Comment bien choisir ses chaussures de randonnée ? – DOSSIER COMPLET + Guide gratuit !

Comment-bien-choisir-ses-chaussures-de-randonnée

1 – Introduction

Comment faire un article sur “comment bien choisir ses chaussures de randonnée” alors que nous avons tous des pieds différents ?

Effectivement ce n’est pas simple de choisir celle qui nous correspondra le mieux ! Mais heureusement nous voulons à peu près tous la même chose…

Du confort, de la légèreté, une bonne accroche, un bon maintien de la cheville (quoique pas forcément) et surtout ne pas avoir mal aux pieds et éviter les ampoules !

Comment-choisir-chaussure-randonnée-programme-randonnée

Choisir ses chaussures de randonnée est donc primordial pour 2 raisons :

-Votre confort.
-Et votre sécurité.

Il y a donc des paramètres techniques à connaître au sujet des chaussures de randonnée, pour pouvoir faire un choix judicieux en fonction de vos besoins.

Vous devez donc vous poser un certain nombre de questions et vérifier certains éléments avant de faire votre choix en magasin.

Comme je viens de le dire au début, gardez en tête que nous avons tous des pieds différents. Certains sont grands, d’autres petits, certains sont larges, d’autres sont fins, avec des petits ou des grands orteils. Ils peuvent être plats ou creux (au niveau de la voûte plantaire). Certaines peaux sont fines et sensibles aux ampoules, d’autres ressemblent à de la peau de crocodile…

Bref chaque cas est différent et c’est la forme (ou la morphologie) de votre pied qui est le critère le plus important à prendre en compte pour choisir vos chaussures de randonnée.

Si vous souhaitez bien préparer votre achat, je vous conseille de lire la suite de cet article très complet. Cela vous permettra d’être incollable sur le sujet et peut être même meilleur que le vendeur que vous aurez en face de vous 😊.

Ca vous intéresse ? Alors c’est parti !

Attention, je ne dis pas que les vendeurs sont mauvais hein ! Mais c’est aléatoire, certains sont vraiment des experts (j’en ai déjà rencontré plusieurs), d’autres manquent un peu d’expérience (j’en ai aussi rencontré plusieurs). C’est comme dans tous les domaines, il y a de tout… Et je le répète ceci n’est pas une critique 😉.

2 – En résumé comment choisir ses chaussures de randonnée

Voici les 5 étapes principales que je vous propose :

Etape 1 : Connaitre les caractéristiques d’une chaussure et définir votre programme.
Etape 2 : Les bonnes questions à se poser pour bien choisir vos chaussures de randonnée.
Etape 3 : Connaître votre pied (pointure et largeur pour définir les marques et les modèles).
Etape 4 : Essayages et tests en magasin
Etape 5 : La validation

Si vous êtes pressé, je vous offre un guide simple et efficace dans lequel vous trouverez :

Etape 1 : La listes des caractéristiques à vérifier lors de votre choix.
Etape 2 : Le questionnaire pour choisir vos chaussures sans vous prendre la tête.
Etape 3 : La méthode pour connaitre vos pieds.
Etape 4 : La méthode des tests en magasin.
Etape 5 : Une check-list pour valider votre choix en magasin !

Je vous conseille d’emporter ce guide PDF (5 pages seulement !) avec vous en magasin pour être éviter d’oublier un paramètre important ! (Vous pouvez l’imprimer ou le télécharger sur votre smartphone).

Ce guide va vous simplifier la vie. Vous n’avez qu’à suivre les 5 étapes et votre choix se fera tout seul ! Ou presque… 😉

Recevez gratuitement le guide en 5 étape
pour bien choisir vos chaussures de randonnée !

guide-chaussures-randonnée

Un guide simple et efficace (5 pages).


1 - Une liste des caractéristiques à vérifier.

2 - Un questionnaire qui évite les prises de tête !

3 - La méthode pour connaitre votre pied.

4 - La méthode des tests en magasin.

5 - Une check-list pour ne rien oublier !

Je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée, ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos et autres informations vous donnant des idées d'itinéraires et des conseils techniques pour partir à l'aventure. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

3 – Description d’une chaussure de randonnée

Description-chaussure-de-randonnée

3.1 – La tige : 3 hauteurs de chaussures de randonnée

Comment-choisir-chaussure-randonnée-Basse-ou-montante
Haute / mid / basse

Les chaussures de randonnée peuvent être de 3 hauteurs différentes. (Nous verrons un peu plus loin leurs avantages et leurs inconvénients) :

  • Les chaussures basses (tige basse).
  • Les chaussures de hauteur moyenne (tige mid ou médium).
  • Les chaussures hautes (tige haute).

A notez que le terme “chaussure montante” correspond à une chaussure mid ou haute.

3.2 – La semelle extérieure (le dessous de la chaussure)

Comment-choisir-chaussure-randonnée-semelle-vibram-contagrip
Semelles extérieures

La semelle fabriquée en caoutchouc et/ou en mousse polyuréthane (la gomme) est en contact direct avec le sol.

Les 5 principales caractéristiques d’une semelle sont :

La rigidité : qui permet un bon maintien du pied.

Une chaussure rigide apporte donc du maintien, de la précision et de la stabilité, mais une trop grande rigidité vous fera perdre en confort.

Une chaussure souple apporte du dynamisme et du confort. En sachant que sur une longue randonnée une chaussure trop souple deviendra fatigante.

L’accroche : qui permet de ne pas glisser sur les terrains mous comme la boue, la terre, le sable, la neige. L’accroche de la semelle dépend de la matière et du crantage. Une semelle avec une bonne accroche sera molle avec un crantage bien sculpté et profond.

L’adhérence : qui permet de ne pas glisser sur les terrains durs (rocher, pierre). L’adhérence de la semelle dépend de la matière et du crantage. Une semelle avec une bonne adhérence sera dure avec un crantage large et peu profond.

Pour que les chaussures soient polyvalentes, les fabricants cherchent donc un compromis entre accroche et adhérence !

La solidité : qui permet d’augmenter la durée de vie de la chaussure. Les gommes dures sont plus résistantes, mais l’accroche est moins bonne. Les gommes tendres ont une meilleure accroche, mais elles s’usent plus vite.

La largeur : une semelle étroite apporte de la précision. Elle est intéressante pour les chemins difficiles, le hors sentiers et les petites escalades.

Les semelles étroites sont généralement fabriquées dans une gomme dure pour une bonne adhérence sur le rocher.

Une semelle large apporte une meilleure stabilité, mais elle prend plus de place au sol. Elle est donc moins précise.

Comment-choisir-chaussure-randonnée-semelle-large-contre-semelle-étroite
A gauche : semelle large, stable et accrochante d’une chaussure de trail / A droite : semelle étroite, précise et adhérente d’une chaussure de randonnée glaciaire

Une bonne semelle est donc un compromis de ces 5 caractéristiques, qu’il faut plus ou moins privilégier en fonction de votre programme et de votre profil de randonneur.

Les semelles les plus connues

Les semelles Vibram (Italie) sont la référence de la semelle pour les chaussures de randonnée et d’alpinisme. En sachant qu’il existe des dizaines de semelles Vibram différentes en fonction du programme de la chaussure.

Les semelles friction (fabriquées par La Sportiva) sont également de très bonnes semelles.

Les semelles Contagrip (fabriquées par Salomon) sont aussi de bonnes semelles. Elles avaient la réputation d’être peu adhérentes sur la roche mouillée, mais j’ai l’impression que les choses ont un peu changé… ?

Voici une courte vidéo vous montrant la différence entre une semelle à gomme dure et une semelle à gomme tendre :

Vidéo : Différence entre une semelle à gomme tendre et dure

3.3 – La semelle intermédiaire

Comment-choisir-chaussure-randonnée-nubuck-cuir
Semelle intermédiaire (épaisseur noire)

Le premier rôle de la semelle intermédiaire est de donner de l’amorti à la chaussure en absorbant les chocs, ce qui réduit la fatigue des jambes, des genoux et du dos.

Son deuxième rôle est d’assurer une stabilité latérale.

La qualité d’une semelle intermédiaire est fonction de la matière utilisée et de son épaisseur. Il existe principalement 2 types de semelle intermédiaire :

-Les semelles Injectées qui apportent un bon amorti mais qui sont lourdes.
-Les semelles microporeuses qui sont plus haut de gamme, plus légères mais plus fragiles.

La semelle intermédiaire est généralement plus haute sur l’arrière de la chaussure que sur l’avant. C’est ce qu’on appelle le Drop (DROP = différence de hauteur entre l’arrière et l’avant de la chaussure).

Un Drop important permet d’apporter un bon amorti pour protéger les articulations et le dos. Mais s’il est trop important il empêche la démarche naturelle, qui serait de poser l’avant du pied en premier…

3.4 – La semelle intérieure

Comment-choisir-chaussure-randonnée-semelle-intérieure
Semelle intérieure

A ce niveau, vous avez le choix entre garder les semelles vendues avec la paire de chaussures ou changer de semelle :

Semelles de propreté

Les semelles vendues avec la paire de chaussures (ce qu’on appelle les semelles de propreté) sont généralement de bonne qualité si vous achetez des chaussures de marque. Elles sont donc suffisantes si vos pieds n’ont rien de particulier.

Par exemple les chaussures de marque Salomon ou La Sportiva sont équipées de semelle Ortholite de bonne qualité.

Semelles prêtes à chausser

Vous pouvez également remplacer les semelles d’origine par des semelles dites « prêtes à chausser ». Ces semelles peuvent être désodorisantes, antibactériennes, amortissantes ou plus aérées pour être plus respirantes que les semelle vendues avec la paire de chaussures.

Semelles préformées non déformable

Vous pouvez également trouver des semelles dites « préformées non déformables » dont le rôle est de modifier le soutien plantaire de votre pied.Ce qui peut être intéressant si votre voûte plantaire est un peu affaissée ou creuse. Cela vous apportera un meilleur alignement du corps et une meilleure stabilité. Il en existe 2 types :

-Les semelles « 3 Feet » : avec 3 niveaux de maintien : voûte creuse (high) voûte moyenne (mid) voûte affaissée (low)
Ces semelles sont déclinées en 2 versions : classique ou slim (fine) pour s’adapter à toutes les chaussures.

-Les semelles ergonomiques « Superfeet » : avec un système stabilisateur (ADD/APT) constitué de coussinet sous le talon, qui absorbe les chocs et limite les effets de pronation et de supination.

Pronation / Supination quézako ? Je vous explique tout ça dans la suite de l’article… !

3.5 – Les matières

En matière de matières 😉 il en existe 4 principales :

Le cuir

On trouve soit :
Du cuir « pleine fleur » : qui correspond à la face extérieure de la peau de l’animal. Cuir de qualité à l’état brut, épais et résistant.

