Gourde ou poche à eau en randonnée ?

gourde ou poche à eau en randonnée

Choisir entre une poche à eau, une gourde ou une bouteille d’eau pour randonner

C’est LA grande question que beaucoup de randonneurs débutants se posent ! 

Tout d’abord, sachez que comme souvent, il n’y a pas une seule bonne réponse à cette question !

Mais dans cet article, nous allons voir les avantages et inconvénients de ces 3 possibilités, (que l’on peut parfois combiner…) pour trouver la meilleure solution pour transporter l’eau en randonnée.

Après cette lecture vous devriez pouvoir définir ce qui vous correspond le mieux. Et en fin d’article, je vous indique ce que je préfère et pourquoi !

Note : que vous randonniez à la journée ou sur plusieurs jours, en bivouac ou en hébergement, la problématique est à peu près la même. Mais je précise quelques points importants pour le bivouac…

1 – Les critères de choix entre une poche à eau, une gourde et une bouteille plastique

Tout d’abord, voici les 8 critères qu’il faut prendre en compte pour se décider : 

  1. Le poids (l’ennemi numéro 1 du randonneur ;))
  2. Le côté pratique (pour rester bien hydraté)
  3. La fiabilité (pour éviter les mauvaises surprises)
  4. Le confort (quand on boit et quand on marche)
  5. La facilité de nettoyage (pour se simplifier la vie)
  6. La durée de vie (pour faire un achat durable)
  7. L’écologie (pour polluer le moins possible)
  8. Le coût (pour ne pas se ruiner)

Les critères les plus importants à considérer sont donc le poids et surtout le côté pratique. Quel que soit le moyen retenu, l’idéal est d’avoir accès à l’eau pendant que vous marchez, afin de boire régulièrement et de rester hydraté !

J’insiste sur ce point ! Même si vous pensez ne pas avoir besoin de boire régulièrement, je peux vous assurer qu’il est primordial de s’hydrater régulièrement par petites doses pour rester performant ! Éviter les crampes et la fatigue par exemple…

Le 3ème point important est la fiabilité du contenant pour ne pas perdre votre précieux liquide ! Pour bien répondre à ce critère il est possible et même recommandé de combiner plusieurs solutions…

2 – La gourde rigide

gourde 360 degres inox randonnée

Commençons par la solution la plus ancienne et la plus classique, la gourde rigide. Généralement en inox en alu ou en plastique.

  1. Le poids : Une gourde est assez lourde (entre 150 et 250 g pour un litre).
  1. Le côté pratique : La gourde n’est pas très pratique, car elle n’est généralement pas accessible ou difficilement accessible sur le sac à dos. Au mieux elle est placée dans la poche filet sur le côté du sac à dos (s’il en est pourvu). 

Selon la conception de votre sac vous n’y aurez pas du tout accès en marchant ou vous arriverez peut-être à l’attraper, mais ça sera souvent galère de la remettre en place. Si vous n’avez pas de poche filet, elle sera forcément dans votre sac à dos et vous ne pourrez y avoir accès sans vous arrêter, ce qui est clairement un problème ! 

Si vous randonnez accompagné, vous pourrez remédier à ce problème en demandant à votre coéquipier ou coéquipière de vous donner votre gourde. Mais cela demandera de vous arrêter un petit instant.

  1. La fiabilité : Sur ce point, la gourde remporte des points, il n’y a rien de plus fiable qu’une gourde bien fermée et placée à la verticale dans une poche filet. Attention cependant de ne pas la perdre quand vous faites une pause et que votre sac à dos est couché au sol, si votre poche filet est détendue… 
  1. Le confort : La gourde est généralement ce qu’il y a de plus agréable pour boire, sauf si vous achetez une gourde avec un trop grand goulot qui sera très inconfortable (privilégiez les goulots de la taille d’une bouteille d’eau ou à peine plus grand). Une gourde rigide une fois posée au sol tient toute seule debout, contrairement à la gourde souple. 

(Ce détail paraît anodin, mais je peux vous dire que c’est important pour votre confort). Cependant elles ont un inconvénient ! Le poids de la gourde placée sur le côté dans une poche filet n’est pas proche de notre centre de gravité, ce qui rend moins agréable le port du sac à dos. De plus pour équilibrer la charge il vaut mieux en mettre une de chaque côté.

