Quel réchaud choisir pour partir à l’Aventure ?

Feu de camp
Feu de camp / crédit photo : Brieg JAFFRES

Une des préoccupations les plus importantes quand on part à l’aventure, c’est de bien manger ! Et pour se faire un bon petit plat, il faut un réchaud adapté.

Nous pouvons utiliser :

– Un réchaud à gaz
– Un réchaud multi-combustibles (essence, pétrole, kérosène)
– Un réchaud à alcool
– Un réchaud à bois
– Un feu classique 🙂

Il y a donc le choix ! Mais chaque type de réchaud présente ses avantages et ses inconvénients.
Il faudra le choisir en fonction de différents critères comme : la disponibilité du combustible, les conditions météo, la durée de l’aventure, le nombre de bouches à nourrir, le type de cuisine envisagé (Est-ce que je veux juste faire bouillir de l’eau pour un plat lyophilisé, ou bien me faire un petit plat mijoté:)).

Alors comment choisir ? Voyons cela en détail…
Commençons d’abord par quelques notions techniques à prendre en compte.
Ensuite nous passerons en revue les différents types de réchauds et regarderons leurs avantages et inconvénients respectifs. Nous finirons par nous poser les bonnes questions pour faire le bon choix. Si vous souhaitez aller tout de suite à l’essentiel, je vous ai fait un tableau comparatif. Cliquez ici pour me le demander.

Je tiens à préciser que les valeurs que je donne dans cet article ne sont que des moyennes générales pour vous permettre de déblayer le terrain. Que je n’ai aucune action dans les marques que je cite et que je vous donne donc ces informations en toute indépendance.

Notions techniques

La puissance :

Exprimée en Watt (W) (pour réchauds à gaz et multi-combustibles)
– les réchauds les moins puissants tournent autour de : 1500 – 2000 W
– les réchauds de puissance moyenne tournent autour de : 2500 W
– les réchauds les plus puissants tournent autour de : 3000 – 3500 W

Attention : plus c’est puissant, plus ça chauffe vite, mais plus ça consomme…

La BTU (British Thermal Unit) :

mesure de rendement énergétique du réchaud
Plus elle est élevée et plus la chaleur est intense (pour réchauds à gaz et multi-combustibles)
– les réchauds les moins puissants tournent autour de : 7000 BTU
– les réchauds de puissance moyenne tournent autour de : 8000 à 9000 BTU
– les réchauds les plus puissants tournent autour de : 10 000 BTU

Quelle est la différence entre la puissance et le BTU ?

Apparemment, la puissance est un indicateur fixe qui ne prend pas en compte les conditions climatiques, alors que la BTU est un indicateur pour des conditions climatiques optimales. Ce qui veut dire que la BTU va diminuée dans des conditions climatiques défavorables, alors que les watts ne changerons pas. Donc moi si j’ai bien compris, je préfère me référer plutôt à la puissance.
Surtout corrigez moi en laissant un commentaire, si j’ai faux sur cette explication… j’ai un petit doute 🙂

Le temps d’ébullition :

Représente le temps nécessaire pour faire bouillir 1 litre d’eau dans des conditions climatiques optimales. Ces valeurs seront donc bien augmentées en cas de vent, de températures basses et/ou d’altitude.
Exemple de temps d’ébullition pour réchauds à gaz et multi-combustibles :
– les réchauds les moins puissants tournent autour de : 5 min
– les réchauds de puissance moyenne tournent autour de : 4 min
– les réchauds les plus puissants tournent autour de : 3 min

Pour donner un élément de comparaison, il faut compter 5 à 6 min pour faire chauffer 1 litre d’eau dans une casserole sur la gazinière à la maison.

Ces différences de temps d’ébullition ne sont pas très significatives. Il faut surtout veiller à prendre un réchaud suffisamment puissant si l’on prévoit de rencontrer des conditions climatiques défavorables.

