Pourquoi Mike Horn est-il si fort ?

Mike Horn
POLE2POLE expedition. Pangaea sailing in Antarctica. Arriving to the Antarctica.Mike Horn testing his kite.

Crédit Photo principale – ©Dmitry Sharomov

Vous aimeriez avoir la force de caractère de Mike Horn. Quand vous regardez ses vidéos ou que vous lisez un de ses livres, vous vous dites : Mais comment il fait pour être si fort ?

Et vous, de votre côté vous n’arrivez pas forcément à dépasser vos peurs, à sortir de votre zone de confort. Ce voyage à vélo, ce GR 20 en Corse ou cette aventure X ou Y vous avez peut-être du mal à la mettre en place.

Si vous êtes dans ce cas, alors ce que je vais vous raconter devrait vous intéresser ! Et si vous arrivez déjà à vivre vos rêves, les clés que je vais vous présenter ici ne pourront que vous aider pour aller plus loin !

Il ne s’agit pas ici d’envier Mike Horn ou d’être jaloux de lui.

Cette vidéo n’est pas là non plus pour l’aduler ni le critiquer, mais pour comprendre comment il en est arrivé là et comment il trouve la force physique et mentale pour réaliser toutes ses expéditions extrêmes.

Et quelles que soient vos ambitions personnelles, cela peut être très intéressant d’étudier le fonctionnement de personnage extraordinaire comme lui. Prenez le mot extraordinaire au premier sens du terme. Mike Horn n’est clairement pas quelqu’un d’ordinaire, on peut dire qu’il sort de la norme.

En comprenant ses forces et sa philosophie de vie, vous pourrez à votre tour si vous le souhaitez les appliquer dans votre vie pour réussir à réaliser vos propres projets d’aventure et réussir à passer à l’action.

Alors surtout on ne se prend pas la tête ici, à chacun son aventure à chacun son niveau. Pas besoin de vouloir faire des expéditions aussi engagées que lui. Et personnellement je ne prétends pas vouloir faire comme lui car je suis un peu plus contemplatif dans mes aventures.

Donc pour résumé, l’objectif de cette vidéo est de vous permettre de prendre ce qui vous inspire chez Mike Horn, mais aussi de laisser éventuellement de côté ce qui vous plait moins. Car personne n’est parfait et nous avons tous, vous, comme moi, et comme Mike Horn nos points forts et nos points faibles.

Et j’insiste encore mais cette vidéo est uniquement là pour présenter Mike Horn de manière objective et constructive et pour en tirer des enseignements. Pour cela je vais vous présenter les 7 clés qui selon moi permettent à Mike Horn de réussir ses aventures.

Qui est vraiment Mike Horn

Mike est Sud-Africain, de son vrai nom Michael Frédérick Horn et né en 1966 à Johannesburg en Afrique du Sud. Mike a eu des parents inspirants et confiants. Il dit je cite « mes parents m’ont transmis de la force et de l’enthousiasme »

C’est une chance, mais la chance s’arrête là, le reste il l’a créé lui-même !

Gamin il passe sa vie dehors et fait beaucoup de sport (rugby, cricket, athlétisme, tennis, vélo). Sa mère enseignante, son père directeur d’école et ancien rugbyman ne lui fixaient pas d’interdit, mais lui mettaient des limites.

Ses parents le laissaient aller où il voulait du moment qu’il était là à 18h max et pas une minute de plus. Le cadre était donc léger mais strict. Et cette liberté s’accompagnait d’une forte discipline (et ce mot discipline est important pour la suite !).

De la même manière ses parents ne lui disaient jamais « tu ne peux pas faire ça » mais ils lui donnaient la possibilité d’essayer. Mike, qui a deux sœurs, dit que ses parents ont fabriqué des enfants autonomes. Et leur père leur disait souvent « Il faut garder les pieds sur terre pour pouvoir toucher les étoiles »

Enfant et adolescent, il voulait être aventurier, médecin, pilote de ligne puis ranger. Mais il perd son père à l’âge de dix-huit ans.