  1. La facilité de nettoyage : la gourde est assez facile à nettoyer et à faire sécher. Cependant du tartre peut s’y déposer. (Vous pourrez l’enlever avec du bicarbonate de soude).
  1. La durée de vie : La durée de vie d’une gourde rigide est généralement très importante. À vie pour gourde en inox, si vous en prenez soin.
  1. L’écologie : Donc niveau écologique la gourde est une bonne option.
  1. Le coût : Une gourde rigide n’est pas trop chère (entre 10 et 20 € pour 1 litre), sa durée de vie est très bonne, mais il vous en faudra sûrement deux.

En résumé, la gourde présente beaucoup d’avantages, mais deux inconvénients majeurs qui sont : le poids et l’accessibilité à l’eau quand on marche. 

En ce qui concerne les matières, vous aurez le choix entre de l’inox, de l’alu et du plastique :

  • L’inox est le meilleur pour la santé mais ce sera le plus lourd 
  • L’alu sera un peu plus léger mais moins fiable niveau santé
  • Le plastique sera le plus léger mais peut donner un goût de plastique
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les 3 meilleures popotes/couverts pour randonner

3 – La gourde souple

gourde souple hydrapac randonnée

Autrefois réservées au monde du trail, les gourdes souples en silicone ou en plastique se sont démocratisées. Certaines sont équipées d’un filtre intégré pour traiter l’eau, mais je vous recommande plutôt d’utiliser un filtre indépendant comme le Sawyer mini par exemple.

  1. Le poids : Une gourde souple est très légère (entre 30 et 100 g pour 1 litre).
  1. Le côté pratique : Comme la gourde rigide, la gourde souple sera difficilement accessible pendant la marche, sauf si vous avez un sac à dos avec des poches filets sur l’avant des bretelles. Mais vous ne pourrez mettre que des gourdes de 50 cl maximum et ces poches avant sont généralement minuscules !
  1. La fiabilité : Une gourde souple est bien plus fragile qu’une gourde rigide. Risque de trou et de déchirure.
  1. Le confort : boire dans une gourde souple est assez agréable, mais on retrouve un peu la sensation de tétine d’une poche à eau. Celles équipées d’un filtre seront moins agréables car il faudra généralement forcer un peu plus en aspirant ou en pressant sur la gourde pour que l’eau sorte.
  1. La facilité de nettoyage : Elles seront assez faciles à nettoyer mais moins pratique à sécher qu’une gourde rigide, car les deux parois ont tendance à se coller l’une à l’autre (il suffit de mettre un ustensile de cuisine pour écarter les parois).
  1. La durée de vie : Etant donné que ces gourdes souples sont plus fragiles elles seront moins durables.
  1. L’écologie : Et donc leur impact écologique sera plus important !
  1. Le coût : Le coût d’une gourde souple est correct (10 à 20 € pour 1 litre) mais vous en faudra sûrement deux et vous devrez les remplacer plus régulièrement qu’une gourde rigide.

En résumé, le grand avantage de la gourde souple est sa légèreté, mais elles n’ont pas beaucoup d’autre avantages… A réserver aux M.U.L. (Marcheurs Ultra Légers) qui  acceptent de ne pas avoir de poche à eau !

4 – La poche à eau (ou CamelBak® )

poche à eau source widepac randonnée

La marque CamelBak® a créé la première poche à eau dans les années 1990. Une révolution ! Depuis, des dizaines d’autres marques s’y sont mises, et de très nombreux randonneurs l’ont adoptée.

Cette poche à eau est installée dans un compartiment prévu à cet effet, le long de votre dos dans la poche principale de votre sac à dos. Un tuyau avec pipette sort par un trou prévu à cet effet (présent sur 95% des sacs à dos) et vient se fixer sur une des bretelles de votre sac à dos.

