Avis Tente Big Agnes légère – 3 places / Copper Spur HV UL 3

tente Big Anges 3 places ultra légère

Cliquez ici pour en savoir plus cette tente big Agnes légère – 3 places / Copper Spur HV UL 3

Avis tente Big Agnès 3 places

Bonjour et bienvenue sur Besoin d’aventure !

Dans cette vidéo, je vais vous présenter la tente de la marque Big Agnès, la Copper Spur UV UL 3, une tente trois places ultra légère pour randonner à pied (ou pourquoi pas à vélo) avec des matériaux très fins pour un maximum de légèreté. Je vais la déballer devant vous et la monter pour que vous puissiez voir comment elle est. Puis je vous donnerai mon avis en vous présentant les points forts et les points faibles de cette tente.  

On a d’un côté le petit sac de piquets et de l’autre la tente intérieure et le double toit qui sont rangés ensemble avec les arceaux à l’intérieur. C’est une tente autoportante ce qui veut dire qu’on n’a quasiment pas besoin de sardines pour qu’elle tienne bien debout. C’est un avantage important parce que si on doit bivouaquer sur une plage, dans une zone rocailleuse, où les sardines ont du mal à rentrer dans le sol, il ne faut pas grand-chose pour qu’elle tienne d’elle-même. Évidemment, s’il y a du vent, il va falloir mettre des sardines pour l’ancrer dans le sol. Une tente autoportante, c’est vraiment quelque chose de super utile dans plein de conditions.

Les arceaux est composé de quatre branches. On voit que sur deux des branches, on a deux parties orange et ces parties orange vont correspondre à des petites sangles orange qu’il y a sur la tente intérieure. On voit une partie orange ici. Par contre, si vous prenez l’option footprint, qui est une petite toile de protection à mettre en dessous de la tente, à ce moment-là, vous pouvez utiliser la tente comme tarp et monter le double toit avant, ce qui peut être utile en cas de pluie. On monte le double toit, et ensuite, on va monter la tente intérieure.

Là, je vais installer les quatre sardines des quatre angles. Les sardines qui sont livrées avec sont des sardines Dac en aluminium. Je viens tendre à l’opposé en diagonale. Ensuite, arceaux orange dans sangles orange. J’ai juste à enfoncer le bout. De l’autre côté, arceaux noirs dans sangles bordeaux. Ensuite, j’ai ces clips-là [clips accrochés à la tente intérieure] à mettre sur les arceaux. J’en ai deux ou trois par côté. J’ai un deuxième petit arceau pas très grand et très astucieux, que l’on retrouve sur plusieurs tentes même d’autres marques, pour aller écarter les côtés et avoir des murs latéraux le plus vertical possible pour gagner en habitabilité à l’intérieur.

Là [sur le haut de la tente intérieure], j’ai un petit clip plastique, j’ai la même chose ici de l’autre côté et puis ici [au-dessus de la tente intérieure au milieu] j’ai un petit clip, de nouveau ici, pour augmenter la hauteur du milieu. Là, j’ai ma tente intérieure qui est montée. Je peux l’utiliser comme ça, juste comme moustiquaire. Comme c’est une tente ultra légère, il y a énormément de moustiquaire. Il n’y a que la partie basse qui est en tissu pour éviter les courants d’air et les éventuels splash effect en cas de pluie, mais sinon tout est en moustiquaire ce qui permet d’avoir une tente qui est aussi bien aérée, dans laquelle ça ne condense pas. Par contre, évidemment, elle ne sera pas aussi chaude qu’une tente quatre saisons qui sera plus fermée, avec moins d’aération.

Ensuite, le double toit. Là, pareil, sangles orange sur arceaux orange. Avant de mettre ces sangles, au niveau des ouvertures, on a un petit fourreau qui va en fait venir se mettre ici sur l’arceau et pareil de l’autre côté au niveau de l’ouverture. On a un petit fourreau que je viens mettre un petit peu en tension pour le rentrer dans l’arceau.

