéquate (et chaussures / botillons ).
    -Si l’on veut choisir un segment ‘culturel’ pour passer devant certains château de la Loire, (grosso modo entre Orléans et Tours voir Angers) : penses-tu qu’il existe des solutions pour laisser le canoë le temps de visiter un château et que faire des affaires ? Est-ce faisable ?
    -A ton avis est-ce que la période fin avril début mai est trop tôt, notamment niveau froid, courant, vent…

    Merci pour ton avis ou celui de lecteurs expérimentés

    Bonne soirée,
    Ella J.

    • Bonjour Ella,

      Pour embarquer il faut effectivement mettre les pieds dans l’eau au maximum jusqu’au genoux.
      On peut souvent faire moins, mais les pieds seront mouillés dans tous les cas.
      Des botillons ou des veilles chaussures de sport font l’affaire.
      Pour visiter les chateaux la solution consiste à s’arrêter dans des camping situés le long de la Loire.
      (Il faut les repérer avant) Sinon, mettre un cadenas sur le canoë et prendre avec soi ses affaires précieuses.
      Mais il y a toujours un risque…
      Au printemps c’est toujours le même problème, on est sûr de rien, il peut faire très bon comme il peut faire froid, Le niveau d’eau et le courant dépendront des précipitations avant votre départ. Le vent est aussi aléatoire à cette période.
      Je ne conseillerais pas à quelqu’un avec peu d’expérience de le faire en début de printemps, mais plutôt en été, les conditions seront plus sécurisantes…

      Mais comme je l’ai déjà dis, c’est une période ou ça peut être tout bien ou tout mauvais ou un peu des deux 😉
      Si vous prévoyer une descente à ces dates, il faut prévoir un plan B si jamais les conditions ne sont vraiment pas au rendez-vous.

      Si des experts de la Loire lisent ces lignes, n’hésitez pas à donner votre avis !

  8. Merci Brieg. Nous pourrions donc partir avec une bonne dose de motivation pour le vent le froid etc, et avec un plan B en tête ! Merci pour les infos. Ella J.

  9. Bonjour Brieg,
    Pour commencer merci pour cet article !
    J’ai pour idée de descendre une partie de la Loire (ou de l’allier) en kayak (type gumotex) début juin. L’idée est de faire un peu de camping, pécher et de réaliser une expérience en solitaire sur environ 1 semaine.
    Problème potentiel, quasiment pas d’expérience en kayak. Je me demandais donc si avec un livre comme celui présenté, le matériel de sécurité nécessaire et un peu de bon sens, il est raisonnable de se lancer ?

    • Salut Guillaume,

      Si tu es à l’aise dans l’eau, cela ne me semble pas irraisonnable.
      Mais comme tu le dis, il faut du bon sens… et faire attention !

  10. Salut Brieg,
    Merci pour cet excellent article que j’ai littéralement dévoré. Ma petite femme et moi sommes propriétaire d’un Gumotex Seawave avec option pontage bi-place et gouvernail (excellent gonflable). Nous avons dans l’idee de descendre cette fameuse Loire que je connais mais comme beaucoup, depuis la berge. Il s’agit d’un projet pour la mi-juin l’année prochaine avec pour point de départ Roanne (ou Digoin ça reste à déterminer) avec une arrivée probablement sur Saumur (nous trouvons que la Loire s’elargit sensiblement par la suite il me semble, donc moins sympa pour nous en tous cas). Nous préparons cela petit à petit et notamment en terme de matériel à emporter (bien sûr en bivouac et non en camping) pour une proximité avec le milieu naturel, on y tient vraiment et je pense que c’est bien là tout l’intérêt de ce type d’aventure : l’immersion. Donc niveau matériel, n’ayant que le seawave pour nous 2, je pense qu’il va falloir que je n’achete à la fois que de l’Ultra light et du peu encombrant pour l’ensemble du matos (couchage, popote, camera et autre électronique, chargeur solaire, quelques fringues et nourriture pour 2-3 jours max à renouveler, pour l’eau Katalyn. Sans oublier les produits pour la toilette et autres… Bref, penses tu (si tu connais ce kayak) que c’est faisable à 2 bien sûr en optimisant le poids et le volume. Ça me parait quelques peu difficile personnellement, nous faisons surtout des sorties à la journée ou sur un week end mer ou rivière, pour un tel périple, j’ai un peu du mal à me projeter, si tu as un éventuel avis, je suis preneur.
    PS : Nous avons commandé le livre de J’F Souchard, un premier pas dans l’aventure…
    En tous les cas un grand merci pour ce magnifique article qui rien qu’à la lecture permet de s’évader du quotidien.
    Bien Amicalement
    Philippe

    • Bonjour Philippe,

      Merci pour ton commentaire.
      Je connais ce kayak mais je ne l’ai pas encore essayé. Cependant il y a de grandes chances pour que je l’essaie fin juin.
      Je pourrai donc surement t’en dire un peu plus…
      Quoiqu’il en soit j’ai rencontré un couple sur la Loire qui le faisait avec un tout petit canoë gonflable.
      Comme tu le dis, il faudra pendre uniquement l’essentiel, mais à mon avis c’est jouable, quitte à mettre quelques sacs étanches sur le pont.