  1. Le poids : Les poches à eau sont légères (130 à 230 g en moyenne pour 2 litres).
  1. Le côté pratique : C’est la solution la plus pratique et de loin. L’eau est très facilement accessible pendant la marche, pas besoin de s’arrêter. Le fait de boire à la pipette incite à boire peu mais régulièrement.
  1. La fiabilité : Une poche à eau de bonne qualité est fiable (mais moins qu’une gourde). La poche est protégée dans votre sac à dos, mais il est possible d’avoir une fuite ou un problème de connexion sur le tuyau. Pour cette raison, je mets ma poche à eau dans un grand sachet de congélation (de type Ziplock®) pour retenir l’eau en cas de fuite éventuelle. Il m’est arrivé une seule fois d’avoir une petite fuite sur la connexion du tuyau, sur une poche très ancienne.
  1. Le confort : Boire à la pipette fait débat, certaines personnes n’aiment pas du tout, d’autres (comme moi) ne trouvent pas ça désagréable. C’est sûr que si j’avais le choix je préférerais boire dans une gourde ou une bouteille avec un goulot, mais les avantages de la poche à eau sont tels que je m’accommode très bien de cette pipette et comme je l’ai déjà dit cette solution nous incite à boire en petites quantités mais régulièrement, ce qui est idéal !

L’autre point important niveau confort, c’est l’emplacement optimal de la réserve d’eau, car elle est placée le long de votre dos au plus près de votre centre de gravité, ce qui améliore le confort de portage du sac à dos ! 

De plus, cette eau à l’abri du soleil restera relativement fraîche. Seule l’eau dans le tuyaux chauffera au soleil, ce qui peut être un peu désagréable, mais seulement lors de la première gorgée ;).

Un inconvénient niveau confort : la pipette peu être amenée à traîner par terre quand le sac à dos est posé au sol (certaines pipettes sont munies d’un capuchon de protection, c’est le cas de la très bonne poche à eau Widepac de la marque Source ®. (C’est celle que j’utilise ;)).

  1. La facilité de nettoyage : Le nettoyage et le séchage d’une poche à eau n’est pas super pratique (certaines se retournent). Elle demande un peu d’entretien pour éviter la moisissure (surtout au niveau du tuyau et de la pipette).
  1. La durée de vie : La durée de vie d’une poche à eau de bonne qualité est assez bonne (mais moins qu’une gourde évidemment). Pour ma part je les garde plusieurs années : 3 à 4 ans environ.
  1. L’écologie : L’impact écologique d’une poche à eau est mitigé et de toute façon moins bon que celui d’une gourde rigide.
  1. Le coût : Le coût d’une poche à eau est un peu plus élevé que celui d’une gourde (30 à 50 € pour 2 litres).

En résumé, la poche à eau est de loin ce qu’il y a de plus pratique pour boire régulièrement. Ces petits inconvénients sont minimes par rapport à ses avantages, si vous acceptez de boire à la pipette !

5 – La bouteille d’eau 

bouteille d'eau évian 1 litre - randonnée

Et que dire d’une simple bouteille d’eau ! Et oui c’est une solution qui a aussi ses avantages !

  1. Le poids : Les bouteilles plastiques sont extrêmement légères (30g environ pour une bouteille d’Evian® de 1 litre par exemple).
  1. Le côté pratique : Une bouteille d’eau présente à peu près les mêmes inconvénients et avantages qu’une gourde rigide. Sauf qu’une bouteille d’eau a l’avantage de pouvoir être achetée en cours de randonnée et d’être mise au recyclage quelques jours après, si vous n’en avez plus besoin ;). 
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  2 techniques pour plier une veste et une doudoune en randonnée.

De plus une bouteille d’eau est transparente, ce qui permet de voir facilement ce qui reste dedans et même de la graduer avec un marqueur (avant de partir en rando) pour mesurer des quantités d’eau (pratique pour faire la cuisine en bivouac !)

  1. La fiabilité : Une bouteille d’eau est très fiable, si vous la prenez assez épaisse. (Une bouteille d’Evian de 1 litre est un excellent rapport poids/résistance. Une bouteille de Badoit sera un peu plus lourde, mais encore plus résistante). En revanche, évitez les bouteilles d’eau bas de gamme et très fines.

