Comment préparer une randonnée de plusieurs jours ? (en 10 étapes)

Comment préparer un itinéraire de randonnée sur plusieurs jours

Partir randonnée plusieurs jours ça ne s’improvise pas !

Du moins si vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté pour réussir votre trek.

Dans cet article j’aimerais vous aider à bien vous organiser pour préparer votre prochaine randonnée itinérante sur plusieurs jours.

Cela demande un minimum d’organisation et de rigueur, mais avec un peu d’habitude cette méthodologie deviendra un automatisme.

Cette méthode en 10 étapes vous permettra d’être efficace et de ne rien oublier. Je vous conseille de noter les 10 étapes qui suivent sur une feuille, un fichier Word, un post-it, un pense-bête, une ardoise, un mur, ou ce que vous voulez 😉 , pour les passer en revue à chaque fois que l’occasion se représentera…

Attention : je me risque à vous donner quelques valeurs moyennes en guise de repères.

Si par exemple je vous dis « une altitude modérée » cela ne vous dit pas grand-chose.

Par contre si je vous dis « 1000 à 1500 m d’altitude » c’est déjà plus parlant. Mais s’il vous plait, ne prenez pas ces valeurs au pied de la lettre, ce ne sont que des repères !

Voici donc les 10 étapes importantes à suivre pour bien préparer vos itinéraires de randonnée !

Etape 1 : Trouver des idées de randonnées

La première étape est de trouver des idées de randonnée pour pouvoir faire votre choix. Pour cela vous avez en gros 2 solutions :

-Soit utiliser des ressources gratuites essentiellement sur internet.

-Soit utiliser des ressources payantes, le plus souvent sous forme de livre.

Comme par exemple le guide Lonely planet « Randos autour du monde » vous proposant de nombreuses idées avec pas mal d’infos pour aller plus loin.

L’intérêt des sources payantes est, généralement, une information plus complète, mieux organisée et plus fiable. Mais certains sites internet sont également de très bonnes ressources. Comme par exemple le site « Visorando » qui est une mine d’or pour trouver des idées de randonnées et des informations pratiques.

Visorando
Visorando

Mais avant de chercher, il faut déjà définir un peu vos envies.

  • Avez-vous envie de marcher en montagne, en bord de mer, à la campagne ?
  • Au chaud ou plutôt dans le froid ?
  • En France, en Europe ou ailleurs dans le monde ?

Filtrer vos recherches vous évitera de papillonner dans tous les sens, et de perdre du temps, car les possibilités sont infinies. Et comme malheureusement nous n’avons pas plusieurs vies (enfin je ne crois pas…) il faudra faire des choix.

Etape 2 : Evaluer la difficulté de votre randonnée

Cette étape vous permettra de choisir, parmi toutes vos idées, une randonnée adaptée à votre niveau.

Votre niveau c’est 2 choses :

-Votre niveau physique :

  • Etes-vous en forme ?
  • Pratiquez-vous un sport régulièrement pour vous entretenir ?

Un marcheur moyen avec une pratique sportive régulière marchera environ 5 heures, gravira environ 750 m de dénivelé positif et parcourra un bon 20 km par jour sur le plat.

-Votre niveau technique :

  • Etes-vous à l’aise en lecture de carte et en orientation ?
  • Etes-vous sujet au vertige ?
  • Avez-vous déjà préparé un sac à dos pour partir plusieurs jours ?

Faites attention de ne pas brûler les étapes, au risque de souffrir, de vous dégoûter de la randonnée et même de vous mettre en danger. Quel que soit votre niveau technique allez y progressivement.

Si vous êtes débutant je vous conseille de commencer par des chemins bien balisés comme les GR en France (GR : chemin de Grande Randonnée). Si vous souhaitez randonner en montagne, au début, restez à des altitudes modérées c’est-à-dire 1000 à 1500 m maximum.

Par exemple la partie Basque du GR 10 allant d’Hendaye à Sainte Engrâce ne dépasse pas les 1500 m d’altitude. (Le GR 10 Traverse les Pyrénées d’Ouest en Est).

Cet itinéraire est donc particulièrement adapté pour une première expérience de randonnée en montagne.

 J’ai d’ailleurs publié un article décrivant cet itinéraire sur mon blog. Cliquez ici pour le découvrir “Traversée des Pyrénées : Randonner sur le GR 10 – Pays Basque”

Vous aurez tout le temps après, d’augmenter la difficulté sur vos prochaines randonnées !