      A+

      • Merci beaucoup pour ta réponse.
        Effectivement, le projet étant dans un an, ça nous laisse le temps de bien étudier tout ça et d’optimiser le matériel sur le plan poids/volume.
        Ah chouette, si tu essai le bateau tu pourra juste me dire ton ressenti, ça m’interesse effectivement, nous le trouvons franchement très chouette, après nous n’avons pas de comparaison avec d’autre KG. Affaire à suivre, en tous cas une nouvelle fois un grand merci pour tous ces conseils
        A bientôt
        Amicalement
        Philippe

      • Salut Brieg,
        Juste une petite question si ça ne t’ennuie pas. Voilà à l’heure actuelle, nous avons pour notre seawave une paire de pagaie « commune » Bravo qui fonctionne bien pour des sorties à la journée. Je suis en quête dans le cadre de notre projet de descente de la Loire, de pagaies pour ma moitié et moi même de bien meilleures qualités surtout au niveau du poids. Disons un bon compromis Poids/puissance. Bien que je sois maniaque et hyper précautionneux, le carbone me fait néanmoins peur (fragilité) pour ce type de descente en rivière avec des passages peu voir très peu profonds.
        Aurais-tu quelques conseils voir même un modèle (bien sûr je ne prends pas ça pour de la pub) qui selon toi pourrait convenir. Sur de telles distances, j’aimerai trouver des pagaies correctes en termes de poids surtout.
        Le choix est réellement difficile tant le marché est vaste dans ce domaine. Disons pour un budget max de 200€ par pagaie. Voili voilou, au cas où de par ton expérience tu pouvait m’eclairer, je t’en serai reconnaissant.
        A bientôt
        Amicalement
        Philippe

        • Salut Philippe,

          J’utilise des pagaies en fibre de verre “Sea Touring de la marque Kajak Sport.
          je pense que tu ne trouveras pas meilleur rapport qualité/prix pour ce que tu veux faire.
          Elles ne sont pas lourdes, assez souples mais pas trop pour avancer correctement sans se fatiguer.
          Elles ne craignent pas l’usure si tu touches un peu le fond, elles se démontent en deux parties, la longueur est réglable ainsi que l’orientation des pales.
          La forme des pales allongées est également intéressante.
          Prix = 135 € ce qui n’est pas cher pour une pagaie de qualité (et ça rentre largement dans ton budget 😉 )
          Poids = 980 g
          Il y en a chez Bekayak qui est partenaire de notre projet Immakayak.
          Voilà j’en suis très content, après il y en a sûrement d’autres…

          A+
          Brieg

          • Super Brieg
            Un grand merci pour ta réponse et le temps que tu accordes à chaque demande, c’est vraiment sympa. Je ne connaissais pas du tout, je vais donc regarder ça de près.
            Je te dis à très bientot et encore merci.
            Amicalement
            Philippe

        • Bonjour Philippe
          Pour faire la descente de la Loire j’ai évité les pagaies carbone trop rigide pour mes articulations ( risque accru de tendinite ) et plus chère . les pagaies en fibre de verre sont beaucoup plus souple . j’ai opté pour la pagaie Drimm 2 vario que j’ai achetté chez idoine diffusion + 1 pagaie mer classique premier prix en cas de casse . La Drimm 2 vario est très agréable mais fragile , donc par sécurité , j’ai pris deux pagaies pour mon expédition , je ne connais pas la sea touring . cordialement . Vincent

          • Salut Vincent,
            Merci pour ton intervention, tu as raison, outre le fait que les pagaies carbone soient fragiles, elles ont effectivement la réputation d’être très rigides et donc pas terribles pour les articulations sur longue distance. Bien vu👍
            Merci d’apporter ton témoignage, c’est clair qu’avec tout ce qui nous est propposé, on y perd un peu son latin. Je vais regardé également celle dont tu parles. Un grand merci
            À bientôt
            Amicalement
            Philippe

  11. Bonjour , j’avais pour projet de descendre la LOIRE ce mois-ci mais les conditions météo et surtout une Loire très haute pour la saison ont fait que j’ai différé mon projet pour début aout . Je voulais m’acheter un kayak “martini” démontable et modulable mais le magasin KWA où je comptais l’acheter a fermé boutique le jour même où je m’y suis rendu !
    Bien sûr ils n’avaient plus le kayak souhaité ,j’ai donc acheté un pyranha fusion II L que j’ai testé sur une petite rivière et qui me parait adapté pour la Loire . Cependant j’ai fait une reconnaissance de la Loire de NEVERS jusqu’au PUY en VELAY et par endroits j’ai trouvé la Loire un peu trop agitée pour mon niveau car je n’ai pas l’expérience de descente en torrent , de plus je pars seul , si d’autres personnes sont intéressée par le projet , ce serait avec plaisir que l’on pourrait monter le projet ensemble surtout que reste le problème de faire suivre la voiture …

    • Bonjour Michel,

      La demande est lancée, avis aux intéressés… Je peux vous mettre en contact si vous le souhaitez…
      Concernant ta reconnaissance, je peux te dire que la Loire de Roanne à Nevers est très facile à descendre.
      Le seul petit passage délicat peut être passé à la corde (c’est à dire à pied en gardant l’embarcation dans l’eau avec une corde)
      Plus quelques barrages ou il faut sortir l’embarcation (mais rien de compliqué avec un chariot)
      Par contre en amont de Roannes c’est plus technique
      Si tu ne l’a pas encore fais, je t’invite à lire mon article qui décrit tout le parcours de Roannes à Nevers…
      https://www.besoindaventure.fr/descente-de-la-loire-de-roanne-a-nevers/

      Bonne préparation !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*