De la « croûte de cuir » : ici la partie « fleur » a été enlevée pour ne garder que le coté chair. La croûte de cuir est moins résistante que le cuir pleine fleur.

Avantages du cuir :
-Résistant.
-Relativement imperméable (si bien traité avec de la « Nikwax » par exemple). A ce sujet les retours d’utilisateurs ne sont pas très positifs… Pour obtenir des chaussures vraiment imperméables, les fabricants proposent parfois des chaussures en cuir avec une membrane imperméable en plus.

Inconvénients du cuir :
-Rigide.
-Lourd (surtout s’il est mouillé).
-Très long à sécher (2 jours).
-Demande beaucoup d’entretien pour garder l’imperméabilité naturelle.

Le Nubuck

Le Nubuck est obtenu après traitement du cuir par l’extérieur. C’est un cuir poncé au papier de verre. Plus fragile mais plus souple que le cuir. Il est également plus léger et plus respirant que le cuir.

Le Suède

Le Suède est obtenu après traitement du cuir par l’intérieur. On l’appelle « cuir retourné » puisque c’est l’envers de la peau du cuir. Comme le Nubuck, il est plus fragile mais plus souple que le cuir. Il est également plus léger et plus respirant que le cuir.

Vous l’aurez compris le Suède et le Nubuck sont très proches. Ces deux matières sont généralement proposées avec une membrane imperméable.

Le synthétique (Nylon, polyester, kevlar)

Les matières synthétiques, de plus en plus présentes sur les chaussures de randonnée, offrent de nombreux avantages, mais aussi quelques inconvénients :

Avantages :
-Plus souples que les cuirs.
-Plus légères que les cuirs.
-Plus respirantes que les cuirs (surtout sans membrane imperméable).
-Moins chaudes que les cuirs (ce qui peut être un inconvénient par temps froid).
-Généralement moins chères que les cuirs.

Inconvénients : il n’y en a pas beaucoup…
-Plus fragiles que les cuirs. Cet inconvénient peut être en partie limité par des renforts (on en parle un peu plus loin).
-Ne sont pas imperméables, mais il suffit de leur rajouter une membrane de type Gore-Tex. Sur ce point il faut quand même noter que les chaussures en synthétique sont moins résistantes que les cuirs au niveau de la pliure de l’avant du pied. La membranes imperméables risquent donc de s’ âbimer plus rapidement.
-Moins chaudes que les cuirs. Mais l’Intérieur peut-être doublé pour proposer des chaussures adaptées aux températures basses.

A noter que vous trouverez des chaussures utilisant plusieurs matières : Par exemple Nubuck + synthétique.

3.6 – Les membranes imperméables

Menbrabe Gore-Tex (GTX)

Les membranes permettent de limiter les entrées d’eau dans les chaussures. Mais retenez bien que l’on parle ici d’imperméabilité ou de déperlance mais pas d’étanchéité !

C’est-à-dire que même avec les chaussures les plus imperméables du monde vos pieds seront mouillés à la fin d’une journée complète de forte pluie. (Les guêtres pourront limiter un peu les entrées d’eau mais ne vous protègeront pas non plus à 100%).

Vous vous dites peut-être que ça ne sert à rien alors !

Hé bien si, car une chaussure équipée d’une membrane imperméable vous permettra de garder vos pieds au sec dans plusieurs situations :

-Quand vous marchez sur un terrain trempé (herbe humide du matin ou terrain boueux…)
-Quand vous marchez sur un névé (neige tiède).
-Quand vous traversez un petit cours d’eau.
-Quand vous marchez sous une pluie fine ou une averse modérée.

Il existe différents types de membranes mais la référence reste le « Goretex » (en sachant que dans la marque Gore-Tex il existe plusieurs gammes).

L’abréviation de Gore-Tex est GTX. Vous trouverez de nombreux modèles avec la mention GTX incluse dans le nom, signalant que le modèle est équipé d’une membrane Gore-Tex.

Le principe d’une membrane imperméable est de bloquer l’eau venant de l’extérieur, tout en laissant sortir l’humidité intérieure de la chaussure dûe à la transpiration. La chaussure est donc respirante.

Si les chaussures n’ont pas de membrane elles seront encore plus respirantes et moins chères, mais si vous marchez par exemple dans l’herbe mouillée du matin, vous aurez tout de suite les pieds trempés.

(Sauf si vous avez des chaussures en cuir et encore c’est pas sûr ! Même les cuirs traités hydrophobe sont moins efficaces qu’une membrane Gore-Tex).

Par contre les chaussures sans membranes, sèchent beaucoup plus vite que celles équipées d’une membrane !

Il y a donc deux écoles :

-Soit vous vous en fichez d’avoir les pieds mouillés, puisque vos chaussures sèchent très vite. (Cela est à mon avis valable par des températures clémentes et un climat pas trop humide).

-Soit vous préférez avoir les pieds protégés la majeure partie du temps, en sachant qu’en cas de pluie importante vos pieds seront mouillés et vos chaussures mettront un peu de temps à sécher.

Ce qui peut vous apporter des ampoules assez rapidement même si vous n’y êtes pas sujet.

Mais globalement on peut considérer que vos pieds seront moins souvent mouillés avec une membrane imperméable. Donc on peut dire que dans la majorité des cas, l’utilisation d’une membrane imperméable se justifie.

A notez : une chaussure avec membrane imperméable sera également plus chaude qu’une chaussure sans membrane. Ce qui peut être intéressant par temps froid.

3.7 – Les renforts (pare pierre) : avant, latéraux, arrière

Comment-choisir-chaussure-randonnée-avec-gros-parepierre
Pare-pierre d’une chaussure de grande randonnée montante

Les renforts ont deux objectifs :

-Protéger vos pieds et notamment vos orteils des chocs contre les pierres et autres obstacles.

-Et renforcer les chaussures pour quelles soient plus solides face aux éléments extérieurs (raclement de l’avant, du côté ou de l’arrière de la chaussure sur la roche).

Sur l’avant d’une chaussure, vous trouvez quasiment toujours une protection de bout de pied qui n’est pas suffisante.

Comment-choisir-chaussure-randonnée-sans-pare-pierre
Bout de pied sans de pare-pierre d’une chaussure de petite randonnée

Vous trouvez ensuite souvent un pare-pierre plus ou moins important. Plus il est gros, mieux c’est pour vous et pour votre chaussure. Par contre cela alourdira votre chaussure.

Comment-choisir-chaussure-randonnée-avec-petit-pare-pierre
Petit pare-pierre d’une chaussure de trail

Sur les grosses chaussures de trek, le pare-pierre fera tout le tour de la chaussure. Ce qui alourdit beaucoup la chaussure. Je trouve personnellement que c’est un peu excessif pour une utilisation courante car cela n’apporte pas un bon compromis entre légèreté et protection.

Comment-choisir-chaussure-randonnée-glaciaire-avant-renforcé
Gros par-pierre d’une chaussure de randonnée glaciare

Vous trouverez donc sur d’autres chaussures, en plus du pare-pierre à l’avant, des renforts latéraux et arrières placés judicieusement pour protéger la chaussure sans trop l’alourdir.

Comment-choisir-chaussure-randonnée-renfort-arrière-ultra-raptor-la-sportiva
Arrière renforcée d’une chaussure de trail
Comment-choisir-chaussure-randonnée-nubuck-synthétique
Renforts latéraux en Nubuck sur une chaussure de grande randonnée synthétique

En Bref, ces protections sont importantes dès que vous marchez en terrain un peu accidenté. Mais l’excès de protection alourdira vos chaussures.

3.8 – Les lacets

Vous trouverez 2 types de lacets :

-Les lacets “classiques” ronds ou plats.
-Les Lacets “Quicklace” qui permettent un serrage rapide et homogène.

Sur les chaussures hautes, vous trouverez souvent des crochets autobloquants au niveau du cou-de-pied.

Comment-choisir-chaussure-randonnée-crochet-auto-blocant-salomon
Lacet classique avec crochet autobloquant et oeillets en tissus
Comment-choisir-chaussure-randonnée-crochet-lacet-low
Lacet classique avec crochet autobloquant et oeillets métalliques

Ces crochets autobloquants sont un vrai plus pour bloquer vos lacets à mi-hauteur et ainsi serrer vos lacets de manière ferme dans la partie basse pour être bien maintenu et moins ferme dans la partie haute pour ne pas venir compresser la cheville et surtout la malléole.

Lacet Quicklace

Notez : que les œillets métalliques sont plus résistants et apportent un meilleur glissement que les passant en tissu. Par contre ils sont plus lourds et plus chers que les œillets en tissu.

3.9 – Crampons / Raquettes

Les crampons pour marcher sur la neige et/ou la glace (névé, glacier) sont des accessoires pouvant être utilisés sur certaines chaussures de randonnées. Vous devez donc savoir si vous souhaitez avoir la possibilité d’en mettre ou pas.

Il existe principalement trois solutions pour les chaussures de randonnée :

-Les crampons semi-automatiques qui nécessitent d’avoir des chaussures très rigides avec un débord à l’arrière pour venir bloquer le crampon sur la chaussure.

Comment-choisir-chaussure-randonnée-glaciaire-débord-arrière-pour-crampons
Chaussure avec débord à l’arrière pour accueillir des crampons semi-automatiques

Les chaussures de randonnée pouvant accueillir des crampons de ce type ne seront pas polyvalentes car elles seront lourdes et rigides. (Nous rentrons ici dans le domaine de la randonnée glaciaire et l’alpinisme).

Comment-choisir-chaussure-randonnée-glaciaire-asolo-crampons
Crampon semi-automatique

-Les crampons à lanières peuvent se mettre sur n’importe quelles chaussures de randonnée montantes à condition quelles soient un minimum rigides. Les chaussures de randonnée pouvant accueillir ce genre de crampons seront beaucoup plus polyvalentes que les précédentes.

Chausssure-de-randonnée-glaciaire-crampons-à-lanières
Crampon à lanière / © Simond

-Les micro crampons ou chaines à neige peuvent s’enfiler sur n’importe quelles chaussures, même sur des chaussures de trail souples. Ces derniers seront moins performants que des vrais crampons, mais suffisants pour passer un névé ou une zone un peu verglacée.

chaussure-randonnée-chaine-à-neige
Chaine à neige / © Kahtoola Microspikes

-Les raquettes nécessitent des chaussures montantes. L’idéal étant des tiges hautes, mais des tiges mid peuvent faire l’affaire avec des guêtres

Comment-choisir-chaussure-randonnée-raquettes
Chaussure de grande randonnée + raquette

4 – Les 6 critères de sécurité d’une chaussure de randonnée

4.1 – Le maintien

Le bon maintien de votre pied dans une chaussure de randonnée est LE critère numéro 1 pour votre sécurité. Car si votre pied est bien maintenu, vous aurez une bonne stabilité ainsi qu’une bonne précision. Ce qui est primordial pour éviter les entorses et les chutes.