L’autonomie en combustible :

Donné en minutes pour un poids de carburant donné.
Ces valeurs ne changeront pas en cas de vent, de températures basses et d’altitude, mais comme l’eau mettra plus de temps à bouillir, au final vous perdrez en autonomie).
ATTENTION les valeurs indiquées dans cet article sont juste un ordre d’idée et dépendent beaucoup de la météo, de la puissance de votre réchaud et de votre utilisation.

– 1 à 2 heures d’autonomie avec une cartouche de gaz de 230 g
– environ 2 heures d’autonomie avec une bouteille d’essence de 0,6 L

Accessoires :

Avant de passer en revue les différents types de réchaud, notons un accessoire important !
Le pare-vent, qui vous permettra d’augmenter de manière importante le rendement de votre réchaud en cas de vent, ou de froid. Elément qui n’est donc pas à négliger…

A noter également que certains réchauds à gaz sont vendus avec un système d’allumage “piezoélectrique” qui n’est à mon sens pas vraiment indispensable dans des conditions d’utilisation classiques.

Les réchauds à gaz

Réchauds à gaz

Ces réchauds sont les plus utilisés et les plus simples d’utilisation.

Principe de fonctionnement

Ils sont constitués d’un brûleur que l’on connecte à une cartouche de gaz.

La connexion se fait soit :
-par une valve sans filetage pour la marque Camping Gaz. Les réchauds de cette marque sont bon marché mais ce ne sont pas les plus performants.
-Par une valve à filetage à vis pour les autres marques (Coleman, Primus, MSR, Optimus, Jetboil). C’est un standard international que l’on trouve plus facilement à l’étranger.
-On oublie les cartouches perçables Camping Gaz d’un autre âge (mais qui existent encore).

Certains réchauds sont prévus pour pouvoir utiliser les deux types de valves (j’ai entendu dire que certaines personnes avaient eu des problèmes de fuite avec ce système… N’hésitez pas à écrire un petit retour d’expérience dans les commentaires si vous utilisez ce type de réchaud.

Par temps froid les cartouches de gaz classiques (80% butane et 20% propane) ne marchent pas bien. Il faut dans ce cas utiliser un mélange contenant de l’isobutane. Primus par exemple propose 3 types de cartouches selon la température d’utilisation. Pour pallier ce problème de froid certaines marques proposent également des cartouches inversées (cartouches tête en bas pour un meilleur mélange des gaz). Mais malgré tout on atteindra pas les performances d’un réchaud multi-combustible.

Cartouches primus

Il y a 4 types de réchauds à gaz
-Les réchauds classiques : modèles simples, légers, compacts, performants.
-Les réchauds duo : compatibles avec les cartouches à valve filetée et non filetée.
-Les réchauds à cartouche déportée : reliée par un tuyau qui permet une meilleure stabilité pour des grandes casseroles si on est nombreux et qui permet également de renverser la cartouche pour un meilleur rendement par températures froides.
Les réchauds optimisés : brûleur + popote intégrée pour augmenter le rendement.

Disponibilité du combustible

Il n’est pas toujours facile de trouver des cartouches de gaz. Il ne faut pas compter en trouver en pleine brousse et d’une manière générale en dehors des villes de taille moyenne.
C’est d’ailleurs le principal défaut du gaz, d’autant plus qu’il est interdit de transporter des cartouches de gaz en avion.
Les cartouches Camping Gaz sont très répandues en France et dans la plupart des pays européens, mais quasi-introuvables ailleurs.
Les autres marques se trouvent en France, en Europe et dans les autres pays.

Poids et encombrement

Ces réchauds sont légers et compacts, plusieurs modèles sont sous la barre des 100 g.
Comptez en plus une cartouche d’environ 380g (230g de gaz).
Total : moins de 500 g pour environ 4 jours d’autonomie

Autonomie

Avec une cartouche de 230 g de gaz, l’autonomie est de 1h30 en moyenne, ce qui vous fait 4 jours d’autonomie en comptant 20 min par jour. Il existe des cartouches de différentes capacités : 100 à 450 g de gaz.

Puissance

Les réchauds à gaz actuels sont assez puissants : entre 2000 et 3000 W pour la plupart.