Etape 3 : Choisir la période idéale pour votre randonnée.

Pour choisir la période idéale il y a deux façons de voir les choses :

-Soit vos dates de vacances vous sont imposées : vous devez alors intégrer ce critère dès le début, c’est-à-dire au moment où vous cherchez des idées.

-Soit vous êtes libre de poser vos dates de vacances quand vous le voulez : dans ce cas, le choix de la période peut venir après le choix de la randonnée.

Dans tous les cas le choix de la période est important pour 2 raisons :

Votre confort

Pour prendre un maximum de plaisir. Ne pas grelotter sous la pluie quand vous faites une pause et à l’inverse ne pas avoir l’impression que votre tête va exploser sous l’effet de la chaleur.

On peut dire que des températures moyennes comprises entre 15 et 22°c sont idéales pour randonner.

Mais il vous faudra prendre en compte la pluviométrie, car sous la pluie l’ambiance se rafraîchit très vite. On peut dire que des précipitations inférieures à 75 mm par mois ne gêneront pas trop.

Attention ! Cela ne veut pas dire qu’il faut renoncer à partir dans les pays du nord ou renoncer à randonner en hiver, par contre il faudra être équipé en conséquence et avoir ou acquérir un peu d’expérience…

Votre sécurité

Le plus gros risque est de vous retrouver en hypothermie. (L’hypothermie est le fait que votre corps n’arrive pas à maintenir sa température interne habituelle de 37°C et cela peut être évidemment mortel).

Il est donc important, surtout quand on débute la randonnée, de partir dans des conditions clémentes.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment faire un trek au Népal ?

Pour déterminer votre période idéale pour randonner, je vous conseille de consulter le site « Climats et Voyages » dans lequel vous trouverez beaucoup d’informations même pour la France.

Climats et voyages

Etape 4 : Choisir le sens de votre itinéraire.

Le sens de votre itinéraire est un choix qu’il ne faut pas négliger, pour à la fois profiter au maximum de votre randonnée et vous faciliter la vie au niveau logistique.

Vous avez donc dans cette étape quelques questions à vous poser :

  • Dans quel sens votre itinéraire est-il le plus progressif physiquement ?
  • Comment sera orienté le soleil par rapport à vous ?
  • Si vous utilisez un topo guide, dans quel sens décrit-il votre itinéraire ?
  • En fonction de votre moyen de transport et de vos dates, quels sont les points de départ et d’arrivée les plus logiques ?(Il sera par exemple plus facile un jour de semaine de trouver un bus pour accéder à un village un peu reculé, plutôt qu’un dimanche).

Etape 5 : Calculer votre budget

Pour calculer votre budget vous devez prendre en compte différents postes essentiels :

  • Votre transport
  • vos hébergements
  • votre alimentation.

Pensez également aux éventuelles formalités administratives (exemple : un visa pour l’étranger) mais aussi au matériel qui vous manquerait, ou encore aux produits consommables (exemple : pansements anti-ampoule et crème solaire).

Gardez en tête qu’une randonnée en bivouac est très économique. Elle ne vous coûtera quasiment rien à part votre transport pour vous rendre à destination, car vous n’aurez pas d’hébergement à payer et votre budget alimentation ne sera pas beaucoup plus important que si vous étiez resté chez vous.

A l’inverse une randonnée en hébergement représente un budget non négligeable, mais évidemment variable selon le pays où vous randonnez. En France comptez environ :

– 40 à 45 € pour une nuit en demi-pension dans un refuge de montagne ou un gîte d’étape.

– 15 à 20 € pour la nuitée (sans repas).

Partir randonner en bivouac ou en hébergement est un choix très personnel que vous ferez principalement en fonction de 2 choses :

 -Premièrement, vos envies de confort ou de liberté. Et oui, une randonnée en hébergement vous apporte plus de confort mais une randonnée en bivouac vous apporte plus de liberté !

-Et deuxièmement, vos limites physiques, car en bivouac il faudra porter votre tente, plus de nourriture et plus d’eau.

Mais détrompez-vous, on peut randonner en bivouac avec un sac à dos relativement léger !

(Voici une petite astuce pour que votre randonnée reste un plaisir : ne portez pas plus de 20% de votre poids grand maximum ! Essayez même d’approcher les 15%).