4.2 – L’accroche et l’adhérence

Comme nous l’avons vu précédemment, cela vous permet de ne pas glisser, que ce soit sur les terrains mous (l’accroche) ou sur les terrains durs (l’adhérence)

4.3 – La rigidité

Avantages des chaussures rigides :

-Bonne tenue du pied.
-Bonne stabilité.
-Favorise la précision.
-Plus résistantes et donc plus durables.

Inconvénients des chaussures rigides :

-Moins confortables.
-Lourdes.

Les chaussures très rigides sont uniquement utiles pour l’alpinisme et la marche en crampons semi-automatiques ou en raquettes sur neige ou glacier. (Encore que, les raquettes ne nécessitent pas d’avoir des chaussures très rigides !)

Avantage des chaussures souples :

-Favorisent le déroulé du pied.
-Favorisent l’accroche.
-Confort.
-Légèreté.

Inconvénients des chaussures souples

-Manquent de stabilité (les pieds compenseront par un effort musculaire ce qui n’est pas une mauvaise chose sur une petite randonnée, mais qui s’avèrera fatiguant sur une plus longue, ce qui donne le deuxième inconvénient…)
-Fatigue du pied sur une longue randonnée.
-Manquent d’adhérence.
-Plus fragiles.

Comment juger la rigidité d’une chaussure de randonnée

-En flexion, si la semelle se tord très facilement sous vos mains, elle est considérée comme très souple.

-En flexion, si vous arrivez à la tordre en appliquant une force assez importante, elle est considérée comme moyennement rigide.

-En flexion, si vous ne pouvez pas du tout la plier, elle est considérée comme très rigide.

La rigidité d’une chaussure peut également se tester de la même manière en torsion et en latérale sur le haut de la tige (pour les chaussure hautes).

La rigidité est donc un compromis à trouver entre confort, maintien, durabilité et légèreté. Dans tous les cas, à part si vous avez une pratique de la randonnée très spécifique, je vous conseille de prendre des chaussures ni trop rigides ni trop souples.

A noter qu’une chaussure peut vous sembler rigide en magasin mais elle ne doit pas être désagréable !

Voici une vidéo vous présentant la différence entre des semelles souples et des semelles rigides :

Différence entre semelle souple et rigide

4.4 – Le poids

Le poids de vos chaussures est un élément très important ! Je considère que trop de vendeurs proposent des chaussures surdimensionnées par rapport aux types de randonnées que vous souhaitez faire.

Des chaussures trop lourdes vous fatigueront les jambes à force de devoir les soulever des milliers de fois. La fatigue vous fera perdre en précision et en équilibre en fin de journée et vous fera donc perdre en sécurité.

A l’inverse, les chaussures légères, vous apporteront un grand confort et seront beaucoup moins fatigantes (si elles sont assez rigides 😉 ).

Prenons un exemple :

Pour parcourir 20 km vous devrez faire en moyenne 30 000 pas.
Admettons que vous avez le choix entre 2 paires de chaussures dont une est 100 g (l’unité) plus légère que l’autre.

Si vous choisissez la paire de chaussures la plus légère, cela fera pour chacune de vos jambes : 30 000 pas x 100 g = 3000 kg à soulever en moins sur la journée !

Imaginez la différence de fatigue !

A noter : Les très grosses chaussures, super rigides, super renforcées et donc super lourdes, que l’on pourrait appeler « des chars d’assaut », sont uniquement utiles sur des terrains très difficiles et pour quelqu’un qui en ferait une utilisation très intensive. Ce qui n’est pas le cas de 99% des randonneurs.

Et encore, les 1% de personnes concernées, ayant un bon niveau technique, peuvent maintenant trouver des chaussures avec un meilleur compromis rigidité, durabilité, légèreté. (Je ne parle pas ici des chaussures de randonnée glaciaire/alpinisme qui sont forcément assez lourdes et très rigides).

Pour vous donner un ordre d’idées :

Les chaussures basses peuvent tourner autour de 400 g l’unité (en 42) et 350g (en 38).

Comment-choisir-chaussure-randonnée-poids-ultra-raptor-La-Sportiva
Chaussure basse (pointure 44)

Les chaussures mid peuvent tourner autour de 550 g l’unité (en 42) et 500 g (en 38).

Comment-choisir-chaussure-randonnée-poid-lowa-renegad
Chaussure mid (pointure 39)

Les chaussures hautes peuvent tourner autour de 600 g l’unité (en 42) et 550 g (en 38)

Comment-choisir-chaussure-randonnée-poids-salomon-ques
Chaussure haute (pointure 43 1/3)

Un conseil : pour de la grande randonnée « classique » au-dessus de 750 g (l’unité) laissez tomber !

ATTENTION : certains petits malins vous donnent le poids des chaussures sans la semelle intérieure. Et cela n’est précisé nulle part. Ce qui fausse la donne par rapport aux autres marques qui indiquent le poids de la chaussure semelle incluse !

Par exemple mes chaussures de trail La Sportiva sont annoncées à 385 g unité, alors qu’elles pèsent en réalité 410 g avec leurs semelles.
Bref, pour résumer, ne choisissez pas des chaussures trop lourdes !

4.5 – La protection

Quand on pense à la protection, on pense à la résistance de la chaussure qui est fonction de la matière utilisée et des différents pare-pierre et renforts. Ce qui protège les pieds mais permet surtout d’avoir une chaussure qui dure dans le temps.

Mais l’autre point à ne pas négliger est la protection de vos pieds en termes d’humidité, (nous en avons déjà parlé à propos des membranes imperméables), mais aussi au niveau thermique.

Si vous randonnez uniquement en plaine à la saison estivale, vous choisirez plutôt des chaussures aérées. Mais si vous envisagez de randonner par des températures froides, faites attention de choisir des chaussures relativement chaudes.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment s'orienter dans le brouillard en randonnée ?

Aucun indice ne vous aidera sur ce point. Mais en les testant, vous saurez rapidement, rien qu’à la sensation, si elles sont plutôt chaudes ou pas.

Nous voyons maintenant beaucoup de personnes randonner avec des chaussures de trail. Cette solution peut être intéressante dans certains cas (j’en reparlerai un peu plus loin).

Mais faites attention : ne randonnez pas avec des chaussures de trail, en haute altitude avec des températures négatives ou vous pourrez rencontrer de la neige. Car avec vos pieds pas assez protégés du froid, le risque de gelures n’est pas à exclure !

A noter : que vous pouvez augmentez la thermicité de vos chaussures en achetant des semelles thermiques.

4.6 – Le confort

Le critère de confort découle en fait du compromis que vous devrez faire entre les 5 premiers critères.

Il faut donc voir le confort comme l’objectif principal dans le choix de vos chaussures de randonnée !

5 – Les 6 types de chaussures de randonnée pour 6 programmes différents

5.1 – Les chaussures de randonnée glaciaire / Alpinisme / Raquettes

Comment-choisir-chaussure-randonnée-glaciaire-Asolo
Chaussure de randonnée glaciaire / Alpinisme / Raquettes (Synthétique + Nubuck)

L’alpinisme est presque hors sujet dans cet article, mais la limite entre randonnée, randonnée glaciaire et alpinisme n’est pas toujours facile à placer.

Privilégiez des chaussures à tige haute, dédiées aux pratiques de la montagne hivernale. Elles doivent être imperméables, très rigides et cramponnables. Elles sont adaptées aux températures très basses (-10 à – 20°c).

Ces chaussures ne sont pas les plus confortables, mais nécessaires pour ce genre de pratique !

5.2 – Les chaussures de grande randonnée / Raquettes

Comment-choisir-chaussure-grande-randonnée
Chaussure de grande randonnée (Synthétique + Nubuck)

Randonnée de plusieurs jours, avec des étapes relativement longues sur un terrain pas toujours évident et un sac à dos bien rempli.

Privilégiez des chaussures à tige haute ou mid, moyennement rigides, avec un amorti important. Elles permettront de supporter les forts dénivelés et les charges importantes.

Elles doivent être imperméables, avec possibilité de leur mettre des crampons à lanières ou des raquettes. Elles seront adaptées à des températures négatives (0 à -10°c).

Attention tout de même à ne pas les prendre trop lourdes et trop rigides !

5.3 – Les chaussures de petite randonnée

Comment-choisir-chaussure-petite-randonnée-
Chaussure tipée petite randonnée, mais capable d’en faire plus (Nubuck, sans pare-pierre)

Randonnée à la journée ou de quelques jours, avec de petites étapes, sur des sentiers relativement faciles en plaine ou en moyenne montagne et éventuellement un sac à dos léger.

Privilégier des chaussures à tige basse ou mid, relativement souples et légères.

5.4 – Les chaussures d’approche

Comment-choisir-chaussure-randonnée-approch
Chaussure d’approche (cuir suède) / © Scarpa

Ce type de chaussures a été créé au départ pour permettre au grimpeur de rejoindre les parois d’escalade, situées parfois dans des endroits un peu difficiles d’accès, dans des pentes raides et rocheuses, souvent hors sentier où un peu d’escalade facile s’avère parfois nécessaire.

Privilégiez des chaussures à tige basse et rigide, avec une semelle étroite et dure et une grip zone à l’avant de la semelle (grip zone = petite zone plate et dure pour obtenir une très bonne adhérence sur la roche).

Ces chaussures très spécifiques ne sont pas vraiment adaptées pour la randonnée classique. En effet, elles n’ont pas les avantages des chaussures basses (ce n’est pas ce qu’il y a de plus confortable) mais elles ont les inconvénients des chaussures hautes (relativement lourdes et rigides).

On est plutôt entre la chaussure de rando et le chausson d’escalade !

L’intérêt pour les grimpeurs est d’avoir des chaussures précises :
-Pour crapahuter sur des terrains difficiles.
-Pas trop volumineuses afin de les glisser dans leur sac pendant la grimpe.

5.5 – Les chaussures de trail

Comment-choisir-chaussure-randonnée-trail-souple

Ce type de chaussure à été créé au départ pour les personnes souhaitant courir sur les sentiers.

Plutôt légères et amortissantes, elles offrent généralement moins de protection qu’une chaussure de randonnée classique. Sans membrane imperméable, elle sèche très vite (c’est souvent le cas).

Elles se différencient des chaussures de footing classique avec :
-Davantage de renfort.
-Une semelle qui propose plus d’amorti.
-Plus de crampons.
-Plus d’épaisseur pour ne pas sentir les cailloux.