Facilité d’utilisation et sécurité

Ce sont les réchauds à la fois les plus simples d’utilisation et les plus sécurisants.

Réglage de la flamme

Ce sont les plus précis en termes de réglage de la flamme. C’est très utile pour faire revenir des petits oignons dans de l’huile d’olive sans tout faire cramer. 🙂

Stabilité

Ce ne sont pas les plus stables sauf ceux à cartouche déportée

Prix

Leur prix d’achat est raisonnable. On trouve de nombreux modèles entre 30 et 60 euros mais ça peut dépasser les 100 euros. En revanche le gaz n’est pas bon marché. Le prix moyen d’une cartouche de 230 g est de 5-6 euros

Avantages :

-Très facile d’utilisation et fiable
-Puissant
-Assez léger
-Réglage de la flamme précis
-Aucun entretien
-Ne noircit pas la popote
-Peuvent s’utiliser sous l’avancée de la tente ou à l’intérieur d’un bâtiment

Inconvénients :

-Pas toujours facile de trouver des cartouches de gaz selon la destination
-Les cartouches de gaz ne peuvent pas être transportées en avion
-Mauvais fonctionnement par temps froid (même si certains mélanges marchent un peu mieux que d’autres)
-On se retrouve souvent avec des cartouches à moitié vides
-Prix des cartouches assez élevé

Pour quel usage sont-ils faits ?

C’est le réchaud idéal pour les voyages assez courts (1 à 3 semaines) et proche de la civilisation pour pouvoir se ravitailler en gaz.

Mon expérience

J’ai un réchaud Camping Gaz depuis des années d’une puissance faible (1300 W).
Je l’utilise pour mes randonnées d’une à deux semaines à vélo en France, voire en Europe. Ou pour les petites randonnées en kayak. L’eau met un peu de temps à bouillir mais j’y suis habitué, 🙂 J’ai également un réchaud Primus que j’avais acheté pour aller en Australie, un truc simple de puissance moyenne dont je suis content. Mon avis c’est que, si vous ne comptez pas barouder dans des conditions climatiques défavorables, il ne faut pas trop se prendre la tête sur la puissance. Faites surtout attention aux types de cartouches que vous pourrez trouver sur place.

Les réchauds multi-combustibles

réchaud multi-combustible

Souvent appelés « réchauds à essence », ces réchauds fonctionnent avec tous les carburants : essence C, essence sans plomb 95 ou 98, diesel/gazole, pétrole, kérosène.
L’essence C est le combustible le plus propre, il est donc à privilégier pour éviter les mauvaises odeurs et l’encrassement.

Principe de fonctionnement :

Ces réchauds sont constitués d’un brûleur et d’une bouteille avec pompe intégrée. Les deux parties sont reliées par un flexible.
On met le combustible sous pression en actionnant la petite pompe manuelle.
On ouvre légèrement la vanne pour imbiber la mèche du brûleur de combustible.
On allume avec un briquet, on laisse le réchaud préchauffer pendant 1 minute environ (flamme jaune) et avant que la flamme ne s’éteigne, on ouvre à nouveau la vanne, la flamme devient bleue et puissante.
Il faut parfois repomper 1 ou 2 fois selon le temps d’utilisation pour maintenir la puissance du feu.
Si vous stoppez le réchaud il faudra attendre quelques minutes qu’il refroidisse, puis repasser par la phase de préchauffage.

Il y a 2 types de réchauds multi-combustibles :
-Les réchauds multi-combustibles classiques
-Les réchauds multi-combustibles polyvalents (ils fonctionnent avec tous les combustibles dont on vient de parler mais aussi avec des cartouches de gaz à valve filetée.

Disponibilité du combustible

On trouvera toujours un combustible approprié, n’importe où, tant qu’il y a des hommes.
Ce type de réchaud permet de ne pas se poser de question à ce niveau-là.

Poids et encombrement

Ces réchauds sont un peu plus lourds et un peu plus encombrants que des réchauds à gaz, comptez environ 400g pour le brûleur + 200g pour la bouteille de 0,6 L et 600g de combustible.
Total : 1,2 Kg pour environ 6 jours d’autonomie.