Etape 6 : Valider votre projet

Une fois les 5 premières étapes franchies, vous pouvez valider votre projet, faire le bilan et vous dire : Ok tous les feux sont au vert. Je peux me lancer dans l’organisation et la préparation détaillée de cette randonnée !

C’est à ce moment que vous pouvez réserver votre billet de train ou d’avion si vous en avez besoin. De cette manière vous ne pourrez plus revenir en arrière sur votre décision.

Personnellement, je suis toujours soulagé une fois le billet de transport acheté. Mon cerveau n’a plus besoin de cogiter, de peser le pour ou contre de chaque idée …. Et ça fait du bien !

Dans tous les cas, que vous ayez à acheter un billet de transport ou pas, arrêtez-vous définitivement sur votre décision pour vous consacrer ensuite à la préparation concrète et détaillée de votre itinéraire.

Dites-vous que le seul cas qui vous autoriserait à changer de projet est : si vous trouviez entre guillemets « des vices cachés sur l’itinéraire que vous avez choisi » c’est-à-dire que vous vous rendez compte un peu tard malgré vos recherches préliminaires que cet itinéraire comporte des difficultés trop importantes pour vous.

Mais interdisez-vous les questions existentielles du style :

  • ha je ne sais pas si cet itinéraire A est aussi beau que l’itinéraire B ?
  • Ou bien : Cet itinéraire A correspond-il vraiment plus à mes attentes que l’itinéraire B ?
  • Etc…

Etape 7 : Préparer votre plan de marche

Alors vous allez me dire : c’est quoi un plan de marche ? Et bien : tout simplement une organisation écrite de votre randonnée (sous la forme d’un tableau par exemple) pour préparer toute votre progression jour par jour et pour noter toutes les informations utiles dont vous aurez besoin pendant votre randonnée.

Le plan de marche a 2 utilités :

  • Vous aider dans votre préparation de randonnée à structurer vos recherches.
  • Et établir un programme clair et facile à suivre pendant votre randonnée.

Vous pouvez toujours partir sans plan de marche ! Mais il vous manquera une vue d’ensemble de votre randonnée et vous passerez votre temps à calculer et recalculer vos temps de marche, vos dénivelés ou vos kilomètres à parcourir, au lieu de profiter de l’instant présent.

Croyez-moi, depuis que je pars avec un plan de marche ça m’a vraiment changé la vie ! Vous allez donc pouvoir utiliser ce plan de marche dans les 3 dernières étapes…

Etape 8 : Définir vos temps de marche et vos étapes.

Pour définir vos temps de marche et vos étapes, retenez qu’un marcheur moyen :

  • Marche à environ 4,5 km/h sur le plat
  • Monte d’environ 300 m de dénivelé positif par heure,
  • Descend d’environ de 450 m de dénivelé négatif par heure.

A vous maintenant de définir la distance et/ou les dénivelés que vous pouvez parcourir en 1 journée de marche, en fonction de votre forme physique (forme physique, dont nous avons parlé dans l’étape 2).

Cela vous permettra de définir le temps que vous souhaitez marcher chaque jour et donc grosso modo vos étapes.

Ensuite, ces étapes, il faudra souvent les adapter, c’est-à-dire les rallonger ou les raccourcir en fonction du lieu où vous allez pouvoir dormir. C’est le sujet de l’étape 9…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les 7.5 erreurs du randonneurs débutant

Etape 9 : Trouver vos hébergements ou repérer vos coins de bivouacs

Trouver vos hébergements ou repérer vos coins de bivouac est peut-être une préoccupation importante pour vous, voire même une source de stress. Vous y passez donc peut être beaucoup de temps pendant la préparation de vos randonnées et vous ne trouvez pas toujours ce que vous voulez.

Voici donc deux astuces pour faciliter vos recherches :

-La première qui fonctionne essentiellement pour les montagnes Françaises, est d’utiliser le site « Refuges.info ». Sur ce site vous pouvez sélectionner une zone (un massif montagneux par exemple) pour visualiser sous forme de pictogrammes, les cabanes non gardées, les refuges, et les gîtes d’étapes (parfois les hôtels et campings) présents dans cette zone. En cliquant sur un hébergement vous obtiendrez des informations détaillées.

-La deuxième astuce qui fonctionne pour le monde entier est d’utiliser « OpenTopoMap » qui est une carte en ligne gratuite. Cette carte topographique de très bonne qualité (plus ou moins bien fournie suivant la fréquentation de la zone), vous permet de visualiser les sentiers ainsi que les altitudes et les courbes altimétriques. 