Les chaussures de trail sont des chaussures basses, avec une semelle large pour permettre une bonne accroche et une bonne stabilité. Relativement souples, elles offrent également un bon déroulé du pied. Mais cette souplesse peut les rendre fatigantes sur les longues randonnées.

Ces chaussures peuvent donc être intéressantes, pour les personnes sportives n’ayant pas de problème de chevilles et ayant une certaine expérience de la randonnée.

Leurs avantages : légères, confortables avec une bonne accroche.

Mais elles ont aussi leurs limites : elles sont fragiles et ne protègent pas beaucoup vos pieds, lors de températures basses et lors de passages dans la neige ou dans la boue par exemple.

ATTENTION : Certaines chaussures de trail sont très légères, fragiles, assez fines et souples et d’autres sont un peu plus lourdes, mais plus rigides, plus renforcées et plus larges. Si les chaussures de trail vous tentent, je vous conseille de privilégier cette dernière catégorie 😉.

Faites également attention au drop des chaussures de trail (dont j’ai déjà parlé plus haut).Pour rappel : Le drop est la différence de hauteur entre l’avant et l’arrière de la chaussure.

Certaines chaussures de trail ont un drop excessif :

-Soit nul (0 mm) : ce qui vous rapprochera de la marche naturelle pieds nus.
Mais attention cela peut provoquer une fatigue excessive sur une longue randonnée.

-Soit maximal (12 mm) : ce qui vous donnera beaucoup d’amorti et donc de confort mais empêche la marche naturelle.

Je vous conseille un bon compromis : un drop intermédiaire (autour de 6 mm)

5.6 – Balade

Comment-choisir-chaussure-randonnée-balade
Chaussure de balade / multi-activité (synthétique + nubuck)

Les chaussures de balades sont adaptées pour de petites randonnées faciles sans dénivelés, ni terrains accidentés.

Les chaussures de balades sont des chaussures à tige basse ou éventuellement mid. : souples, peu techniques et donc généralement plus économiques.

Certaines personnes utilisent même des sandales de randonnées par températures chaudes. Dans ce cas faites attention de prendre des sandales avec un avant fermé qui protège vos orteils !

comment-choisir-chaussure-randonnée-sandalle-de-randonnée
Sandalle de randonnée / © Keen

Mon conseil : pour ce genre de pratique, si vous avez le budget et pour un maximum de confort, je vous conseille des chaussures de trail plutôt que des chaussures de balades peu performantes.

Et enfin pour finir voici des chaussures atypiques : les Five fingers

Comment-choisir-chaussure-ses-chaussures-de-randonnée-five-finger
Five fingers / © Vibram

Les chaussures Five fingers (5 doigts) créées par la marque Vibram sont de véritables doubles peaux pour vos pieds.

Elles se composent :

-d’une semelle très fine et très souple
-d’une enveloppe supérieure avec un logement pour chaque doigt de pied.
Cette pratique, originale et très spécifique, permet de retrouver les sensations et le mécanisme de la marche naturelle pieds nus.

Notez : que ce genre de chaussures s’usent très vite ! Je n’ai personnellement jamais testé, mais puisque j’aime bien marcher pieds nus l’été, j’aimerais bien essayer un jour… !

6 – Chaussures montantes ou basses ? Le grand débat !

Choisir une chaussure montante ou basse pour randonner : le grand débat de ces dernières années. Mais il n’y a pas de réponse toute faite, cela dépend de vous et de votre pratique de la randonnée…

La tendance actuelle est de privilégier des chaussures de marche légères pour limiter la fatigue des jambes, donc les chaussures basses ont le vent en poupe. Mais attention de ne pas faire un choix trop extrême !

6.1 – Les chaussures basses (arrivent sous la malléole)

Avantages des chaussures basses :

-Elles font travailler la cheville et soulagent les genoux, (point positif, sauf si vous avez des problèmes de chevilles).
-Elles sont plus légères, donc fatiguent moins les jambes.
-Elles sont normalement très confortables (elles diminueront le risque d’ampoule).

Inconvénients des chaussures basses :

-Elles peuvent être trop souples.
-Elles maintiennent moins bien le pied sur les terrains instables.
-Elles protègent moins vos pieds des agressions extérieures : rochers, boue, eau, neige, sable…

Les cailloux rentrent généralement plus facilement dans une chaussure basse pendant la marche. Mais cela dépend des chaussures et de votre démarche.

(Personnellement, je n’ai pas plus de petits cailloux à rentrer dans mes chaussures de trail que dans mes chaussures de randonnée montantes).

Les chaussures basses les plus adaptées pour les longues randonnées sont sans conteste les chaussures de trail.

Les chaussures de trail sont adaptées pour randonner en montagne si :

-Vous êtes un randonneur expérimenté, à l’aise sur les rochers avec une bonne lecture du terrain.
-Vous n’avez pas de problème de cheville, vous n’avez jamais eu d’entorse.
-Vous êtes sportif avec les jambes et les chevilles musclées.
-Vous n’avez pas besoin d’une protection importante face aux éléments (neige, boue, températures froides…)

Donner des chaussures de trail à un débutant en montagne, c’est comme donner le volant d’une voiture de course à quelqu’un qui vient de passer son permis. Elle ira vite mais sera difficile à maitriser et plus fragile.

Cela dit les chaussures de trail sont très bien pour randonner en plaine sur des sentiers faciles, même si vous ne remplissez pas les critères ci-dessus !

Ensuite viennent les chaussures basses de petites randonnées ou de balades
Comme leur nom l’indique, elles sont adaptées pour des petites randonnées ou des balades en plaine sur des sentiers faciles, quels que soient votre niveau de forme et de pratique (sauf si vous avez des problèmes de chevilles)

ATTENTION : comme je l’ai déjà dit, les chaussures de sport (footing, running) n’ont pas les mêmes caractéristiques qu’une chaussure de marche.

Elles seront généralement moins solides, sans membrane imperméable, avec une semelle moins épaisse qui offrira moins d’amorti et moins d’accroche. Vos pieds seront donc moins protégés.

Enfin nous avons les chaussures d’approche (dont j’ai déjà parler plus haut) dont l’utilisation est bien spécifique !

6.2 – Les chaussures hautes (arrivent au-dessus de la malléole)

Avantages des chaussures à tige haute :

-Elles maintiennent bien les chevilles : bonne stabilité dans les pierriers.
-Elles protègent le pied des agressions extérieures : petits cailloux, boue, eau, neige, sable…
-Elles permettent de passer des petits cours d’eau en gardant les pieds secs.

Si le cours d’eau est trop important il faudra déchausser pour ne pas les mouiller (alors qu’avec des chaussures de trail, par temps chaud, on pourra les mouiller car elles sècheront en 30 minutes environ).

Inconvénients des chaussures à tige haute :

-Elles font moins travailler les chevilles mais davantage les genoux (ce qui peut être un avantage si vous avez des problèmes de cheville).
-Elles sont plus lourdes.
-Elles peuvent être moins confortables car plus rigides (elles favoriseront davantage les ampoules).
-Elles peuvent occasionner des douleurs au niveau de la malléole ou du tibia.

Les chaussures montantes (hautes) sont adaptées pour vous :

-Si vous êtes moyennement ou peu sportif et que vous voulez vous mettre à la rando.
-Si vous êtes sportif et expérimenté mais que vous souhaitez aborder des sentiers difficiles (éventuellement gros pierriers, neige, boue etc…) , par des températures basses tout en gardant vos pieds protégés.
-Si vous souhaitez faire des randonnées glaciaires ou de la raquette.
-Si vous souhaitez randonner avec un sac très lourd de 20 kg pendant une longue période. (Ce que je ne vous conseille pas si vous n’avez pas d’expérience).

Les chaussures hautes ne sont pas adaptées pour vous :

-Si vous souhaitez randonner uniquement sur terrain plat et facile.

A noter : les chaussures hautes vous protègeront d’une torsion bénigne (foulure). Elles maintiennent un peu mieux la cheville qu’une chaussure basse, mais elles n’éviteront pas les entorses.

L’important, c’est de limiter le poids de vos chaussures, pour limiter la fatigue de vos pieds et de vos jambes. Et donc limiter les blessures et les chutes.

6.3 – Chaussures mid (arrivent au niveau de la malléole)

Je lis beaucoup d’avis contradictoires entre les chaussures montantes (hautes) rigides et les chaussures basses souples et d’après mon expérience, Je pense que pour une pratique polyvalente de la randonnée, le meilleur compromis se situe entre les deux : Des chaussures à tige Mid, moyennement rigides !

En effet nous voyons depuis le début de cet article que tout est affaire de compromis. Hé bien les chaussures mid rassemblent le meilleur des deux mondes !

Avantages des chaussures mid :

-Elles sont assez légères.
-Elles sont plutôt confortables, car généralement ni trop rigides, ni trop souples.
-Elles évitent les douleurs au niveau des malléoles et des tibias que l’on peut rencontrer sur les chaussures hautes.
-Elles ont généralement une bonne accroche et une bonne adhérence.
-Elles protègent correctement le pied des agressions extérieures : Roche, cailloux, neige, boue, sable…
-Elles permettent de passer des petits cours d’eau, en gardant le pied sec (si elles sont équipées d’une membranes)
-Elles apportent de la stabilité tout en laissant la cheville travailler (idéal pour la muscler). Si vous avez un peu d’expérience, elles suffiront pour du hors sentier accidenté et des pierriers instables.

Inconvénients des chaussures mid

-Pas très adaptées aux randonnées hivernales dans la neige (avec des guêtres ça passe bien !)
-Ce ne sont pas les plus légères.

Bref, il y a un peu d’inconvénients !

Les chaussures mid sont adaptées pour vous :

-Si vous souhaitez utiliser une seule paire de chaussures pour randonner dans presque toutes les conditions et à peu près tous les types de terrains et cela quels que soient votre niveau sportif et votre expérience.

-Si vous démarrez la rando et que vous souhaitez des chaussures polyvalentes, je vous conseille des chaussures Mid avec une membrane imperméable Gore-Tex. C’est le juste milieu entre les chaussures de trail qui manquent un peu de protection et les grosses chaussures de montagne qui sont trop lourdes.

Actuellement je randonne soit avec des chaussures montantes pas trop rigides (si les conditions sont dures : boue, neige, froid). Soit avec des chaussures de trail (si les conditions sont plus clémentes)

Mais quand ces deux paires seront usées, je crois bien que mes prochaines chaussures de randonnée seront des Mid !

6.4 – Voici quelques exemples d’utilisation pour vous aider à faire votre choix.

-Si vous souhaitez uniquement randonner en plaine sur des sentiers faciles par temps sec : je vous conseille des chaussures à tige basse.

-Si vous souhaitez uniquement randonner en plaine sur des sentiers faciles par tous les temps : je vous conseille des chaussures à tige mid.

