Traversée des Pyrénées : Randonner sur le GR 10 – Pyrénées centrales

Blog randonnée, voyage

Cet été j’ai continué ma traversée des Pyrénées à pied par le GR 10 De Arette-la-Pierre-St-Martin à Luz-St-Sauveur. Il y a 2 ans j’ai déjà parcouru sur 11 jours la partie Occidentale du GR 10. C’est à dire tout le pays basque de Hendaye à Arette-la-Pierre-St-Martin.

Si vous n’avez pas encore lu mon article concernant la partie pays basque de Hendaye à Arette-la-Pierre-St-Martin, je vous invite à le lire en cliquant ici :

Traversée des Pyrénées : Randonner sur le GR 10 – Pays Basque

Mon but ici est de partager avec vous mon expérience mais surtout des informations pratiques pour bien préparer votre randonnée 😉. Ce deuxième tronçon couvre donc la partie située entre Arette-la-Pierre-St-Martin et Luz-St-Sauveur.

Personnellement, j’ai réalisé ce parcours en 9 jours, mais je propose ici un découpage en 11 jours adapté à un randonneur moyen. Les temps de marche donnés dans cet article, correspondent également à un marcheur moyen.

Notez que les cabanes occupées par un berger, dont je parle dans la description détaillée, ne sont pas accessibles aux randonneurs sauf en cas d’urgence. A savoir également qu’une cabane habituellement ouverte, peut être fermée pour une raison ou pour une autre au moment de votre passage. Sur cet itinéraire j’ai vu une cabane supposée ouverte qui était fermée… Je décline donc toute responsabilité à ce sujet !

L’essentiel en 30 secondes :

Nom : GR 10 – Traversée des Pyrénées à pied – Pyrénées Occidentales (Béarn) + Pyrénées centrales
Itinéraire : Linéaire
Point de départ : Arette-la-Pierre-St-Martin
Point d’arrivée : Luz-St-Sauveur
Temps de parcours : 11 jours à raison de 6 bonnes heures de marche par jour en moyenne (70 heures au total)
Distance : environ 185 km
Dénivelé : positifs + 9000 m / négatifs – 9900 m
Niveau : Moyen / difficile
Quand partir : De juillet à Septembre (attention à l’enneigement en début de saison)
Hébergements : Bivouac / Cabanes (ouvertes et gratuites) / Refuges / Gîtes d’étapes / hôtel
Ravitaillement en épicerie / supermarché : Tous les 2 à 3 jours
Eau : Souvent plusieurs points d’eau naturels dans la journée
Budget moyen en bivouac : 160 € + transport
Budget moyen en hébergement : 540 € + transport

Présentation du GR 10

Le GR 10 traverse les Pyrénées de l’Atlantique à la Méditerranée en longeant la frontière Espagnole. Comptez environ 54 jours pour parcourir les 870 km de sentiers avec 55 000 mètres de dénivelés positifs. Ce sentier de grande randonnée est d’une difficulté moyenne à difficile. (Cotation T3).

Traversée des PYrénées à pied GR 10
GR 10 dans son ensemble

La section décrite dans cet article : de Arette-la-Pierre-St-Martin à Luz-St-Sauveur est plus physique et plus technique que la partie pays basque.

Ici nous sommes vraiment en montagne avec des altitudes dépassant souvent les 2000 m (altitude maximum 2734 m). La neige peut rendre la progression difficile en début de saison (jusqu’à fin juin / début juillet)

Cartes de la section décrite dans cet articles

carte GR 10-Pyrénées-occidentales-arette-la-pierre-Arrens-Marsous
Section de Arette-la-Pierre-St-Martin et Arrens-Marsous (pointillés blancs)
Carte du GR 10 centrale de Arrens-Marsous à Luz-St-Sauveur
Section de Arrens-Marsous à Luz-St-Sauveur (pointillés blancs)

L’itinéraire jour par jour

JOUR 1 : Arette-la-Pierre-St-Martin (1630 m) à Lescun (985 m) / 6h50 / Dénivelé : + 400 m – 1100 m

Blog randonnée, voyage
Montée au-dessus d’Arette-la-Pierre-st-Martin

A Arette-la-Pierre-St-Martin le GR 10 monte dans la montagne à travers un paysage très minéral., pour atteindre le Pas de l’Osque (1922 m). Puis ce sera le Pas d’Azuns et enfin la cabane de Baitch (occupée par les bergers) Il y a des beaux coins de bivouac à 5 minutes sous la cabane.