Dans cette épreuve Mike prend de la force. Cela lui donne un coup de boost. Cela lui donne envie de profiter de la vie à fond ! Cette réaction est d’ailleurs assez courante chez les personnes qui perdent un parent jeune. Ce n’est pas une chance mais c’est la vie, c’est comme ça. Et ce qu’on peut en tirer comme premier enseignement

C’est qu’il est possible de voir du positif dans toutes les épreuves négatives de la vie. Cette notion je l’ai comprise depuis un petit moment et je peux vous dire que c’est une force extraordinaire.

De 18 à 20 ans il s’engage dans l’armée Sud-Africaine et combat en Angola en tant que lieutenant puis capitaine. Une école de vie (ou de mort ça dépend comment on voit les choses) mais qui l’a obligé à dépasser ses limites physiques et surtout mentales.

Puis il quitte l’armée et suit une formation de kinésiologie. Cette discipline qui étudie les mouvements et les postures du corps humain est très utilisée dans le domaine du sport.

Enfin il travaille dans l’entreprise d’import/export de fruits et légumes de son oncle et à 24 ans il gagne beaucoup d’argent en vendant une cargaison de choux trois fois le prix habituel.

Sur un coup de tête et sûrement grâce à cette somme d’argent, il décide de changer de vie et de quitter l’Afrique du Sud. L’aventure l’appelle !

Il se débarrasse de toutes ses affaires et se rend à l’aéroport.

Nous sommes en 1990 à l’époque de l’Apartheid et en tant que Sud-africain peu de pays peuvent l’accueillir sans visas. Ses 3 possibilités sont l’Israël, l’Angleterre et la Suisse.

Le premier vol disponible pour un de ces 3 pays est à destination de Zurich en Suisse. C’est parti !

Il débarque donc en Suisse, galère un peu pour trouver un boulot, puis finit par travailler dans une auberge de jeunesse et en devient quelque temps plus tard le gérant.

Il rencontre dans cette auberge sa femme Cathy, Néo-Zélandaise et infirmière de formation. Elle deviendra son bras droit en termes de logistique et de coordination pour toutes ses expéditions.

Dès son arrivée en Suisse il s’adonne à plein temps aux sport nature un peu extrême dont l’hydrospeed.

A 27 et 28 ans il devient père de 2 filles (respectivement Annika et Jessica).

A 45 ans il obtient la nationalité Suisse.

Et en 2015 à l’âge de 49 ans il perd sa femme atteinte d’un cancer du sein depuis quelques années.

Il vit toujours actuellement dans le Valais Suisse et est très proche de ses 2 filles.

Mais c’est en 1991 une fois arrivé en Suisse à l’âge de 25 ans qu’il démarre véritablement sa carrière d’aventurier.

Les plus grosses expéditions de Mike Horn

Voici donc une présentation rapide de ses plus grosses expéditions avant de passer aux 7 clés qui selon moi permettent à Mike Horn de réussir ses aventures.

En 91 à l’âge de 25 ans il explore la Cordillère des Andes en raft et en parapente pendant 3 mois.

En 92 à l’âge de 26 ans il décroche son premier gros contrat de sponsoring avec Sector la marque de montre.

Il peut alors inventer toutes les aventures qui lui passent par la tête, du moment qu’elles soient extrêmes ! Ce partenariat durera 10 ans.

En 94 à l’âge de 28 ans il descend le glacier du Mont Blanc en body board.

En 95 à l’âge de 29 ans il réalise un saut en hydrospeed sur une chute de 22 m au Costa Rica (les précédents records atteignaient 15 m).

Et la même année il crée « No Limit » un centre de sport extrême.

En 97 à 31 ans il se lance dans sa première grande expédition. La descente de l’Amazone en hydrospeed.

En 99 à 33 ans il met en place son expédition « Latitude Zéro » qui consiste à faire le tour de la terre sans moteur et sans s’éloigner de plus de 40 km de l’Equateur. Et c’est je pense l’expédition qui l’a vraiment rendu célèbre.