-Si vous souhaitez randonner en montagne en été (ou au printemps et à l’automne à des altitudes relativement basses), avec peu de risque de neige ou de névés : je vous conseille des chaussures à tige mid ou basses.

-Si vous souhaitez une chaussure polyvalente pour randonner quasiment par tous les temps et sur presque tous les terrains (occasionnellement chausser des raquettes ou des chaines à neige) : Je vous conseille des chaussures à tige mid.

-Si vous souhaitez randonner en montagne sur des sentiers difficiles et dans toutes les conditions, avec la possibilité de rencontrer de la neige ou des névés et de pouvoir chausser des crampons et des raquettes régulièrement : Je vous conseille des chaussures à tige haute.

-Si vous souhaitez faire de la randonnée glaciaire : je vous conseille des chaussures à tiges hautes très rigides avec un débord à l’arrière pour pouvoir utiliser des crampons semi-automatiques.

A noter : Le simple fait d’utiliser des chaussures à tige basse souple ou des chaussures à tige mid moyennement rigide, plutôt que des chaussures à tige hautes trop rigides réduira considérablement les risques d’ampoules.

6.5 – Mon avis personnel (mais je ne suis pas le seul à penser ça !)

Trop de vendeurs prônent encore la grosse chaussure de rando en cuir super lourde et super rigide.

Au secours il faut arrêter ça ! Certes, ces chaussures sont très spécifiques, increvables, faites pour une utilisation très intensive, pouvant convenir à des professionnels de la montagne… ! Mais pas du tout adaptées à la plupart des randonneurs. (Certaines pèsent + de 1.2 kg l’unité (en 42) !)

Comment choisir ses chaussures de randonnée
Chaussure de grande randonnée : 1220 g l’unité en 42 / © Meindl

Annecdote : Je me souviens il n’y a pas si longtemps, être allé dans une enseigne connue pour proposer du bon matériel de randonnée. Après avoir expliqué au vendeur mon programme et mon niveau de rando (grande randonnée polyvalente, bonne forme physique et expérience confirmée), je le vois revenir avec des chars d’assaut indestructibles qui pesaient une tonne !

Alors c’est sûr que celles-là, je les aurais gardées toute ma vie ou presque ! Mais je les aurais trouvées trop lourdes et inconfortables et je les aurais vite bazardées 😉.

Vous n’êtes pas convaincu ? Je vous laisse tester une grosse paire de chaussures comme ça en magasin et ensuite essayer une chaussure plus souple et plus légère, je pense que vous comprendrez tout de suite la différence !

Et je sais de quoi je parle, car j’ai commis cette erreur… Il y a bien longtemps, j’ai fait quelques randonnées classiques en montagne avec des chaussures de randonnée glaciaires (donc lourdes et très rigides)… Les chaussures était très stables et précises, mais quelle lourdeur et quel inconfort !

7 – Les bonnes questions pour bien choisir vos chaussures de randonnée ?

Pour bien choisir vos chaussures de randonnée, il faut vous poser les bonnes questions et dans le bon ordre ! Vous devez avant tout définir votre programme de randonnée…

7.1 – Sur quel type de terrain voulez-vous randonner ?

Sentiers faciles : plaines, vallées, pentes modérées : Chaussures basse à Mid.

Sentiers accidentés : pierres, racines, pentes plus raides en montagne : Chaussures mid.

Hors sentier : Sol instable qui demande de la concentration et où il faut parfois mettre les mains : Chaussure Mid à haute.

7.2 – Quelle est la durée des randonnées envisagées ?

La durée d’une randonnée (de plusieurs jours) est un critère souvent mis en avant. En fait, pour moi cela n’a pas beaucoup de pertinence. Au lieu de parler de durée de randonnée, je trouve qu’il faudrait plutôt parler de durée journalière.

Plus vos randonnées seront longue (durée journalière), plus vous devrez chercher de la rigidité pour ne pas fatiguer vos pieds, mais sans excès pour garder du confort et de la légèreté.

Comptez-vous faire :

-Une petite randonnée de 2 à 3 h par jour : chaussures souples.
-Une randonnée moyenne de 4 à 5 h par jour : chaussures moyennement rigides.
-Une grande randonnée de 6 à 7 h ou un peu plus… : chaussures moyennement rigides à rigides.

7.3 – A quelle fréquence pensez-vous randonner ?

-Pratique peu fréquente : pas besoin de chaussures trop renforcées.
-Pratique régulière : prenez des chaussures avec un minimum de renforts.
-Pratique intensive : prenez des chaussures bien renforcées.

7.4 – Quel sera le poids de votre sac à dos ?

-Sac à dos léger 5 kg : chaussures basses.
-Sac à dos moyennement lourd 10 kg : chaussures basses à mid.
-Sac à dos lourd 15 kg : chaussures mid à hautes.
-Sac à dos très lourd 20 kg : chaussures hautes.

Mon conseil : ne randonnez pas avec un sac à dos de plus de 20% de votre poids grand maximum, surtout si vous êtes débutant.

7.5 – Quel est votre niveau d’expérience en randonnée ?

Moins vous êtes expérimenté et plus votre chaussure doit être protectrice :

-Débutant : choisissez une chaussure plutôt mid à haute.
-Expérimenté : choisissez une chaussure plutôt basse à mid.

7.6 – Quel est votre niveau sportif ?

Moins vous êtes sportif et plus votre chaussure doit vous apporter du maintien au niveau de la cheville :

-Plutôt sportif : choisissez une chaussure plutôt basse à mid.
-Peu sportif : choisissez une chaussure plutôt haute à mid.

7.7 – Quelles seront les conditions climatiques de la plupart de vos randonnées ?

-Si les conditions sont clémentes avec des températures chaudes : choisissez une chaussure plutôt basse bien aérée (membrane imperméable facultative).
-Si les conditions sont difficiles : choisissez plutôt une chaussure mid à haute (avec une membrane imperméable Gore-Tex).
-Si vous souhaitez utiliser vos chaussures dans toutes les conditions : choisissez plutôt une chaussure mid (avec une membrane imperméable Gore-Tex).

7.8 – En déduire la chaussure idéale…

Pour vous aider à faire votre choix, vous trouverez dans mon guide

« La méthode en 5 étapes pour choisir vos chaussures de randonnée »

un questionnaire vous indiquant la chaussure qui vous correspond en fonction de vos réponses !

Recevez gratuitement le guide en 5 étape
pour bien choisir vos chaussures de randonnée !

guide-chaussures-randonnée

Un guide simple et efficace (5 pages).


1 - Une liste des caractéristiques à vérifier.

2 - Un questionnaire qui évite les prises de tête !

3 - La méthode pour connaitre votre pied.

4 - La méthode des tests en magasin.

5 - Une check-list pour ne rien oublier !

Je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée, ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos et autres informations vous donnant des idées d'itinéraires et des conseils techniques pour partir à l'aventure. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

8 – Comment déterminer votre pointure ?

Pour choisir les bonnes chaussures, il est intéressant de connaitre précisément votre pointure. Certains vont se dire qu’ils la connaissent déjà… Moi aussi ! (je pensais faire du 42.5).

Mais grâce à l’écriture de cet article, j’ai découvert ( ☹ déçu) que je ne fais que du 42.. Et, mon pied droit fait 3 mm de plus que mon pied gauche (mon pied droit est donc mon pied le plus fort).

8.1 – Pour mesurer votre pointure chez vous c’est très simple !

Comment-choisir-chaussure-randonnée-comment-mesurer-pointure
Mesure de votre pointure

Prenez une feuille de papier A4, placez-la sur le sol contre un mur. Posez votre pied (nu) sur la feuille en collant votre talon contre le mur. L’autre pied doit être dans la même position bien parallèle.

Faites une marque au crayon à l’avant de votre gros orteil. Attention la marque doit être effectuée bien à l’aplomb de votre orteil.

L’idéal est de faire ça à deux, pour rester bien droit, les genoux légèrement fléchis pendant la mesure pour que le talon soit bien contre le mur.

Faites pareil avec le deuxième pied.

Mesurer les distances en centimètres entre le bord de votre feuille et les marques de vos pieds et reportez-vous au tableau ci-dessous (Attention pour déterminer votre pointure, vous devez prendre en compte votre pied le plus fort, donc le plus long).

Equivalence pointures Euro UK US
Tableau-pointures-francaises-équivalence-UK-US
Tableau de pointure / Equivalences : cm, taille française (euro), US, UK

Je précise que ces tableaux présentent des valeurs moyennes, qui varient d’une marque à une autre !!!

A noter qu’en France nous parlons normalement en demi-pointure (par exemple : 42, 42.5, 43) sauf que les références les plus connues dans le monde sont les tailles US (Etat-unis) et UK (Angleterre).

Les fabricants français et les autres d’ailleurs ont donc tendance à se caler sur ces références. Ce qui fait que vous pouvez voir des équivalences en taille française (taille euro dans le tableau) avec des tiers (par exemple : 42, 42 2/3, 43 1/3).

Voilà c’est parfait vous avez déterminé votre pointure théorique !

Rajoutez maintenant 1 cm pour obtenir la pointure que vous devrez acheter dans la plupart des cas.

Dans certains cas vous n’aurez que 0.5 cm à rajouter ou d’en d’autre cas 1.5 cm. Cela dépend des marques. Certaines chaussent petit, d’autres chaussent grand.

ATTENTION : Les pointures peuvent même varier d’un modèle à un autre dans la même marque. Et même sur le même modèle fabriqué à des périodes différentes !

A noter : ce 1 cm à rajouter correspond à peu près au conseil entendu fréquemment : prendre une pointure au-dessus de sa taille.

8.2 – Mesurez votre pointure en magasin

Le vendeur est là avec son appareil de mesure (un pédimètre) et il sait s’en servir. Le principe est le même qu’avec votre feuille de papier.

Vous devez être debout, sans chaussette, les pieds parallèles et les genoux légèrement fléchis. Prenez la pointure et basez-vous sur le pied le plus fort.

Certains pédimètres peuvent également mesurer la largeur du pied (j’en parle un peu plus bas).

D’autres pédimètres peuvent également montrer l’empreinte de votre pied pour savoir si vous avez les pieds plats ou creux (j’en parle aussi un peu plus bas).

Sachez qu’il existe aussi des appareils pour prendre l’empreinte de vos pieds dans le but de créer des semelles sur mesure (pas des semelles orthopédiques, pour cela il faut aller voir un orthopédiste ou un podologue). Ces appareils sont intéressants pour connaitre vos pieds (sans forcément faire une semelle).

8.3 – Voici un exemple concret avec mes pieds et mes chaussures pour vous convaincre 😉.