Blog randonnée, voyage
Pas de L’osque

Le chemin continue à descendre dans de beaux pâturages jusqu’au refuge de l’Abérouat avant de s’enfoncer un moment dans la forêt. Vous atteignez ensuite le village de Lescun.

Ravitaillement à Arette-la-Pierre-St-Martin : Dépannage alimentaire au Tabac et Souvenir dans la galerie marchande : 05 59 66 21 69
bergement à Arette-la-Pierre-St-Martin : Refuge Jeandel
Ravitaillement à Lescun : Epicerie (Chez Maud&David / Tel : 05 59 37 69 10)
Hébergement à Lescun : Gîte d’Etape La Maison de la Montagne / Gîte d’Etape Le Pic d’Anie

JOUR 2 : Lescun à Borce (660 m) / 6h10 / Dénivelé : + 800 m – 1000 m

De Lescun le GR 10 est assez plat pendant les deux premières heures de marche avant de monter dans les fougères puis dans la forêt jusqu’au col de Barrancq (1601 m).

Vous redescendez ensuite à travers de beaux pâturages jusqu’à la cabane en ruine d’Udapet-de-Haut (très beau lieu de bivouac / petit cours d’eau en contre bas)

Bivouac à la cabane en ruine de Udapet-de-Haut

Puis vous continuez à descendre vers la cabane d’Udapet-de-Bas (Occupée par un berger). Suite de la descente en sous-bois puis dans les fougères jusqu’au Village de Borce.

Ravitaillement à Borce : Epicerie Le Communal (Attention il n’y a pas d’épicerie à Etsaut. Juste un dépannage alimentaire au Bar du village)
Hébergement à Borce : Gîte Le Communal

JOUR 3 : Borce à Refuge d’Ayous (1980 m) / 6h10 / Dénivelé : + 1600 m – 300 m

De Borce le GR 10 descend à Etsaut situé juste en dessous, puis remonte doucement le long d’une petite route pour atteindre le chemin de la mature (Chemin impressionnant creusé dans la roche mais sans difficulté (Attention s’il fait chaud ça cogne !).

En savoir plus sur l’histoire du chemin de la mature

Blog randonnée, voyage
Chemin de la Mature

Ensuite vous montez progressivement sous les arbres et passez devant la cabane de la Baigt-de-St-Cours (occupée par un berger) avant d’atteindre, par des alpages, le col d’Ayous (2188 m).

Blog voyage aventure, besoin d'aventure
Lac de Gentau, vue sur le Pic du Midi d’Ossau

Vue magnifique sur le lac Gentau. Il vous reste une demi-heure de descente pour atteindre le Lac et le refuge d’Ayous situé juste en bordure du Lac (belle aire de bivouac juste devant le lac / point d’eau au refuge).

Hébergement au Refuge d’Ayous : Refuge d’Ayous

JOUR 4 : Refuge d’Ayous à Cabane de Cézy (1620 m) / 6h10 / Dénivelé : + 600 m – 950 m

Du refuge d’Ayous le GR 10 longe différents lacs et descend ensuite en sous-bois jusqu’au lac de Bious Artigue (chemin très fréquenté par les randonneurs à la journée). Descendez ensuite par la route jusqu’à Gabas (1027 m) (A noter que c’est la seule partie de route pas très sympa de cette randonnée).

Ravitaillement à Gabas : Epicerie à gauche à l’entrée du village.