En 2002 à 36 ans il démarre « Arktos » une autre aventure insensée qui consiste à faire le tour du monde par le Cercle Polaire Arctique. Il ne lui faudra pas moins de 27 mois pour atteindre son objectif.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment prévoir le temps avec les nuages : 10 techniques fiables (partie 2/2)

En 2006 à 40 ans il parcourt 1000 km dans la nuit polaire Arctique pendant 60 jours pour rejoindre le Pôle Nord avec Borge Ousland un grand explorateur polaire Norvégien.

En 2007 à 41 ans alors qu’il n’est pas un alpiniste de l’extrême, il se donne comme objectif de gravir 4 sommets à plus de 8000 m avec son ami Jean Trollet lui-même grand alpiniste (mais la météo les obligera à renoncer à certains de leurs objectifs)

De 2008 à 2012 entre ses 42 et 46 ans il se lance pour plusieurs tours du monde sur son voilier de 35 m nommé « Pangea » Il met en place un projet d’éducation « Le young explorer program » en embarquant des jeunes de chaque continent pour les faire explorer, apprendre et agir !

Mais ce qu’on sait moins c’est qu’en 2014 à 48 ans il est embauché comme coach mental de l’équipe de foot Allemande qui gagne la coupe du monde ! Ce qui ne fait pas trop de doute sur sa force mentale et sa capacité à la communiquer !

Entre 2015 et 2016 il participe à des émissions dans lesquelles il accompagne des gens en pleine nature et leur apprend à survivre.

En 2017 à 51 ans il traverse l’Antarctique en solitaire à ski et tracté par un kite quand le vent est de la partie.

Et enfin en 2019 à 53 ans et à nouveau avec son coéquipier Borge Ousland, il tente de réaliser une traversée intégrale de l’Arctique pendant 3 mois. Mais la glace n’est pas au rendez-vous, leur lente progression se complique sérieusement.

Un navire norvégien vient à leur secours, de justesse, au bout de 87 jours.

Bref un beau CV !

Mais à votre avis comment arrive-t-il à faire tout ça ?

Hé bien en grande partie grâce aux 7 clés que je vais vous dévoiler tout de suite !

Ces clés sont tirées de mon analyse personnelle et j’espère qu’elles vous inspireront.

Et Mike si tu regardes cette vidéo n’hésite surtout pas à me donner ton avis 😉. Ca me ferait bien plaisir !

Donc sa clé n° 1 : est d’avoir un pourquoi

Quand on lui pose la question : Pourquoi il fait tout ça ? Il répond tout simplement « Parce qu’il veut être heureux » « Parce qu’il a le sentiment d’être vivant dans le dur » « Le dépassement de soi, le dynamitage des limites, voilà sa raison de vivre… » C’est lui qui le dit.

Il dit aussi que ressentir ces émotions fortes et irremplaçables lui donne envie de transmettre le goût de la liberté. Une liberté qui offre un espace infini à la vie. C’est tout simple mais hyper important.

On doit savoir pourquoi on fait quelque chose, on doit se demander pourquoi on veut réaliser telle ou telle aventure. A partir du moment où votre pourquoi est bien défini et fort, tout devient plus simple.

Personnellement je suis parti faire un tour du monde à vélo de 2 ans parce que je voulais vivre une aventure hors du commun, parce que je voulais découvrir ce sentiment de grande liberté, je voulais découvrir le monde et rencontrer des gens différents de moi. Et c’est ce pourquoi qui m’a permis de le faire et ce pourquoi était tellement fort que cela ne m’a pas paru difficile.

Donc définissez bien votre pourquoi avant de vous lancer dans une aventure, et si ce pourquoi n’est pas assez fort alors changez d’aventure pour une autre qui vous correspondra mieux.

Sa clé n° 2 : est de savoir regarder là où les autres ne regardent pas.

Mike Horn pense que dans la vie il ne faut pas se contenter de ce qui est apparent, ne pas se concentrer que sur ce qui est visible.