Cette cartographie est tirée au départ d’OpenStreetMap.  Vous pouvez cliquer en haut à gauche sur le petit carré blanc pour choisir la cartographie OpenStreetMap et ainsi visualiser pas mal d’hébergements avec leur nom.

OpenTopoMap

Il vous suffit ensuite de taper dans un moteur de recherche « le nom de l’hébergement + le lieu » pour obtenir des informations détaillées sur cet hébergement.

Notez également que sur OpenTopoMap, vous avez la possibilité d’importer un fichier GPX pour visualiser votre itinéraire et ainsi définir les hébergements situés dessus ou juste à côté !

Etape 10 : Repérer vos points de ravitaillement et vos points d’eau

Enfin dixième et dernière étape : vous devez repérer vos points de ravitaillement et vos points d’eau pour bien les gérer pendant votre randonnée.

Pour votre ravitaillement deux cas de figure se présentent :

-Soit vous dormez et mangez en hébergement.

Dans ce cas vous n’aurez qu’à porter vos vivres de course (c’est-à-dire votre nourriture pour grignoter pendant la journée).

-Soit vous bivouaquez ou souhaitez ne payer que la nuitée en hébergement.

Dans ce cas vous ferez votre propre cuisine et il faudra donc prévoir vos ravitaillements en conséquence. En Optimisant bien votre nourriture vous pouvez partir sur une moyenne de 700 g de nourriture par jour et par personne.

Dans tous les cas, il faudra bien prévoir à l’avance où vous pouvez vous ravitailler et bien vérifier que le magasin sera ouvert au moment de votre passage. Attention donc, aux dimanches, aux jours fériés, mais aussi aux heures de fermeture en milieu de journée.

Etant donné que les ravitaillements se font la plupart du temps dans les villages et les villes, l’utilisation de « Google Maps » est dans ce cas pertinente.

Mais sur ” Google Maps ” vous aurez du mal à voir votre itinéraire et donc à repérer les villages ou villes qui sont sur votre passage.

Pour remédier à ce problème l’utilisation d’une application numérique comme « Open Runner » est une excellente solution.

Pour l’eau :

Dans une zone habitée, il n’y a pas de soucis, vous pourrez faire le plein dans les cafés, les commerces ou en demandant poliment à quelqu’un dans son jardin ou en frappant à la porte d’une maison.

Par contre en montagne ou dans une zone un peu reculée, il faudra repérer vos points d’eau à l’avance.

Si vous randonnez dans nos belles montagnes françaises, le site “Refuge.info” est encore une très bonne source d’informations (sans vouloir faire de jeu de mots 😊 !) Vous y trouverez différents points d’eau (sources, fontaines) sous forme de symbole de goutte d’eau.

Si vous souhaitez randonner à l’étranger, vous pouvez commencer par repérer les différents cours d’eau représentés en bleu sur Open TopoMap.

Une bonne préparation est un gage de réussite

En passant en revue ces 10 étapes, vous vous assurez de ne rien oublier dans la préparation de votre itinéraire.

Il vous restera à vous occuper de votre matériel et de votre alimentation et vous serez enfin prêt à partir pour profiter de cette activité magique qu’est la randonnée !

A noter que si vous souhaitez partir à vélo, en kayak ou avec un autre moyen non motorisé, la logique est toujours la même…

Rappelez-vous que même les grands Aventuriers (et surtout les grands Aventuriers !) préparent leurs expéditions avec beaucoup de minutie.

Quel que soit votre projet : une petite rando de 2 jours en France ou une longue rando engagée en Alaska, la préparation est l’élément numéro 1 pour la réussite de VOTRE trek !

Je vous souhaite de belles Aventures 😉.

Brieg.

PS : Si vous souhaitez aller plus loin dans la préparation d’une randonnée sur plusieurs jours, je propose une formation en ligne très complète, pour vous aider à bien préparer vos randonnée.

Si vous souhaitez progresser dans ce domaine, n’hésitez pas à vous inscrire sur la liste d’attente pour être informé de la prochaine ouverture de cette formation. Cliquez ici pour vous inscrire sur la liste d’attente « Objectif Rando ».