Continuez en direction de la centrale d’Artouste puis montez dans la forêt jusqu’à la corniche d’Alhas (chemin plat, très étroit et vertigineux). Il y a une main courante tout le long pour vous assurer.

corniche d'Alhas
Corniche d’Alhas

Si vous ne vous sentez pas à l’aise, il y a un petit détour qui contourne cette difficulté (non balisé, mais marqué sur la carte)

A la sortie de la corniche vous traversez une rivière/cascade avec possibilité de se baigner dans de belles vasques. (Bien que l’accès ne soit pas super facile). Vous montez ensuite de manière plus soutenue jusqu’en haut de la forêt.

Le chemin longe ensuite une falaise avant d’atteindre la cabane de Cezy, lieu de bivouac magnifique.

Bivouac près de la cabane de Césy

Hébergement à la cabane de Cézy : La cabane ouverte et gratuite que vous pouvez utiliser est la première cabane que vous apercevez (sur votre droite en quittant le GR. Les autres cabanes situées un peu au-dessus sont occupées par les bergers. (il y a un point d’eau au niveau des cabanes des bergers).

JOUR 5 : Cabane de Cézy à Gourette (1360 m) / 6h00 /Dénivelé : + 850 m – 1100 m

De la cabane de Cézy le GR 10 suit les courbes de niveau, puis la montée en pente douce devient plus soutenue avant d’atteindre le col de la Hourquette d’Arre (2465 m) Superbes paysages.

col de la Hourquette d'Arre
Vue du col de la Hourquette d’Arre

Peu après le col vous passez à côté d’une cabane en pierre (cabane ouverte / abri sommaire) avant de descendre vers le lac d’Anglas. Après le lac le chemin descend de manière soutenue puis devient moins raide et passe devant des cabanes occupées par les bergers avant d’atteindre Gourette.

Blog randonnée, voyage
Abris juste après la Hourquette d’Arre
Blog randonnée voyage
Intérieur de l’abris

Ravitaillement à Gourette : 2 superettes bien achalandées
Hébergement à Gourette : Chalet du Caf

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  10 beaux sentiers de randonnée peu connus en France...

JOUR 6 : Gourette à Arrens-Marsous (880 m) / 6h10 / Dénivelé : + 800 – 1300 m

De Gourette le GR 10 monte franchement jusqu’au col de Tortes (1799 m). Dans la descente qui suit vous traversez la route D 918 pour atteindre ensuite la cabane du Litor. (Il s’agit en fait de 2 étables avec une toute petite cabane en pierre ouverte).

Elles peuvent servir d’abri mais il est quasi impossible d’y dormir. Je m’y suis abrité le temps d’un orage mais j’ai trouvé l’endroit un peu glauque…

Vous montez ensuite jusqu’au col de Saucède avant de redescendre en pente douce dans les prairies jusqu’à Arrens-Marsous.

Blog randonnée, voyage
Marmotte

(Fin du topo guide FFRandonnée « Pyrénées Occidentales »)

Ravitaillement à Arrens-Marsous : Petit supermarché (Proxi : 05 62 97 47 14)
Hébergement à Arrens-Marsous : Hôtel-restaurant Le Tech : 05 62 97 01 60

JOUR 7 : Arrens-Marsous au refuge du lac d’Ilhéou (1975 m) / 7h10 / Dénivelé : + 1550 m – 450 m

(Début du topo guide FFRandonnée « Pyrénées Centrales »)

D’Arrens-Marsous le GR 10 monte tranquillement jusqu’au col de Bordères. Le sentier longe, croise ou emprunte des petites routes pour redescendre vers Estaing. Vous rejoignez ensuite le lac d’Estaing (camping au bout du lac) par un sentier plutôt plat qui monte très légèrement.

Du lac vous remontez franchement dans la montagne. A la sortie de la forêt vous passez devant la cabane de Arriousec (occupée par un berger).

Le sentier continue à monter dans les alpages en direction de la cabane de Barbat. (La première cabane en métal vert est ouverte, abri possible mais elle n’est pas très bien entretenue. J’y ai passé la nuit sous un orage avec d’autres randonneurs, un beau souvenir 😉. La deuxième cabane en pierre est fermée. Un ruisseau coule juste après celle-ci.

cabane de Barbat
Cabane de Barbat
Blog randonnée, voyage
Intérieur de la cabane de Barbat

Le GR 10 qui passe à quelques dizaines de mètres de la cabane, continue à monter dans les alpages jusqu’au col d’Ilhéou (2242 m), Puis le GR passe devant 2 nouvelles cabanes, l’une en pierre et l’autre en métal vert sensée être ouverte (mais les deux étaient fermées à mon passage)
Puis il redescend vers le lac et le refuge d’Ilhéou.