Longueurs : mon pied gauche = 26.1 cm et mon pied droit = 26.4 cm.
Je garde donc la mesure de mon pied le plus fort, soit : 26.4 cm (que je peux arrondir à 26.5cm).

Dans le tableau ci-dessus, cela correspond à du 42 en taille française (taille euro). Ca c’est ma pointure théorique.

Si je rajoute 1 cm, j’arrive à 27.5 cm ce qui me donne du 43 1/3 en taille française (taille euro).

Si maintenant je regarde la pointure de mes chaussures, je vois que cela est tout à fait cohérent ! :

  • 43 1/3 : pour mes chaussures « multi activités »
  • 44 : pour mes vieilles chaussures de trail Salomon (que j’ai toujours trouvées un poil trop grandes).
  • 44 : pour mes nouvelles chaussures de trail La Sportiva (cette marque taille petit, c’est donc logique que je sois sur du 44).
  • 43 1/3 : pour mes chaussures montante (hautes) de randonnée.
  • 43/1/3 : pour mes chaussures d’alpinisme, randonnée glaciaire.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Vidéo de Présentation du kayak Nautiraid Grand Narak 550

9 – Comment déterminer la morphologie de votre pied ? (Fin, moyen, large…)

9.1 – Comment savoir si vous avez le pied fin, moyen ou large ?

Vos chaussures doivent correspondre à votre pointure, mais également à la forme de vos pieds. C’est LA ”clé” pour être ”bien dans ses baskettes” 😉.

Le « feet » c’est-à-dire la forme et le volume intérieur des chaussures doit s’adapter à la forme de vos pieds et pas l’inverse ! Et pour ça il n’y a pas de miracle, il faut essayer des chaussures et y aller au feeling.

Tout le monde (sur internet ou dans les magasins) dit que certaines marques chaussent plutôt large, d’autres chaussent moyen et d’autres encore sont pour les pieds fins. Ok, mais faudrait-t-il encore savoir si votre pied est large ou fin !

Alors oui les bons vendeurs en magasin, qui font ça toute la journée pourront vous le dire , en un clin d’oeil !

Il n’existe malheureusement pas de tables officielles de rapport longueur/largeur pour déterminer la largeur de votre pied.

Mais j’ai trouvé des valeurs intéressantes auprès de fabricants et revendeurs de chaussures sur mesure qui vous confirmeront les dires du vendeur !

9.2 – Comment mesurer votre largeur de pied ?

Comment-choisir-chaussure-randonnée-pieds-large-moyen-fin
Mesure de votre largeur de pied

Posez un mètre à ruban de couture sur le sol.

Posez l’avant de votre pied sur le ruban, bien à plat.

Tenez-vous bien droit pour répartir votre poids de manière égale sur toute la surface de votre pied. (L’idéal est de faire ça à deux).

Faites le tour de votre pied avec le mètre ruban et prenez la mesure.

Le mètre ruban doit passer au niveau de l’os juste en arrière de votre gros orteil et il doit aussi passer sur l’os juste en arrière de votre petit orteil (si le mètre ruban n’est pas parfaitement perpendiculaire à l’axe de votre pied c’est normal).

Voici un tableau vous présentant différentes largeurs en fonction de votre pointure, pour déterminer la largeur de votre pied. (Les pointures vont du 35 au 50, donc je pense que tous les adultes rentrent dans le tableau !)

Tableau-largeur-de-pied-fin-moyen-large
Tableau indiquant la largeur de votre pied en fonction de votre mesure (en cm) et votre pointure

Si je prends mon exemple :

Mes deux pieds sont identiques en largeur et la mesure me donne 25 cm.
Sachant que je fais du 42, mon pied se situe dans la colonne « Moyen ».

Ce résultat confirme bien ce que me disent la plupart des vendeurs en magasin. « Vous n’avez pas le pied large… Mais pas trop fin non plus… Donc disons moyen ! »

9.3 – Avez-vous les pieds supinateurs ou pronateurs ?

Maintenant que vous connaissez la largeur de vos pieds. Savez-vous si vos pieds sont pronateurs, neutres ou supinateurs ?

Hein ??? Qu’est-ce qu’il me dit celui-là ?

Comment-choisir-ses-chaussre-de-randonnée-pronateur-neutre-supinateur
Usure des semelles en rouge / © www.jogging-plus.com

C’est très simple :

  • La pronation correspond à un affaissement du pied vers l’intérieur.
  • La supination correspond à un affaissement du pied vers l’extérieur.
  • Le pied neutre (dit universel) est parfaitement aligné sur l’axe du pied.

Pour savoir si vous êtes pronateur, neutre ou supinateur, il suffit de prendre vos chaussures (de ville ou de sport peu importe) et de regarder comment s’use l’avant de vos semelles.

  • Les pieds pronateurs usent la partie intérieure de la semelle.
  • Les pieds supinateurs usent la partie extérieure de la semelle.
  • Et les pieds neutres usent la partie centrale de la semelle.

Noter que :
45% des personnes sont des pronateurs.
45% des personnes sont neutres.
Et 10% seulement sont des supinateurs.

-Si vous êtes neutre vous n’avez aucun souci à vous faire la plupart des chaussures seront adaptées.

-Si vous êtes pronateur vous trouverez des chaussures adaptées (surtout dans la catégorie trail). Vous pourrez également corriger ça facilement par une semelle qui soutient votre voute plantaire côté intérieur.

-Si vous êtes supinateur, vous trouverez moins de modèles adaptés. Une solution : vous faire faire des semelles orthopédiques.

9.4 – Avez-vous un Hallux valgus ?

L’Hallux valgus (appelé communément oignon) est une déformation de la partie externe de l’os situé juste en arrière du gros orteil. Je ne détaillerai pas ici les causes de cette déformation, d’autres le feront bien mieux que moi 😉.

Mais en ce qui concerne la randonnée, cette déformation peut être douloureuse et invalidante car les chaussures classiques ne sont pas adaptées à ce genre de pathologie, même si 5 à 10 % de la population française en souffre. Majoritairement les femmes (97%) !

Pour cela certaines marques comme Hanwag propose des modèles spéciaux adaptés pour les Hallux valgus (gamme « Bunion »)

9.5 – Et comment faire si vous avez le syndrome de Morton !

Le syndrome de Morton est une douleur provoquée par la compression du nerf situé généralement entre le 3ème et le 4 ème orteil (les petits orteils). Cela crée un épaississement des tissus autour du nerf (un névrome).

Les douleurs sont généralement fortes pendant la marche, sous forme de décharges électriques, de brûlures ou de picotements (avec éventuellement la sensation de marcher sur un caillou). La douleur disparait généralement au repos et en enlevant les chaussures.

Les causes peuvent être multiples, mais le syndrome de Morton peut être dû au port de chaussures trop étroites dans lesquelles les orteils sont comprimés (typiquement les chaussures à talons des femmes / Ce sont d’ailleurs les femmes qui sont le plus souvent atteintes vers l’âge de la cinquantaine…)

Dans ce cas il est conseillé de choisir des chaussures souples, qui n’ont pas de drop (différence de niveau entre l’avant et l’arrière de la chaussure), avec beaucoup d’espace pour les orteils et un bon support de la voûte plantaire (faites-vous faire des semelles orthopédiques si besoin).

10 – Quelles marques de chaussures de randonnée vous correspond le mieux ?

Avant de commencer cette partie je tiens à préciser que je n’ai aucun intérêt à parler de telle ou telle marque !

Par ailleurs, les avis que je donne correspondent soit :

-à mon avis personnel car je connais la marque ou le modèle,
-aux avis de nombreux utilisateurs que j’ai rassemblés pour cet article.

Vous avez peut-être déjà entendu que telle marque est faites pour les pieds larges et telle autre pour les pieds fins.

Ce n’est pas toujours vrai, car les marques proposent de plus en plus des modèles différents pour répondre à tous les besoins.

Mais on peut quand même noter que :

Les pieds larges à moyen trouveront plutôt leur bonheur chez :

-Scarpa,
-Meindl (avant large, arrière large et cou de pied fort),
-Merell (large à l’avant mais assez étroit au niveau du talon),
-Millet, Technica, Columbia.

Les pieds moyens trouveront plutôt leur bonheur chez :

-La sportiva, Asolo, Lowa, Salewa

Les pieds moyen à fin trouveront plutôt leur bonheur chez :

-Kayland,
-Salomon (fin au niveau du talon mais assez large devant),
-Garmont, Hanwag.

A noter : que certaines marques font des modèles avec une version wide.Comme nous l’avons vu plus haut, la marque Hanwag (gamme « bunion ») propose beaucoup d’espace à l’avant du pied pour les personnes souffrant d’hallux valgus, mais avec un talon assez fin.

Mais également une gamme wide (large) qui propose plus d’espace au niveau du cou de pied (marqué W : attention de ne pas confondre ce W avec le W de Women…).

10.1 – Quelques bonnes marques et bons modèles qui ressortent souvent du lot !

« Ce n’est pas parce que vos ami(e)s sont contents de leurs chaussures de randonnée qu’il faut acheter les mêmes »

Ce conseil on le voit et on l’entend partout et je suis plutôt d’accord.

Mais on peut quand même remarquer que certains modèles de chaussures sont de belles réussites et correspondront à la plupart des pieds « classiques ».

La marque Salomon : (réputée pour leur confort)

Modèle : Ultra 2 GTX (tige basse) : Une bonne chaussure pour de la petite randonnée.

Modèle : Quest 4D GTX (tige haute) : Une bonne chaussure à tige haute, moyennement rigide, légère et confortable (je les connais car je les ai 😉).

La marque La Sportiva (la référence des chaussures de montagne)

Modèle : Ultra Raptor (tige basse) : Une chaussure de trail assez rigide et solide, adaptée pour la randonnée (existe avec une membrane Gore-Tex) (je les connais car je les ai 😉).

Modèle : Boulder X (tige mid) : Une chaussure d’une grande polyvalence.

Modèle : Nepal Evo GTX (tige haute) : Une chaussure mythique pour l’alpinisme technique et les randonnées glaciaires. (Mais ici on sort du domaine de la randonnée).

La marque Lowa (réputée pour les pieds sensibles des femmes)

Modèle : Renegade GTX (tige mid) : Une chaussure célèbre et réputée pour sa polyvalence et son confort. (Existe en version homme et femme) (je les connais car ma femme les a 😉).

Modèle : Mauria GTX W (tige haute) : Modèle femme uniquement.

Les autres bonnes marques qui ressortent souvent du lot sont :

Scarpa, Asolo, Meindl, Merell, Patagonia, North Face, Zamberlan, Asics…

10.2 – Quel budget pouvez-vous consacrer à l’achat de vos chaussures de randonnée ?

Une paire de chaussures de randonnée vous coûtera généralement entre 50 et 200 €.