L’eau d’une bouteille transparente est exposée au soleil pendant que vous randonnez, si vous la mettez dans une poche filet. Vous vous demandez peut-être si cela est bon ? Outre le fait que l’eau va chauffer, selon Olivier Vitrac, chercheur à l’INRA cela ne pause pas de problème sanitaire…

  1. Le confort : Niveau confort, c’est à peu près la même chose qu’une gourde rigide. L’inox est tout de même plus agréable que le plastique.
  1. La facilité de nettoyage : Elles sont faciles à nettoyer. Mais il faudra les laver régulièrement pour qu’elles ne sentent pas mauvais. (Pas plus, pas moins qu’une gourde rigide).
  1. La durée de vie : Une bonne bouteille d’eau est sacrément costaud et durera longtemps si vous y faites attention, je garde les miennes plus d’un an sans problème.
  1. L’écologie : Niveau écologie, je vous entends déjà… Effectivement, il y a débat, mais si on y réfléchit bien, il y a de grande chance que la production d’une bouteille plastique ait un impact moins important que celui d’une gourde rigide.

Si vous gardez votre bouteille d’eau le plus longtemps possible et que vous la mettez bien au recyclage, je ne suis pas sûr qu’il y ait une grosse différence (c’est difficile à calculer !). 

Côté sanitaire les bouteilles en plastique PET (polyéthylène téréphtalate) contiennent des microplastiques. Mais voici ce que dit l’Organisation mondiale pour la santé dans un rapport publié le 22 août 2019. “Dans l’eau potable, eau du robinet comprise, les polymères les plus fréquemment détectés sont le PET et le polypropylène.” Il y a donc aussi du PET dans l’eau du robinet !

Donc boire de l’eau du robinet dans une bouteille plastique ou dans une gourde ne doit pas changer grand-chose pour notre santé. Mais il faut avouer que les études concernant l’impact de ces PET sur notre corps sont peu avancées… 

  1. Le coût : Niveau tarif, on est évidemment sur la solution la moins chère !

En résumé, une bouteille plastique propose deux grands avantages par rapport à une gourde rigide : Bien plus légère et bien moins chère. De plus en fonction de votre projet de rando vous pouvez adapter facilement le nombre et la taille des bouteilles dont vous avez besoin. 

6 – Combiner gourde, poche à eau et bouteille d’eau…

Pour votre sécurité, il est très intéressant d’avoir plusieurs contenants. De cette manière si vous avez une fuite, vous ne perdrez pas toute votre eau.

Deux gourdes d’1 litre peuvent être une solution, mais il est aussi judicieux de combiner une poche à eau avec une gourde ou une bouteille d’eau.

Cela permet d’avoir les avantages de ces deux solutions : 

  • En marchant vous avez accès à l’eau grâce à la pipette de votre poche à eau. Quand vous faites une pause, vous avez le confort de boire dans votre gourde ou votre bouteille d’eau.
  • Au bivouac il est bien plus pratique de manipuler une gourde ou une bouteille d’eau pour faire la cuisine. Il est aussi plus facile de remplir une gourde ou une bouteille d’eau dans un torrent de montagne. 
  • Enfin si vous avez besoin de purifier l’eau pour la rendre potable vous pouvez mettre une pastille de purification dans un des contenants et en attendant que la pastille fasse effet, vous pourrez boire dans l’autre contenant.

7 – Quelle solution j’utilise pour transporter mon eau en randonnée ?

Personnellement je ne peux plus me passer de ma poche à eau. J’utilise une capacité de 2 litres qui est à mon avis la capacité la plus polyvalente.

Pour compléter cela, j’emporte généralement une bouteille d’eau de 1 litre pour les raisons évoquées au-dessus. Je la place à l’horizontale sur le haut du compartiment principal de mon sac à dos.

Cette configuration me permet d’ajuster (en fonction de la chaleur et des points d’eau disponible) ma quantité d’eau entre 1,5 litres et 3 litres pour une journée de randonnée.

Dans certains cas exceptionnels j’emporte une bouteille d’eau supplémentaire pour augmenter mon autonomie. (Dans ce cas je mets mes 2 bouteilles dans les poches filets de chaque côté de mon sac à dos). 