Proche du col d’Ilhéou

Hébergement au refuge d’Ilhéou : Refuge d’Ilhéou

JOUR 8 : Refuge d’Ilhéou au chalet refuge du Clot (1540 m) / 6h15 /
Dénivelé : + 700 m – 1100 m

Du refuge d’Ilhéou le chemin rocailleux descend en croisant plusieurs fois une piste carrossable. Vous marchez ensuite à travers des pâturages puis en sous-bois avant d’atteindre Cauterets.

Ravitaillement à Cauterets : Petit supermarché, pharmacie, nombreux commerces…

De Cauterets vous remontez la vallée, passez devant les Thermes de la Raillère et continuez par un très beau sentier ombragé jusqu’au pont d’Espagne (très belle chute d’eau). Le chalet refuge du Clot se trouve à 20 min à l’ouest dans un très bel environnement (hors GR).

Blog randonnée, voyage
Air de bivouac proche du chalet refuge du Clot

Hébergement chalet refuge du Clot : Chalet Refuge du Clot

(Notez qu’à partir du refuge d’Ilhéou il est possible de rejoindre le chalet refuge du Clot de manière plus directe par une variante passant par le col de la Haugade (2311). Je ne l’ai pas empruntée à cause du mauvais temps…)

JOUR 9 : Refuge du Clot au refuge de Baysselance (2650 m) / 5h20 /
Dénivelé : + 1200 m – 100 m

Du refuge du Clot vous rejoignez à nouveau le pont d’Espagne. Puis le sentier monte jusqu’au beau lac de Gaube. Vous longez le lac par un sentier plat, puis passez à côté de la cabane du Pinet (cabane ouverte).

Blog voyage aventure, besoin d'aventure
Lac de Gaube

Le chemin monte à nouveau jusqu’au refuge des Oulettes. Parcours magnifique face à la paroi rocheuse verticale de 1000 m du Vignemal et ses petits glaciers (point culminant des Pyrénées Françaises (3298 m).

Du refuge des Oulettes, le chemin rocailleux monte de manière soutenue, jusqu’à la Hourquette d’Ossoue (2734 m : col le plus haut de tout le GR 10).

Blog randonnée, voyage
Le Vignemal

D’ici vous avez la possibilité de monter au Petit Vignemal (3032 m) situé sur votre droite (au Sud-Ouest) : Le chemin très rocailleux et raide est balisé par des cairns et accessible à tout bon randonneur. Faites juste attention en cas de brouillard à ne pas vous perdre.

La superbe vue en haut donne sur le Lac de Gaube au Nord, le Pic du Midi-d’Ossau à l’Ouest, le glacier du Vignemal au Sud et le cirque de Gavarnie à l’Est. Comptez 1h30 aller/retour.

Blog randonnée, voyage
Vue du refuge de Beysselance

Le refuge de Bayssellance est visible de la Hourquette d’Ossoue. Il ne vous faut que 10 minutes pour le rejoindre. Le cadre est magnifique !

Hébergement refuge de Baysselance : Refuge de Baysselance

JOUR 10 : Refuge de Baysselance au Chalet refuge de la Grange de Holle (1480m m) / 5h20 / Dénivelé : + 100 m – 1300 m

Du Refuge de Baysselance le GR 10 descend de manière assez soutenue dans une belle vallée et devient plus plat juste avant le barrage d’Ossoue.

Blog voyage aventure, besoin d'aventure
Névé dans la descente vers Gavarnie

Le chemin descend ensuite en pente très douce dans les alpages, passe devant la cabane de Lourdes (ouverte) puis la cabane de Sausse-Dessus (ouverte).