Cette clé c’est son père qui la lui a enseignée. Un jour Mike était avec son père face à un mur blanc sur lequel était accroché un tableau.  Son père lui demanda « Qu’est-ce que tu vois Mike ? » Pendant longtemps Mike n’a vu qu’un tableau sur un mur blanc jusqu’au moment où il a compris que derrière ce tableau et ce mur il y avait le reste du monde.

Il dit également que pour faire quelque chose qui sorte de l’ordinaire on doit mettre sa tête plus haut que les autres (comme les grands arbres) même si en levant la tête on ramasse des vents, on s’expose, on affronte la critique, la jalousie, la méchanceté. Il faut accepter de vivre tout cela !

Mais tout le monde ne veut pas forcément faire des choses extraordinaires comme lui, par contre ce que l’on veut tous c’est faire des choses qui nous correspondent. Et pour ça il faut parfois regarder la vie un peu différemment, savoir regarder à travers les murs ou au-dessus des arbres.

Par exemple Mike aime beaucoup dire que nous n’avons que 30 000 jours devant nous : il dit je cite « pour moi un anniversaire ce n’est pas seulement une fête de naissance. C’est le rappel que tu as une année de moins pour réaliser tout ce qu’il te reste à faire. Ça veut dire : bouche ton cul mon pote et vite » fin de la citation.

Il dit également que pour profiter de ces 30 000 jours, il faut prendre des risques pour profiter de la vie et atteindre ses objectifs. Et je pense que ce conseil est valable dans tous les domaines de la vie.

Sa clé n°3 : est la discipline. Je dirai même que la discipline est son maître mot.

Pour lui je cite « La motivation c’est la plus grande connerie qui a été inventée ! Il faut de la discipline pour être motivé » il dit aussi que la discipline est plus forte que la motivation.

Moi je comprends dans tout ça que le Pourquoi apporte de la motivation, mais que c’est la discipline qui aide à garder cette motivation.

Et ce n’est pas faux, il y a un moment il faut savoir ce qu’on veut. Malheureusement on n’est pas tous égaux par rapport à ça mais c’est comme tout, ça se travaille…

La discipline est pour lui quelque chose de très très important, voire l’élément le plus important pour aller au bout de ses projets et vivre la vie dont il rêve.

Il dit par exemple que « Quand on aime les choses qu’on n’aime pas faire c’est là qu’on peut passer par-dessus une perte de motivation » je répète « Quand on aime les choses qu’on n’aime pas faire c’est là qu’on peut passer par-dessus une perte de motivation » à méditer…

Sa clé n°4 : est de bien se préparer avant ses expéditions.

Il apprend beaucoup sur les lieux où il part, sur la faune, la flore, sur les techniques de progression, de survie etc…

Quand il se lance par exemple pour Latitude Zéro (son tour du monde sur l’Equateur) il ne sait pas naviguer, il ne connaît pas la jungle, mais il apprend, il se renseigne, il demande conseil à des experts avant de partir.

Pour Latitude Zéro il a par exemple contacté des hommes des forces spéciales du brésil pour s’informer sur la jungle ; il a lu des manuels de survie et mémorisé les serpents dangereux ; il a appris à reconnaitre les plantes sauvages etc…

Pour ses premières aventures en Arctique il a demandé conseil à Borg Ousland (le grand explorateur Norvégien dont je vous ai déjà parlé). Il s’est renseigné sur les ours polaires. Il a appris comment se comporter face à eux.

Bref, tout ça pour dire qu’il ne part pas dans l’inconnu sans se préparer et qu’avec de la motivation, de la discipline et de la persévérance tout s’apprend !

Et bien se préparer permet ensuite de s’adapter aux imprévus. D’ailleurs Darwin a dit : « L’espèce qui survivra le plus longtemps sur terre ne sera pas la plus forte mais celle qui s’adaptera le mieux »

Je trouve que cette philosophie s’adapte très bien lors d’une expédition ou d’une aventure quelle que soit son niveau d’engagement.