En dessous de 80 € vous trouverez des chaussures de qualité moyenne.

Entre 80 et 150 € le rapport qualité/prix reste généralement bon.

Au-dessus de 150 € vous êtes sur des chaussures haut de gamme pour une utilisation intensive.

Sachez qu’une paire de chaussures montantes sera plus chère qu’une paire de chaussures basses à qualité égale.

Notez que les chaussures de randonnée glaciaire/alpinisme coûtent beaucoup plus cher : comptez entre 200 et 400 € pour un modèle classique.

La marque Décatlhon (Quéchua) proposent des chaussures plutôt d’entrée de gamme. Les tests trouvés sur internet ne sont pas si mauvais que ça, mais les avis d’utilisateurs sont parfois un peu mitigés… Si votre budget est limité ça peut être votre solution, sinon passez à une gamme supérieure.

Mon conseil : si vous le pouvez, investissez un peu dans vos chaussures, vous en aurez pour votre argent.

11 – Comment tester vos chaussures de randonnée en magasin ?

11.1 – Qu’est-ce qu’un bon vendeur de chaussures de randonnée ?

Un bon vendeur doit tout simplement se poser toutes les questions que nous venons de voir. Il doit donc vous questionner sur votre pratique de la randonnée et bien regarder votre pied afin de déterminer les modèles qui vous correspondent.

A vous de lui expliquer ce que vous allez faire réellement avec vos chaussures (et pas ce que vous rêvez de faire). Si vous ne le savez pas vraiment et que vous voulez faire un peu de tout, demandez-lui des chaussures de randonnées polyvalentes !

Mais le vendeur ne peut pas tout faire pour vous. Il n’est pas dans vos chaussures et ne peut pas ressentir vos propres sensations. Il peut évidemment vous faire passer des petits tests et vous questionner sur vos sensations, afin de déterminer une chaussure adaptée à votre pied.

Mais s’il ne le fait pas, voici les tests à effectuer, les bonnes questions à se poser et les points à vérifier !

11.2 – Choisir les bonnes chaussettes

Essayez vos chaussures avec une paire de chaussettes de randonnée d’épaisseur moyenne, les mêmes que vous utiliserez pendant vos randonnées.

11.3 – Les bonnes pratiques pour un bon essayage !

Si possible essayez vos chaussures en fin de journée car votre pied aura gonflé comme il le fera pendant vos randonnées. Le chaussage doit être facile en desserrant bien les lacets.

Reprenez le laçage bien en bas de la chaussure en gardant votre pied en arrière au fond du talon. Tirez sur la languette pour bien la positionner.

Lacez modérément vos chaussures :

-Un peu plus ferme sous les crochets auto bloquants (pour les chaussures hautes).

-Et un peu moins fort sur le haut de la chaussure pour éviter les points de douleur sur le tibia ou les malléoles.

-Le cou-de-pied doit être maintenu, mais ne serrez pas trop fort pour éviter la compression des artères devant les malléoles.

Bref votre laçage doit être normal, ni trop serré ni trop lâche.

Au passage vérifiez bien que les lacets n’aient pas tendance à glisser. Il m’est arrivé d’acheter des chaussures dont les lacets ne tenaient pas sans double nœud, et encore ! Si c’est le cas, mais que les chaussures vous conviennent vous pourrez toujours changer de lacets, mais autant le savoir dès le début !

Et surtout testez bien les deux pieds complètement lacés, car ils ne sont pas tout à fait symétriques. Vous avez sûrement un pied plus fort que l’autre !

11.4 – Les premières impression assis

Comment vous sentez vous ? Le chaussant doit accueillir confortablement votre pied.

Votre pied doit se sentir maintenu, sans être compressé, avec assez de place pour être à l’aise. Que ce soit dans la longueur mais aussi dans la largeur.

Vos orteils doivent avoir de la place : ni en butée sur l’avant de la chaussure, ni comprimés sur les côtés, ni écrasés par le dessus. Ils doivent pouvoir remuer et respirer dans ce qu’on appelle « la boite à orteils »

Bref l’impression de confort doit être immédiate (même pour les tiges hautes rigides).

11.5 – Les premières impressions debout

L’impression générale de confort du pied doit être bonne !

Repérez les éventuelles gênes ou frottements. S’il y en a ce n’est pas bon signe.

Les 4 points de pression les plus courants doivent être passés en revue :

-L’avant du pied (les orteils).
-Le cou de pied.
-Le haut de la chaussure (sur l’avant au niveau de la languette, sur les côtés au niveau des malléoles).
-Le talon (frottement sur l’arrière).

Si un ou plusieurs points de pression vous gênent, desserrez un peu les lacets. Si ça ne passe pas, laissez tomber ce modèle !

Si tout va bien, faites des allers-retours dans le magasin. N’hésitez pas à exagérer vos mouvements de marche, déroulez votre pied à l’extrême, accroupissez-vous.

Pendant la marche votre talon doit être bien maintenu et ne pas se soulever ou très peu (un demi centimètre maximum).

11.6 – Les tests nécessaires

1er Test pour la pointure

Comment-choisir-chaussure-randonnée-1-cm-de-marge-derrière
Test de pointure sur des chaussure hautes : l’index vient gentillement se coincer derrière le talon

Mettez-vous debout chaussures ouvertes. Poussez jusqu’à toucher le bout de la chaussure avec les orteils.

Dans cette position il faut pouvoir passer l’index derrière le talon (celui-ci doit venir se bloquer gentiment, ce qui correspond à environ 1 cm. (vous savez les 1 cm de marge que nous avons pris pour déterminer votre pointure 😉).

Comment-choisir-chaussure-randonnée-index-derrièr
Test de pointure sur des chaussure basses : l’index vient gentillement se coincer derrière le talon

Si vous avez un doute entre deux pointures, prenez plutôt la plus grande, car vos pieds gonfleront pendant la marche et il est plus facile de réduire le volume d’une chaussure en jouant sur les semelles et les chaussettes, alors que l’inverse n’est pas possible.

Notez que peu de chaussures se détendent vraiment. Même si les matières internes s’écrasent un tout petit peu et s’assouplissent un peu avec le temps, une chaussure trop petite restera trop petite.

2ème Test pour les orteils

Faites 2 à 3 enjambées rapides et arrêtez-vous net. Si votre pied part trop en avant et vient en butée contre la chaussure, essayez une demi pointure au-dessus.

Ce test peut être réalisé de manière plus simple : mettez le pied à la verticale et tapotez l’avant de la chaussure contre le sol. Les orteils ne doivent pas toucher l’avant de la chaussure.

Comment-choisir-chaussure-randonnée-orteils-qui-touchent
Test pour les orteils : Tapotez l’avant du pied contre le sol

Ce test est important car à la descente c’est le cou de pied qui doit bloquer le pied et pas les orteils !

Si vos orteils touchent, vous risquez de souffrir et d’avoir les ongles noirs (à cause d’un saignement sous l’ongle), voire perdre un de vos ongles…

3ème Test pour le talon

S’il y a un banc dans le magasin, posez votre pied dessus et faites comme si vous vouliez monter dessus, pour vérifier que votre talon ne se soulève pas.

Comment-choisir-chaussure-randonnée-talon-qui-décolle
Test du talon : Montez sur une marche ou un banc

S’il y a des marches c’est encore mieux. Là encore votre talon ne doit pas se décoller ou très peu. (Un demi centimètre maximum).

4ème Test pour la pliure avant

Plier l’avant du pied sur une marche ou sur un mur pour vérifier qu’il n’y a pas de point dur.

Comment-choisir-chaussure-randonnée-douleur-pliure-avant
Test de la pliure avant

5ème Test : le module de test

Certains magasins ont un module de test : plan incliné vous permettant de tester les chaussures comme si vous montiez et descendiez une vraie pente :

-A la montée, le talon ne doit pas se décoller ou très peu (un demi centimètre maximum).
-A la descente les orteils ne doivent pas buter sur l’avant de la chaussure

Et enfin pour finir

Portez les le plus longtemps possible et essayer de les oublier. Si vous y arrivez, cela veut dire qu’il n’y a pas de point de pression. Si vous vous sentez stable avec un bon déroulement du pied, c’est donc bon signe 😊.

En bref : La chaussure ne doit pas vous faire mal. Aucune sensation d’inconfort ne doit apparaître en magasin !

11.7 – Essayer plusieurs chaussures de randonnée

Essayez au minimum trois marques différentes pour trouver celle qui vous correspond le mieux et si possible plusieurs modèles dans chaque marque.

Vous devez pouvoir comparer. Procédez par élimination. Faites-vous une catégorie avec les bonnes chaussures et une autre avec les mauvaises.

Puis dans les bonnes chaussures que vous avez mises de côté, faites à nouveau une sélection et ainsi de suite jusqu’à la paire gagnante !

Une fois que vous aurez défini votre modèle, testez toujours la pointure au-dessus et en-dessous.

Si vous n’arrivez pas à vous décider, vous pouvez tester deux modèles ou deux pointures en même temps (une à chaque pied).

Mais attention vous avez sûrement un pied plus fort que l’autre. Donc pour faire ça bien, refaites le test en inversant les chaussures.

12 – La validation : Les bonnes questions à vous poser en magasin

Pour confirmer votre choix, voici les quelques questions à vous poser en magasin :

Est-ce que les qualités techniques de ces chaussures me plaisent ?

Est-ce que ces chaussures me maintiennent bien les pieds ?

Est-ce que je me sens bien dedans ?

Est-ce que j’ai un bon feeling ?

Si vos 4 réponses sont positives, alors ça doit être la bonne paire !

En repensant à mes différents achats, cette méthode simple a fonctionné, dans le bon sens comme dans le mauvais. Quand les 4 réponses étaient positives, j’ai à chaque fois acheté des super chaussures.

Et à l’inverse si une des réponses était négative, j’ai acheté des chaussures dans lesquelles je ne me suis jamais vraiment senti bien dedans.

En bref : Si vous vous dites en magasin « On dirait des chaussons » il y a de fortes chances que ce soit la bonne pointure et le bon modèle !

13 – Que faire après l’achat ?

J’en vois déjà qui sourient 😉. Et bien randonner voyons ! Je ne les ai pas achetées pour aller danser au bal du dimanche ! Oui c’est sûr on est d’accord !

Mais voici quelques petits conseils… 😊 :

-Portez les chez vous pour les tester, en les gardant comme neuves. Cela vous permettra de les échanger plus facilement en magasin si finalement il y a un truc qui ne va pas.

-Ne partez pas avec vos chaussures neuves sur une randonnée de plusieurs jours sans les avoir un peu portées avant. Cela vous permettra de les « rôder » pour qu’elles ne vous fassent pas mal aux pieds.