Blog randonnée, voyage
Vue vers Gavarnie

Enfin vous atteignez le chalet-refuge de la Grange de Holle situé à 20 minutes du village de Gavarnie (village hors GR)

Hébergement chalet-refuge de la Grange de Holle : Chalet-refuge de la Grange de Holle
Ravitaillement Gavarnie : Superette, magasins de souvenirs…

JOUR 11 : Chalet refuge de la Grange de Holle à Luz St-Sauveur (720 m) / 8h20 / Dénivelé : + 350 m – 1100 m

Du chalet refuge de la Grange de Holle le GR 10 descend légèrement pour passer la rivière puis remonte pour contourner le Turon de Tésy et atteindre le gîte d’étape de Saugué. Le GR 10 continue en suivant les courbes de niveau avant de remonter jusqu’au col de Suberpeyre (1725 m).

Blog randonnée, voyage

Vous marchez à nouveau sur un sentier assez plat, puis montez légèrement avant de redescendre en forêt. Puis vous atteignez la route D921 dans la vallée, que vous longez sur quelques centaines de mètres.

Puis le chemin en sous-bois (d’abord assez plat) descend ensuite jusqu’à Luz-St-Sauveur marquant la fin de cette section du GR 10 décrite dans cet article !

Ravitaillement Luz-St-Sauveur : supermarché carrefour Market / Tel : 05 62 92 83 01
Hébergement à Luz-St-Sauveur : Auberge de jeunesse Les Cascades

Quel guide et carte choisir ?

Les topo guides qui couvrent cette section sont au nombre de 2 :

1 – Le Topo Guide de la fédération Française de randonnée « Pyrénées Occidentales »

Pour la partie entre Arette-la-Pierre-St-Martin et Arrens-Marsous.


2 – Le Topo Guide de la fédération française de randonnée « Pyrénées Centrales »

Pour la partie entre Arren-Marsous et Luz-St-Sauveur. (A noter que ce guide va jusqu’à Bagnère-de-Luchon)


Ce sont ces guides-là que j’ai utilisés. Il n’y a pas beaucoup mieux. Vous y trouverez des cartes suffisamment détaillées, un descriptif de l’itinéraire, les temps de marche, les dénivelés, de manière très précise.

Vous y trouverez également les numéros de téléphone de tous les hébergements cités dans cet article et même d’autres…

Les temps de marche indiqués dans cet article, correspondent aux temps indiqués dans ce topo.

Personnellement, pour calculer mes temps de marche, étant un marcheur assez rapide, j’enlève souvent un tiers ou un quart du temps par rapport aux temps indiqués par les topos de la Fédération Française de Randonnée Pédestre.

La carte IGN TOP 100


Si vous souhaitez avoir une vue d’ensemble de votre parcours et repérer les sommets aux alentours, je vous recommande cette carte sur laquelle le GR 10 est tracé. Attention elle n’est pas assez précise pour randonnée, surtout en cas de mauvais temps.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment fabriquer un oreiller en randonnée ?

Si vous souhaitez un maximum de précisions (mais à mon avis le topo guide suffit), vous devrez vous procurez 3 cartes IGN TOP 25 numéro : 1547OT, 1647OT, 1748OT.

Attention après Gourette, il vous manquera un tout petit bout de carte représentant 4 heures de marche (vous récupérez ce petit bout manquant sur la carte TOP 251546 ET (Imprimez juste le bout manquant… évitez de l’acheter pour si peu, car en plus, du point de vue orientation, cette partie n’est pas difficile.

Quand partir ?

Ne partez pas trop tôt dans la saison car les cols au-dessus de 2000 m peuvent encore être enneigés fin juin / début juillet. En démarrant le 15 juillet vous êtes normalement sûr de pouvoir passer partout.

A l’inverse ne partez pas trop tard dans la saison, car la neige peut arriver assez vite. Jusqu’à fin septembre c’est généralement bon.

Hébergement

Lors de cette randonnée j’ai bivouaqué avec ma tente dans des lieux magiques….. ! Mais si vous souhaitez dormir sous un vrai toit, vous trouverez régulièrement des gîtes d’étapes et des refuges toutes les 5 à 7 heures de marche environ.