Vous voyez donc que Mike a beau réaliser des expéditions hors du commun, ce n’est pas une tête brûlée. Il dit qu’il ne faut pas dépasser le point de non-retour. Lors de ses explorations il prévoit toujours une petite marge de sécurité minimum. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Podcast : En kayak au milieu des iceberg - 3 semaines en autonomie au Groenland

Il pense également qu’il ne faut pas aller au-delà de nos connaissances, qu’il ne faut pas un égo trop fort. Qu’il faut y aller étape par étape, marche par marche comme dans un escalier.

Personnellement, je pense qu’il a dû gravir des marches énormes à certains moments de sa vie, mais cela reste un bon conseil … Donc le principe est de réfléchir avant d’agir et faire tout ce qu’il faut pour réussir à atteindre notre objectif qu’il soit petit ou très ambitieux peu importe !

Sa clé n° 5 : est de se simplifier la vie !

Il dit je cite « plus on simplifie les choix plus l’action est facile » Ou « C’est dans la simplicité qu’on trouve les solutions. » Ou encore « Quand on limite le nombre d’options au minimum, on goûte pleinement à l’existence »

Il pense (et je suis d’accord avec lui) que dans la vie on a trop d’options, on se dit souvent par exemple : si ça, ça ne marche pas, je vais faire ça ou alors ça… etc…

Son conseil est donc de faire des choix, d’éliminer certaines options pour ne s’engager que dans une seule.

Plus facile à dire qu’à faire mais je pense que c’est important et personnellement plus j’avance et plus je choisis mes options à l’intuition, mais avec un minimum de réflexions évidemment !

D’un autre côté la simplicité c’est aussi de ne jamais oublier d’être simple.

Il dit que « si on est qui on est, que l’on croit en soi-même, que l’on suit ses valeurs, que l’on est curieux et que l’on sait écouter, alors les gens s’intéressent à ce que l’on fait et la vie devient facile. Par contre si on essaie d’être quelqu’un d’autre alors la vie devient difficile. »

Dans cette idée de simplicité, Mike n’hésite pas à dire qu’il a parfois peur. Il dit par exemple je cite « Pour marcher dans la nuit polaire il faut de l’endurance, de la volonté, du courage. Mais aussi de la peur car celle-ci préserve. »

Bref le personnage reste simple, proche et complice avec son audience ce qui nous amène à la clé suivante !

Sa clé n° 6 : est de savoir communiquer

Il maîtrise l’art de raconter des histoires, compétence nécessaire quand on veut se faire connaître et devenir l’expert dans son domaine.

Que ce soit dans ses livres, sur scène ou dans ses vidéos vous pourrez remarquer que Mike parle toujours de manière simple, avec des phrases courtes, percutantes, en utilisant un vocabulaire souvent basique et en mettant des silences là où il faut en mettre. Et je pense que pour couronner le tout, son petit accent mi afrikaner mi anglosaxon rend le personnage plutôt exotique !

Et ce n’est pas du tout une critique de dire tout ça, car c’est un art de réussir à captiver l’attention du public comme il le fait !

Il aime aussi beaucoup les métaphores, parfois même un peu exagérées je trouve, mais encore une fois ce n’est pas de la critique, car parfois plus c’est gros et plus ça marche et c’est ce qui crée le charme du personnage.

Dans son livre ”Vouloir toucher les étoiles, en pleine ascension d’un sommet de plus de 8000m, il écrit par exemple, je cite : « Des lames de glace me cisaillent le larynx quand j’ouvre la bouche »… 

Des phrases comme ça il y en a pas mal, et je trouve qu’il faut parfois les lire avec un peu de recul pour ne pas avoir l’image d’une réalité un peu déformée ou un peu exagérée.

Mais quoi qu’il en soit il faut bien admettre que c’est un très bon communiquant ; cette compétence importante l’aide à réussir ses projets, que ce soit pour convaincre des sponsors ou pour raconter ses aventures à son audience.