Notez cet article !
[Total: 5 Average: 4.8]
Recherches utilisées pour trouver cet article :randonnée sur plusieurs jours, radonnée avec etape france semaine, randonnee en etape, randonnée sur plusieur jours
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  

6 Comments

  1. Bonjour ! Merci pour cet article très interessant !
    POur me part je suis uen grande fan d’open runner qui permet de planifier les parcours et chaque étape de facon tres precise sur les cartes IGN! Idéales poru les GR en France. On peut même exporter la trace GPS si on souhaite se rassurer sur un GR pas tres bien balisé.
    J’aurai juste une question sur les distances, en effet, au sortir de confinement dur dur d’évaluer sa condition physique, de plus j’ai souvent entendu des randonneurs aguerris parler du fait que l’étape du 3e jour doit être plus “light” pour compenser la fatigue des premiers jours qui s’accumule et ne pas se cramer ? As-tu des conseils sur les séquencages d’étapes ou pense tu que des étapes équilibrées tout au long de la rando sont la meilleure solution?

    Merci !

    • Bonjour Helene,

      Merci pour ton message 😉
      Pour une grande randonnée de plusieurs jours et pour un marcheur moyen, je conseille :
      – Premier jour : Tranquille (disons 4h de marche max)
      – Deuxième jour : Un peu plus long (disons 5h de marche)
      – Troisième jour : A nouveau tranquille car c’est le jour des courbatures (disons 4h de marche)
      – Quatrième jour : on peu commencer à augmenter (disons 5h de marche)
      – Cinquième jour et les suivants on peut encore augmenter en fonction de ses capacités (6h, 7h, 8h de marche…)

      Les valeurs que je donne ici sont juste des repères et doivent être adaptées en fonction de chacun.
      Dans la mesure du possible j’applique cette méthode pour mes propres randonnées et cela fonctionne très bien !
      Cela me permet de rester en forme tout au long de ma rando et de faire de longues étapes au bout de 6 à 7 jours sans me sentir fatigué ;).

      Je te souhaite de belles randonnées.
      Brieg

  2. Bonjour,

    Merci pour toutes ces informations. Voici quelques points qui me paraissent importants.

    Concernant le choix du sens de l’itinéraire, je suis d’accord avec tout ce qui est écrit mais j’ajouterais que la difficulté des sections de début et de fin peut aussi rentrer en ligne de compte. Par exemple, commencer le GR 20 peut être ardu pour les randonneurs non entraînés, car cela implique de démarrer par les parties les plus ardues et les plus techniques.

    S’agissant des sites qui permettent de trouver de nouveaux itinéraires, Visorando s’intéresse surtout aux courtes randonnées en France ou au Royaune-Uni. Pour les randonnées plus longues ou dans d’autres pays, le site http://www.hikeonearth.com est plus utile : il permet de trouver des itinéraires de randonnée dans un pays donné et fournit des informations pratiques pour s’organiser (meilleure période, coût, besoin d’un permis, etc.).

    En espérant que ce commentaire soit utile !

    Bonne randos à tous 🙂

    • Bonjour Benjamin, merci pour ta contribution ;).

      Concernant la progression de la difficulté, je conseille justement dans mon article de se poser la question suivante :
      “Dans quel sens votre itinéraire est-il le plus progressif physiquement ?”

      Effectivement Visorando propose beaucoup de randonnées à la journée mais pas que… La recherche n’est pas très intuitive mais on trouve de belles infos sur les longues randonnées, comme par exemple le tour du Mont Blanc, le tour des Annapurnas, etc, etc…

      Hikeonearth est en effet un nouveau site prometteur, mais en anglais, ce qui ne conviendra pas à tout le monde.
      Cependant il y a très peu de contributions pour le moment et des infos comme la période idéale, par exemple, qui ne sont pas à jour ou renseignées.
      Personnellement j’attend de voir ce que ça donnera dans l’avenir 😉

      Brieg.

  3. Wow super article, très complet merci. Tellement en accord avec ce “statement” : “Un marcheur moyen avec une pratique sportive régulière marchera environ 5 heures, gravira environ 750 m de dénivelé positif et parcourra un bon 20 km par jour sur le plat.” Je fais de la rando quelques fois par année et c’est ce que je planifie même si mon copain pense toujours qu’on peut faire plus.

    • Merci Isabelle pour ton commentaire ;). Ton copain est justement peut-être au dessus des capacités physiques du randonneur moyen… Ce qui explique son envie d’en faire un peu plus !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*