Il y a juste une longue étape de 9h30 de marche (entre Gabas et Gourette)
sans gîte d’étape, ni refuge. Par contre, vous croiserez 2 cabanes ouvertes gratuites où vous pourrez passer la nuit 😉 pour couper l’étape en deux (prévoyez votre nourriture)

Ravitaillement

Les ravitaillements se font dans les villages ou petites villes traversées. Prévoyez 2 à 3 jours d’autonomie pour être tranquille, si vous êtes en bivouac. Mais vous pouvez vous dépanner dans les refuges (bien que ce soit beaucoup plus cher).

Si vous choisissez de dormir en gîtes et en refuges vous pouvez avoir le dîner et le petit déjeuner (les refuges proposent souvent des sandwiches à emporter pour la journée…).

Eau

Le ravitaillement en eau ne pose pas de problème particulier sur l’ensemble des étapes. Il y a dans la plupart des cas un point d’eau accessible, plus ou moins à mi-parcours des étapes.

De manière générale l’eau est assez abondante. Pensez à emporter suffisamment d’eau surtout s’il fait chaud. Disons 2 litres voire 2,5 litres pour les gros buveurs comme moi 😉

Pensez également à emporter des pastilles pour purifier l’eau si vous la prenez dans les rivières :

Blog randonnée, voyage
Montée vers le refuge de Oulètes de Gaube

Difficulté :

Deux à trois passages peuvent poser des difficultés :

Le premier :

Se situe juste après Arette-la-Pierre-St-Martin. Il s’agit du pas de L’Osque. En début de saison le passage peut être délicat s’il reste un névé. Sinon rien de compliqué : il y a même un câble pour s’aider ou se rassurer.

Le deuxième :

Se situe après Gabas. Il s’agit de la corniche des Alhas. Chemin plat très étroit et vertigineux, mais équipé d’une main courante en câble pour s’assurer. Le passage peu en impressionner plus d’un. La bonne nouvelle c’est que vous pouvez le contourner par une petite variante non balisée.

Le troisième :

Se situe après Cauterets. En fait vous aurez le choix entre deux itinéraires :

-Soit vous rejoignez directement Luz-St-Sauveur par le col de Riou (une journée de marche). Ce chemin ne pose pas de difficulté.

-Soit vous faites le grand tour par le Sud en passant au pied du Vignemal (point culminant des Pyrénées françaises : 3298 m) et en passant devant le cirque de Gavarnie. Sur cet itinéraire vous passerez par la Hourquette d’Ossoue qui est le col le plus élevé du GR 10 (2734 m). Ce haut col peut donc rester longtemps enneigé, parfois jusqu’à mi juillet…

Mais si la neige ne pose pas de problème je vous recommande fortement de faire ce grand tour car c’est une des parties les plus belles de ce parcours !

Comment s’y rendre

Arette-la-Pierre-St-Martin : j’ai choisi le covoiturage jusqu’à Pau, puis je suis monté en stop sans problème.
Au départ de Pau il y a un bus pour Oloron-Sainte-Marie, suivi d’un deuxième bus pour Arette-la-Pierre-St-Martin. Mais il n’y en a pas toutes les minutes !

Luz-St-Sauveur : Il y a des bus qui rejoignent la ville de Tarbes.

Budget

Hébergement :
C’est gratuit en bivouac 😊 . Sinon comptez environ 15 à 20 euros pour un lit en gîte d’étape ou refuge. Ou 30 à 50 euros en demi-pension.

Alimentation :
J’ai dépensé environ 10 euros par jour en achetant mes vivres dans les villages. Si vous souhaitez vous offrir régulièrement un rafraîchissement dans un bar, pensez à rajouter cela dans votre budget.
Topo Guide : 15 €
Carte Top 100 : 10 €
Crème solaire, stick à lèvre, pansement double peau (contre les ampoules) : 25 €

Donc pour 11 jours de rando :
– en bivouac : 160 € + le transport
– en hébergement comptez : 540 € + le transport

Et là vous vous dites que la belle tente ultra légère dont vous rêvez serait déjà amortie en une seule randonné comme celle-là. Alors si le bivouac vous tente foncez, c’est top et cela apporte beaucoup de liberté !