Et enfin sa clé n° 7 : est de rester toujours positif.

D’ailleurs il dit ne pas aimer la critique et préfère se focaliser sur les points forts des gens.

Il pense aussi qu’il faut savoir pardonner facilement. Et je pense qu’il a raison 😉.

Lorsqu’il était le coach mental de l’équipe de foot d’Allemagne pour gagner la coupe du monde il disait aux joueurs je cite : « personne ne peut gagner en redoutant l’échec. L’envie de l’emporter doit surpasser la peur de perdre »

Il dit aussi que « l’obstacle est une chance qui permet de s’améliorer et que l’impossible existe jusqu’à ce qu’on trouve une manière pour rendre l’impossible possible ».

Enfin un de ses derniers conseils est de savoir s’entourer de gens positifs qui nous soutiennent et qui nous poussent vers le haut, vers nos rêves d’Aventures !

Donc pour résumer tout ça :

Clé n° 1 : Avoir un pourquoi

Clé n° 2 : Savoir regarder là où les autres ne regardent pas

Clé n°3 : Avoir de la discipline

Clé n°4 : Savoir bien se préparer

Clé n° 5 : Se simplifier la vie

Clé n°6 : Savoir bien communiquer

Clé n° 7 : Garder un esprit positif

Et si l’on veut répondre au titre de cette vidéo, Pourquoi Mike est-il le plus fort ?

Hé bien tout simplement parce qu’il a un mental d’acier.

Cela est dû à plusieurs paramètres : son éducation, les étapes de sa vie heureuse ou malheureuse mais aussi je pense beaucoup de travail de persévérance et comme il le dit de discipline.

Rappelons-nous que le mental nous permet de repousser nos limites beaucoup plus loin que ce que l’on croit. Et que 80% des choses se passent dans la tête et pas dans le corps et ça Mike Horn l’a compris depuis longtemps !

Pour finir voici comment Mike résume son métier d’aventurier de l’extrême, je cite :

« Devant la nature l’humilité est obligatoire. Entre le défi et la modestie, entre l’arrogance et la pondération, il y a un équilibre à chercher. Une balance fragile insaisissable mais qui exige une vigilance constante. Avoir confiance c’est une chose. Avoir trop confiance c’est l’assurance de la catastrophe. L’aventure extrême se joue au plus profond de nous-mêmes. »

Mais il se dit aussi un peu dingue je cite : « je suis un gars un peu dingue, qui fait des trucs un peu dingues dans des endroits complètement dingues »

Et Attention tout de même de ne pas trop l’imiter car il dit avoir failli mourir 10 fois.

Petit message à l’intention de Mike :

Mike si tu regardes cette vidéo j’espère que cette petite analyse sur tes forces te plaira et je serais ravi d’en discuter avec toi… Voilà l’appel est lancé !

N’hésitez pas à votre tour à me dire dans les commentaires ce que vous pensez de cette analyse et ce que cela vous inspire.

J’insiste mais encore une fois il ne s’agit pas d’envier Mike Horn, tout le monde ne veut pas forcément faire les mêmes choses que lui, mais je pense qu’il est intelligent de tirer des enseignements de personnages hors du commun comme lui.

Allez une dernière citation de Mike pour la route, je cite « Si tes rêves ne te font pas peur, alors il ne sont pas assez grands, il faut oser» vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Et d’ailleurs si vous voulez préparer l’aventure de vos rêves, je vous propose de télécharger gratuitement le guide de l’aventure.

Ma méthode en 7 étapes, pour commencer à organiser votre prochain voyage nature. Le lien se trouve sous cette vidéo dans la description !

Likez et partagez cette vidéo pour m’aider à faire connaître Besoin d’Aventure,

Et n’oubliez pas de vous abonner pour ne pas rater les prochaines vidéos !

Je vous souhaite de belles aventures… Ciao ! 😉

Recherches utilisées pour trouver cet article :mike horn, mike horn bodyboard, mike horn coach, mike horn mental
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*