14 – Quelles sont les solutions si vous n’arrivez pas à trouver chaussure à votre pied ?

14.1 – Changer la semelle intérieure

Si la forme de vos pieds est particulière, changer de semelle peut résoudre votre problème. Pensez aux semelles orthopédiques faites sur mesure. (Pour cela allez voir un orthopédiste ou un podologue).

14.2 – Le thermoformage

Le thermoformage consiste à chauffer la chaussure avec votre pied à l’intérieur, pour qu’elle en épouse la forme.

Cette technique, utilisée depuis de nombreuses années sur les chaussures de ski, fait son apparition sur les chaussures de rando. C’est la marque Technica qui a innové dans ce domaine.

Les résultats sont apparemment très bons.

C’est donc une piste à creuser si vous avez des difficultés à trouver chaussure à votre pied.

Notez que les pieds des femmes sont particulièrement sensibles ! Ce sera donc peut être un peu plus délicat pour vous, mesdames, de trouver la chaussure qui vous correspond. Prenez votre temps.

14.3 – Acheter sur internet

Vous n’avez pas de magasins spécialisés proches de chez vous ? Le magasin n’a pas le modèle ou la pointure qui vous correspond ?

Il est possible d’acheter sur internet, car beaucoup de vendeurs en ligne proposent maintenant un retour gratuit.

Cela dit c’est un peu jouer à la roulette russe, car tant que vous ne les aurez pas testées, vous ne saurez pas si elle vous correspondent.

15 – Conclusion

Cela peut prendre du temps de choisir une bonne chaussure de rando. Comptez 1 heure dans le magasin et prenez votre temps !!!

S’il n’y a pas assez de choix de modèles ou de pointures, ne vous précipitez pas ! Allez en tester d’autres dans un autre magasin. Evidemment ce n’est pas toujours facile en fonction de là où vous habitez.

Mais prendre la chaussure la moins pire, par dépit, n’est certainement pas une bonne solution.

Un dernier conseil, une fois que vous aurez trouvé votre marque et votre modèle ne le lâchez plus ! Et si le modèle ne se fait plus, essayez de trouver un modèle similaire dans la même marque…

Rappelez-vous, même un bon vendeur n’est pas dans votre pied ! Ce sera donc à vous de faire le choix final !

Et malheureusement on peut toujours se tromper…

Avec tous ces conseils, j’espère que vous trouverez VOTRE paire de chaussures… et que vous partirez faire de magnifiques randonnées..

J’espère surtout que vous prendrez du plaisir dans cette pratique magique et ancestrale qui est la marche !

Comme on dit souvent… prenez votre pied ! 😉

16 – Pour vous aider, Je vous offre un guide gratuit pour résumer tout ça !

Il s’agit d’un guide simple et efficace (5 pages) pour vous aider dans votre choix.

Ce guide reprend les 5 étapes principales pour bien choisir vos chaussures de randonnée :

Etape 1 : Connaitre les caractéristiques d’une chaussure et définir votre programme :

Vous y trouverez la liste des caractéristiques à vérifier lors de votre choix.

Etape 2 : Les bonnes questions à se poser pour bien choisir vos chaussures de randonnée :

Vous y trouverez un questionnaire (avec résultats automatiques) pour choisir vos chaussures sans vous prendre la tête.

Etape 3 : Connaître votre pied (pointure et largeur pour définir les marques et les modèles) :

Vous y trouverez la méthode pour connaitre vos pieds.

Etape 4 : Essayages et tests en magasin :

Vous y trouverez la méthode des tests en magasin.

Etape 5 : La validation :

Vous y trouverez une chek-list pour valider votre choix en magasin !

Je vous conseille d’emporter ce guide PDF (5 pages seulement !) avec vous en magasin pour éviter d’oublier un paramètre important !

(Vous pouvez l’imprimer ou le télécharger sur votre smartphone).

Ce guide vous simplifiera la vie. Suivez les 5 étapes et votre choix se fera tout seul ! Ou presque… 😉.

Je vous souhaite de belles Aventures 😉.

Brieg.

Recevez gratuitement le guide en 5 étape
pour bien choisir vos chaussures de randonnée !

guide-chaussures-randonnée

Un guide simple et efficace (5 pages).


1 - Une liste des caractéristiques à vérifier.

2 - Un questionnaire qui évite les prises de tête !

3 - La méthode pour connaitre votre pied.

4 - La méthode des tests en magasin.

5 - Une check-list pour ne rien oublier !

Je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée, ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos et autres informations vous donnant des idées d'itinéraires et des conseils techniques pour partir à l'aventure. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

Notez cet article !
[Total: 14 Average: 4.6]
Recherches utilisées pour trouver cet article :quelle chaussure de randonnée choisir, quelle chaussure de randonnée quand on a le pied fin, hallux valgus et randonnée, chaussures randonnee hallux valgus, chaussures merrel randonnee prendre taille superieur ouas, chaussures la plus légère pointure 46 5 la sportiva pour randonnée, chaussure randonnée meindl hallux valgus taille, chaussure randonnée coussinet plantaire, superfeet super trail uk, avis tecnica zéro G rando tour trop grande
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

22 Comments

  1. Bonjour Brieg, excellent article sur le choix des chaussures mais j’aimerai connaitre les correspondances, pointure/cm, pour les tailles en dessous de 4O.
    Merci

  2. Bravo pour cette article très complet, je me pose la question du rôle de la rigidité/souplesse au niveau de la zone entourant le talon dans l’apparition des tendinites au talon d’Achille. Mes Salomon XA Pro 3D (assez rigide dans cette zone entourent le talon) m’ont fait défaut 2 fois au 3eme jour de marche (60 et 80km au total). D’autres facteurs sont à prendre en compte comme l’hydratation (qui m’a fait défaut la première fois ) et le renforcement musculaire (pas assez préparé à mon avis pour la deuxième). Si tu a une idée je suis preneur ! Merci encore pour cette excellent article.

    • Plus qu’un problème de rigidité/souplesse, le problème vient souvent d’un petit mouvement de va et vient répété du talon (talon pas assez calé dans la chaussure)
      Si je comprends bien ton commentaire, tu aurais fait 2 x 30 km et 2 x 40 km les deux premiers jours… Donc de longues étapes surtout pour les premiers jours !

      Les causes les plus courantes de tendinites au talon d’Achille sont : des étapes trop longues les premiers jours, pas assez de préparation physique, pas assez d’hydratation, un sac trop lourd, un rythme de marche trop soutenu, pas assez de pauses.
      Toutes ces erreurs peuvent se cumuler… J’en ai fait les frais il y a pas mal d’année !

      • Pour être tout à fait précis c’était pour la première :
        J1 15km, J2 25km, J3 15km environ
        La 2ème :
        J1 25 km, J2 25km, J3 30km.
        L’hydratation m’a fait clairement défaut pour la première et j’ai depuis revue mon sytème d’hydratation (filtre à eau toujours sur moi maintenant), pour le sac il était de 15k les deux fois et j’ai entamé quelques ajustements pour réduire ce poids de quelques kilos (bye bye l’oreiller, les housses d’appareil photo et de trousse médical ; ) , le petite mouvement dans la chaussure a dû jouer, surtout qu’en enlevant mes chaussures la douleur s’arrêter quasi totalement ! En tout cas ma podologue m’a encourager à privilégier des chaussures avec un faible drop (entre 4 et 6mm) et m’a invité à faire du renforcement musculaire. Le protocole de Stanish que je fait actuellement m’aide à bien renforcer mes mollets, j’espère que ça sera suffisant pour ma prochaine escapade ! Merci à toi pour ce super blog !

        • Ok effectivement les étapes n’étaient pas si énormes.
          Merci, c’est intéressant d’avoir le retour d’un podologue sur le Drop !
          Je ne sais pas si tu randonnes avec des bâtons,
          mais ils limiteront énormément le risque de tendinite en allégeant le travail des jambes.
          (Les bras peuvent effectuer 30% du travail)
          Bon réveillon 😉
          Brieg

  3. Bonjour Brieg, et merci pour cet article très bien écrit, super clair, riche en détails sensés, bref, archi top !!!.
    Aller, je vais chercher la petite bête…. Toutes les marques font de réels efforts pour améliorer les performances de nos chaussures, j’en use une paire tous les 10 mois, usée jusque au bout de la semelle, le reste tient bien en général, constatant même des retouches d’une année sur l’autre, pour effacer la faiblesse, et pour revenir à la petite bête, je privilégie mes achats à des marques qui fabriquent en Europe, où dans leurs pays d’origines…ce qui limite malheureusement mes choix.
    C’est une démarche personnelle, mais l’important est de relocaliser nos productions, quitte à payer plus chère, tant pis, il y a moins de transport, plus d’équité dans le travail, et de social, mais j’avoue parfois que je suis obligé d’acheter par exemple la toile de tente qui bien loin du pays concepteur.
    Quel dommage, j’ai encore une tente La Cordée, avec un coton tissé en Ardèche, toujours étanche, relativement légère, quel panard….
    Encore merci pour tes articles.
    michel

    • Merci Michel pour ton commentaire. He oui c’est l’idéal d’acheter locale, mais comme tu le dis, ce n’est pas toujours possible…
      Brieg

  4. Quel avis auriez vous pour une rando en Espagne 1200 km finissant en Andalousie, donc assez chaud.
    J’hésite entre mes Lowa Renegade gtx, donc des mid et mes Merell Chameleon 7 . Les chemins les plus pentu, en Galice , ne sont pas très durs et en Estramadure ou Andalousie ils sont plus facile mais il peut faire jusqu’a 37° en Octobre.
    Dois je chercher autre chose de plus adapté ?
    Vous parlez du froid, mais le chaud ?

    • Vue votre description du chemin, des chaussures basses sont adaptées,
      mais si vous avez des mid qui vous vont bien c’est également une bonne option.
      En théorie pour le chaud il vaut mieux privilégier des chaussures sans membranes
      étanches qui seront plus aérées. Mais encore une fois le plus important est d’avoir des chaussures
      dans lesquelles vous êtes bien ;). Si c’est le cas avec vos chaussures actuelles, je vous conseille
      de partir avec, vous serez sûr de votre coup !

  5. Wahou,je n’ai jamais trouvé un guide aussi détaillé et complet. Bravo et merci! Super boulot. Je file en magasin avec tes précieux conseils pour renouveler mes vieilles chaussures qui viennent de rendre l’âme.

    • Merci André pour votre commentaire. Le “wahou” me montre que j’ai atteint mon objectif dans cet article ! Qui est : Aider mes lecteurs au maximum 😉

  6. merci brieg pour les bons conseils que tu nous donne grace à toi j’ai trouvé mes chaussures vous faites un super boulot .j’ai pris des notes dans les différents commentaires que vous avez publié merci beaucoup

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*