Trucs et astuces

Partez le plus léger possible, sans faire l’impasse sur quelques vêtements chauds (gants, polaire, et bonnet indispensables) et le matériel de sécurité minimum. N’oubliez pas qu’en montagne il peut neiger même en été.

Lors de ma rando il a neigé à 2500 m d’altitude. La neige n’a pas tenu, mais ce jour-là je me trouvais entre 1000 m et 2000 m d’altitude et je peux vous dire qu’il faisait froid sous la pluie. Alors que quelques jours avant c’était la canicule ! Il faut toujours se méfier des conditions météo en montagne…

Mon sac pesait 9 kg (sans eau et sans nourriture) dont 1.5 kg de matériel photo.
Je portais entre 1 et 3 litres d’eau et 2 kilos de nourriture max (pour 3 jours d’autonomie).
Total : entre 9 et 14 kg. Donc disons 12 kg au total en moyenne.

Je pourrais gagner assez facilement 2 kg sur l’ensemble, mais j’aime bien mon petit confort et j’ai du matériel photo que je pourrais limiter !

Blog randonnée, voyage
Vue vers le cirque de Gavarnie

Conclusion

Arette-la-Pierre-St-Martin marque la fin de la première section (plutôt facile) décrite dans mon article précédent « Traversée des Pyrénées :Randonner sur le GR 10 – Pays Basque ».

Cette deuxième section décrite ici devient plus alpine, donc plus physique, mais aussi plus grandiose (bien qu’ayant beaucoup aimé le Pays Basque).

J’espère parcourir bientôt la suite de ce GR 10 qui continue vers l’Ariège, puis les Pyrénées Orientales et poursuivre cette série d’article sur le GR 10 😉.

Si cet article vous a plu, dites le moi dans les commentaires et inscrivez-vous en demandant « Le guide pour bien choisir votre aventure » juste en dessous de cet article. Cela vous permettra d’être au courant des nouveaux articles 😉 .

Je vous souhaite de belles Aventures 😉

Brieg

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 1

5 Comments

  1. Salut Brieg
    En 2013 j’avais fait 2 jours de rando avec mon père dans le massif du neouvielle avec un arrêt en refuge, et j’en ai gardé un super souvenir.
    Nous avions aussi fait les bardenas en Espagne quelques années auparavant.
    Depuis, il est décédé…
    Et je n’ai plus refait de rando (si on exclue les “ballades” de 3/4h en vallée de chevreuse)
    La lecture de ton article me donne une réelle envie de m’y remettre seul, ou avec quelqu’un si il/elle est motivé. Avec tous les conseils que tu donne cela me paraît beaucoup plus abordable. cela pourrait être un beau projet pour l’été 2020. En mode bivouac, pour être encore plus proche de la nature. Je me souviens que les refuges peut-être pris d’assaut en pleine saison… autant être au calme.
    Alors un grand merci de partager ta passion et tes photos, tout cela m’inspire pour d’ici juillet 2020 je l’espère préparer ce projet qui prend vie au fond de moi.

    • Bonjour Jonat,
      Je suis content de pouvoir relancer des envies cachées au fond de certains d’entre vous. C’est le but de ce blog ! Vous aider à partir ou à repartir 😉
      Bonne préparation et n’hésites pas à nous faire un retour d’expérience !
      Brieg

  2. Bonjour Brieg.
    Merci pour ce compte-rendu,; je regrette de ne pas avoir su que tu passais par là, je t’aurais volontiers proposé un hébergement à Gavarnie-Gèdre avant ton retour…
    Tu fais particulièrement bien d’attirer l’attention des futurs randonneurs du secteur au sujet de la neige; début juillet j’ai dû faire demi-tour au pied du port de campbieil pour cause de col sous la neige et névés masquant des trous…J’attends avec impatience ton passage dans le magnifique massif du Néouvielle (même si le GR10 passe un peu à côté de l’essentiel!)
    Toujours un plaisir de te lire; bonne continuation!

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*