Cette 2ème bouteille d’eau supplémentaire, je peux la mettre au recyclage quelques jours après si je n’en ai plus besoin…

C’est une solution qui me convient très bien, qui a fait ses preuves et que je vous recommande !

Et vous quelle(s) solution(s) utilisez-vous ? Quel est votre avis sur la question ? Dites-le-moi dans les commentaires !

Pour aller plus loin sur le matériel lisez mon article « LA liste de matériel pour randonner » c’est une mine d’or 😉

8 – Le guide ultime du matériel pour randonner

Si vous souhaitez découvrir ma sélection de 150 équipements pour partir randonner léger et en sécurité (gourde et poche à eau incluse), téléchargez gratuitement mon Guide Ultime du Matos pour Randonner.  Vous y trouverez les meilleurs compromis : légèreté / résistance / polyvalence / confort / prix + 3 check-lists pour ne rien oublier ! (mise à jour annuelle)

guide du matériel pour randonner
Cliquez sur l’image pour télécharger le guide

Je vous souhaite de belles aventures

La transparence c’est important ! Note sur l’affiliation :

Quand vous cliquez sur les liens du matériel que je vous recommande, je touche dans la plupart des cas une petite commission sur le produit que vous achetez. Mais cela ne vous coûte pas un centime de plus.

C’est ce qu’on appelle de l’affiliation. La création d’un article me demande beaucoup de temps, cela me permet de vous proposer tout ce contenu gratuit.

Je m’engage à vous donner mon avis le plus objectif possible, basé sur mon expérience, mes tests et mes recherches. Les conseils que vous trouverez dans cet article sont les mêmes que ceux que je donnerais à un ami. C’est également le matériel que je sélectionne pour mon usage personnel !

Partager l'article :

6 Comments

  1. Bonjour et merci Brieg pour cet article
    Perso, j’utilise une poche à eau; j’y trouve les mêmes avantages énoncés et LE même inconvénient (la possibilité que la pipette touche le sol). Pour le nettoyage, et surtout pour éviter l’apparition de moisissure après utilisation (donc à la maison), je fait comme suit: nettoyage, vidage et….stockage dans la partie congélation du réfrigérateur jusqu’à la nouvelle utilisation.
    Randonnant en solo, je ne peux me permettre de poser le sac pour boire à chaque fois que nécessaire d’où la poche (quant aux poches filet, il y aurait beaucoup à (mé)dire à ce sujet, mais ce n’est pas le sujet). Et j’emporte 1 bouteille plastique d’1 litre en complément (+ un filtre)
    Bonne journée

    • Merci Eric, Oui effectivement le congélateur c’est parfait !
      Faut juste penser à le sortir la veille de sa rando 😉

  2. Une solution; une bouteille plastique de 0.5l sur une bretelle du sac, léger, hyper accessible + une ou deux de 1l dans le sac et un filtre type befree de katadyn de 0.6l ou 1l pour plus d’autonomie suivant itinéraire.

  3. Bonjour Brieg,
    Perso je fonctionne comme toi. Une poche à eau de 2l type Camel et une bouteille plastique résistant à bouchon un peu plus large qu’une bouteille d’eau classique. Je marche de plus avec une poche filtrante d’1l vide (ça prend la place d’un poing). En fonction de la rando et de la disponibilité d’eau en cours de route, je régule. Souvent je marche avec un seul litre et je remplis ma poche et ma bouteille peu avant de choisir le bivouac (avec la poche filtrante si nécessaire). Je ne porte donc plus qu’1 Kg que dans les 2 ou 3 derniers kilomètres. Boire à la pipette est aussi un avantage en bivouac, premièrement je ne suis pas assoiffé à l’arrivée, je l’utilise pour remplir ma « tasse doseuse » pour les repas (je pratique la position Baxter pour verser la quantité voulue). Boire à la pipette le soir ou la nuit permet aussi d’économiser l’eau et d’en garder pour le café du matin puis pour la ou les premières heures de marche du lendemain. J’ai un souvenir tenace d’une nuit de bivouac sans eau dans le Vercors, on ne m’y reprendra plus ;o)
    Merci pour toutes tes analyses et propositions.
    Bien à toi,
    Marc

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*