Maintenant, je peux mettre les petits clips aux quatre coins, mais avant ça, j’ai des petits scratchs pour obliger la tente à rester bien en place. Alors, quand il fait beau, qu’il n’y a pas de vent, ce n’est pas très important de les mettre, mais on ne sait jamais comment la météo peut évoluer. S’il pleut, s’il y a du vent, c’est important d’avoir ces scratchs. Là, ça prend un petit peu de temps parce que je donne des explications en même temps, mais la tente se monte vraiment rapidement.

Ce qu’il est important de savoir sur ce genre de tente est que le matériau est en silicone nylon. Il va donc pas mal travailler en fonction de la température, du soleil, de l’humidité. Là, par exemple, il fait beau, chaud, il y a du soleil et vous voyez que là, j’ai pas du tout serré mes sangles et la tente est déjà bien tendue. Par contre, dès qu’il y a un peu d’humidité ou qu’il fait plus froid tout ça se détend et il faudra reprendre un petit peu les sangles ici [aux angles de la tente].

La différence, entre le moment où on la met et le soir quand l’humidité arrive, peut être assez importante donc il faut penser à les resserrer un petit peu le soir. C’est propre à ce matériau et beaucoup de tentes légères sont comme ça. Il me reste maintenant plus qu’à mettre quelques sardines. Une de chaque côté au niveau des deux entrées, une au niveau des pieds et une au niveau de la tête. Et puis, évidemment, quatre haubans de chaque côté, importants à mettre en cas de vent, également en cas de pluie, pour augmenter un petit peu encore la largeur entre la tente intérieure et le double toit.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les matelas Thermarest sont-ils vraiment garantis à vie ?

On a sur le double toit une aération. Il n’y en a qu’une mais elle est relativement grande. Elle est maintenue ouverte par une petite barrette qui est scratchée. Il n’y a pas besoin de la remettre en place ou de l’enlever pour ranger la tente. On peut éventuellement, si on le souhaite, fermer l’aération avec un petit scratch ici [au bas de l’aération]. Évidemment, plus on ferme les aérations, plus on aura de condensation à l’intérieur donc autant la laisser ouverte.

C’est donc une tente relativement rapide à monter avec assez de volume pour trois personnes. Il faut savoir que la largeur au niveau des pieds et un petit peu plus petite que la largeur au niveau de la tête. La partie orange est justement la partie la plus étroite. Ça permet de repérer où sont les pieds et où on met la tête. On a une ouverture ici [sur un côté de la tente]. Dans cette ouverture, il y a deux choses astucieuses. En fonction du vent, vous allez pouvoir soit laisser ce panneau-là fermé [celui de gauche] et ouvrir celui-là [celui de droite], ou inversement, laisser celui-là fermé [celui de droite], et ouvrir celui-là [celui de gauche].

Dans l’idéal, il vaut mieux laisser celui-là fermé [celui de gauche] et ouvrir celui-là [celui de droite] puisque l’ouverture à l’intérieur de la tente est plutôt positionnée au niveau de la tête et pas trop au niveau des pieds. Mais ça peut quand même être utile de faire l’inverse à cause du vent. Il y a un petit truc tout bête là-dessus [l’ouverture], c’est ce petit scratch. Ça, c’est assez génial parce que quand la tente est fermée, que vous dormez et que vous vous réveillez le matin et que tout est humide avec de la condensation éventuellement sur le dessous, etc. , le scratch se met tout seul. Il n’y a rien à faire. Vous ouvrez de l’intérieur et là, j’ai mon scratch qui retient la porte. Ça évite à la porte de tomber sur la moustiquaire et sur la tente intérieure et d’aller tremper mon duvet, mon matelas avec quelques gouttes. Ce n’est pas grand-chose, mais c’est vraiment du confort.

J’ai également sur le haut une deuxième fermeture. On peut fermer comme ça [complètement fermé], mais aussi fermer le bas, par exemple, et laisser aérer le haut si je veux. Ça, honnêtement, je m’en sers moins. J’y trouve moins d’utilité, mais en tout cas, on a la possibilité de faire ça.

Ici, sur la porte, on a un petit clip classique pour venir la bloquer. Ce clip est bien. La seule chose moi que je n’aime pas, c’est que quand on est à l’intérieur, qu’on est déjà couché et qu’on veut essayer de défaire ça d’une seule main pour ne pas avoir à trop se retourner, etc., je trouve ce truc-là un peu plus dur à défaire que certaines attaches qui sont plutôt en forme un petit peu ovale. Mais bon, c’est un petit détail.

Ensuite, la tente intérieure s’ouvre en deux parties : une partie droite et une partie un peu courbe sur le haut. La porte moustiquaire, je peux la rouler et c’est en haut que j’ai une petite attache pour venir la laisser ouverte. Même chose de l’autre côté, exactement la même ouverture, la même avancée. On a donc une avancée qui est relativement grande, en tout cas juste assez grande pour faire chauffer le repas avec un réchaud. Il ne faudrait pas que ce soit plus petit, mais je l’ai déjà fait et la place est suffisante.

C’est donc une tente trois places. Comme souvent, les tentes trois places, c’est vraiment confort pour deux personnes. Du coup, on peut mettre les sacs à l’intérieur. On peut vraiment tout rentrer à l’intérieur en cas de grosse pluie. Maintenant, moi, je l’utilise pour trois personnes. Évidemment, il n’y a pas trop d’espace, mais pour trois personnes ça passe aussi. On met les sacs dans les avancées.

C’est une tente qui pèse dans les 1.810 kg, donc pour trois personnes ça vous fait 603 grammes par personne pour s’abriter en bivouac, ce qui est vraiment faible.

Alors, à l’intérieur, voilà ce que ça donne. Il y a pas mal de volume, pas mal de hauteur et pas mal de petits équipements intéressants à avoir. Il y a notamment une poche en filet de chaque côté [de l’entrée] et puis ici également [de l’autre côté], ce que l’on ne retrouve pas sur beaucoup de tentes, un grand filet ici aussi [en haut à gauche de la tente intérieure sur toute la partie latérale]. On peut donc mettre pas mal de choses.

Ici [en haut dans l’angle], de chaque côté, un double filet, ici à nouveau un autre, et par ici, ils ont mis le petit insigne des écouteurs puisque ici [au fond du filet], on a un petit trou : vous pouvez donc par exemple mettre votre téléphone portable ici, faire descendre vos fils d’écouteurs et puis écouter votre musique ou ce que vous voulez. Ce sont des petites choses simples mais astucieuses.

Et puis on a des petits anneaux, ici [sur le haut de la tente intérieure], pour éventuellement accrocher une petite frontale ou mettre un petit fil à linge. Il y en a aux quatre angles, plus deux ici encore au-dessus [vers les filets de rangement] et encore un au milieu. Là, par exemple, pour une lumière d’ambiance, ça peut être utile.  

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Vidéo de démontage du kayak Nautiraid Grand Narak 550

C’est une tente clairement ultra légère à utiliser plutôt pour randonner et à utiliser avec beaucoup de précautions. J’ai, par exemple, fait une accroche, là, dans la moustiquaire [sur le toit]. Je ne sais pas comment, alors, je l’ai réparée avec une espèce de petite toile de spi autocollante. J’ai mis un petit plastique de chaque côté, ça ne bouge pas depuis. Mais voilà, il faut y faire attention.

Ce qui est assez sensible aussi, c’est le tapis de sol donc la plupart du temps ce que je fais, c’est que je mets un polycree, c’est-à-dire un petit film plastique qui se vend dans certains magasins de randonnée, ce qui permet d’aller protéger le tapis de sol ou alors, comme je disais au début de la vidéo, vous pouvez acheter en option le footprint qui est une petite toile que l’on vient clipper sur les arceaux, qui est vraiment spécialement prévue pour cette tente et qui vient donner une couche supplémentaire.

Pour moi, cette option ne devrait pas être une option. Il devrait la vendre avec. L’option ça devrait être de pouvoir l’enlever pour avoir une tente encore plus légère. Mais il faut, je pense, avoir cette option pour avoir une tente qui dure assez longtemps. J’ai également fait un petit accroc sur le double toit, là [sur le côté], que j’ai réparé aussi un petit peu à la va-vite pour l’instant parce que je n’ai pas ce qu’il faut pour réparer.

Donc c’est du léger, il faut le savoir, mais c’est quand même une tente de très bonne qualité. Toutes les finitions sont bien faites. Si on veut du léger forcément les matériaux sont assez fins et donc un peu plus fragiles qu’une tente qui ferait 4 ou 5 kilos évidemment.

Vous voyez qu’on peut mettre trois matelas classiques. Là, ce sont des Thermarest donc ça rentre bien comme il faut. Il n’y a pas trop de place pour trois, par contre en longueur, c’est relativement spacieux. On a de quoi mettre des petites affaires au niveau de la tête. On peut se laisser un peu de place au niveau de la tête. Donc quand on est allongé, vous voyez, on a largement la place. Mes pieds ne touchent pas le bout. Je ne suis pas particulièrement grand. Je fais 1 mètre 76, mais même si je faisais 1 mètre 80, 85 ça passerait sans problème.

Voilà ce que ça donne avec les trois duvets en place. Quand on est assis, au milieu, elle est vraiment très haute. Si je me mets sur un côté, j’ai également la hauteur qu’il faut. Je ne touche toujours pas et la paroi est relativement verticale. Elle n’est pas complètement verticale, mais grâce à cet arceau qui est en perpendiculaire, on a une paroi qui est quand même relativement verticale. Là, on peut être trois de manière correcte, évidemment à deux, ce sera du grand confort. Je l’ai utilisée à trois et à deux. À deux, c’est vraiment très confort et à trois ça passe bien.

Je vous remontre l’avancée maintenant. Dans l’avancée, on a de quoi mettre un sac à dos. Là, vous voyez, mon sac à dos passe tout juste sur le côté. En cas de mauvais temps, si je dois cuisiner à l’abri du vent et surtout de la pluie, je peux fermer ça [côté gauche de l’avancée]. Là, si je veux me mettre à l’abri du vent, je suis à l’abri avec l’autre côté qui est fermé. Si je veux me mettre à l’abri de la pluie, je ferme mon avancée et vous voyez j’ai de quoi faire la popote.

Vous voyez là, j’ai une petite cartouche avec un réchaud gaz. Évidemment, il faut faire attention parce qu’il n’y a pas une énorme hauteur. Là, le sol n’est pas très plat. L’idéal, ce serait d’être ici [légèrement décalé], mais là, j’ai un peu un creux qui n’est pas très adapté pour ça. Voilà ce que ça donne pour vous donner un peu une image. J’ai ça comme distance partout [20 centimètres environ]. Là, pareil au niveau de la tente donc ça le fait pour faire son repas sous la pluie.

Vous pouvez voir sur le tapis de sol, là, on a une impression de mouiller au matin. C’est juste une impression en fait. Ici, on a l’impression que c’est sec et c’est sec. Là, c’est pareil au toucher, c’est complètement sec. Cet effet-là, il peut être limité en mettant en dessous soit un footprint, soit un polycree : une feuille très fine transparente en plastique très fin. Toutes les zones où il y aura ce double sol, vous n’aurez pas cette impression d’humide.

À noter aussi que la couleur de cette tente est plutôt discrète, vert clair. Ça peut être un inconvénient si vous devez vous faire repérer par les secours, mais un avantage si vous voulez randonner et bivouaquer discrètement dans la nature.

Si l’aventure vous appelle et que vous ne savez pas trop quel itinéraire choisir ou quel mode de déplacement choisir : à pied, à vélo, en kayak, etc., vous pouvez télécharger mon guide pour vous aider à choisir votre aventure. Ce guide vous fera gagner du temps, vous permettra de savoir si vous êtes capable de faire tel ou tel itinéraire. Il vous permettra de choisir un projet qui vous correspond. Le formulaire se trouve juste en dessous

Je vous dis à bientôt pour de prochaines aventures, ciao !

Partager l'article :

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*