Autonomie

Cela dépend de la quantité de combustible que vous prenez avec vous. Comptez environ 2 heures d’autonomie avec une bouteille d’essence de 0,6 L. Ce qui vous donne 6 jours d’autonomie à raison de 20 min par jour. Sans compter la facilité de ravitaillement, dans n’importe quels magasins ou stations-services, dans le monde entier.

Puissance

Les réchauds multi-combustibles sont puissants : entre 2600 et 3000 W pour la plupart.

Facilité d’utilisation et sécurité

Ce ne sont pas les plus faciles à utiliser, ni les plus sécurisants. Comme expliqué ci-dessus, ils nécessitent un temps de préchauffage et provoquent une flamme assez haute au démarrage.
L’allumage ne doit surtout pas être fait sous l’avancée de la tente (vous risquez de ne plus avoir de maison…). Une fois la phase de préchauffage finie, la flamme devient petite et bleu, on peut à ce moment envisager de le mettre sous l’avancée en cas de mauvais temps, avec beaucoup de précaution tout de même…

Réglage de la flamme

Il y a peu de réglage de la flamme avec un temps de réponse important sur la plupart des réchauds.
Mais certains sont dotés d’un vrai réglage (se rapprochant de la précision de celui d’un réchaud à gaz). N’hésitez pas à écrire un petit retour d’expérience dans les commentaires si vous utilisez ce type de réchaud doté d’un réglage précis…

Stabilité

Ils sont en général assez stables car le brûleur est assez bas.

Prix

Réchauds plus chers à l’achat que les réchauds à gaz, mais ils sont beaucoup moins chers à l’usage, car le combustible est bon marché. Compter entre 100 et 200 euros.

Avantages :

-Combustibles disponibles partout dans le monde et pas cher
-Fonctionne très bien par temps froid
-Très bon rendement
-Large donc stable

Inconvénients :

-Complexe à utiliser (préchauffage)
-Dangereux
-Nécessite un peu de maintenance
-Il faut parfois changer d’injecteur quand on change de type de combustible
-Réglage de la flamme moins précis que le gaz
-Lourd
-Cher à l’achat
-Mauvaises odeurs et dépot de suies noires sur le brûleur
-Nécessité d’avoir quelques petites pièces de rechange (joint, injecteurs…)

Pour quel usage sont-ils faits ?

Ces réchauds sont utilisés pour les expéditions en zones froides (montagnes et régions polaires) ou pour les voyages au long cours à vélo par exemple. D’une manière générale, ils sont adaptés pour les voyages où les cartouches de gaz seront difficilement disponibles. Par contre ils ne seront pas vraiment adaptés pour la marche à pied en raison de leur poids.

Mon expérience

J’ai un réchaud multi-combustible de la marque MSR que j’ai utilisé pendant 2 ans lors de mon tour du monde à vélo. Une fois habitué ce n’est pas si dur à utiliser. Il faut juste faire attention à ce qu’on fait et ne surtout pas l’allumer sous la tente (la première flamme peut être haute).
J’ai entendu parler de plusieurs expéditions arrêtées prématurément à cause d’une tente brûlée…
J’ai dû le démonter et le nettoyer une seul fois en deux ans + quelques graissages de joints.
Bref une merveille de fiabilité. Et pourtant je n’ai utilisé que de l’essence sans plomb 95 qui n’est pas la plus propre. On se ravitaillait dans les stations-services classiques, ou dans certains pays comme en Afrique par exemple, à des vendeurs ambulants qui vendent de l’essence en bouteille plastique au bord de la route.

Les réchauds à alcool

Réchaud à alcool

Ce sont les réchauds les plus légers qui existent mais aussi les moins puissants.

On peut en construire un soit même avec une cannette de soda pour 0 euros. Haaa, là j’en vois pleins qui ouvrent de grands yeux ! Patience je vous en parle un peu plus bas:).

Principe de fonctionnement

Il y a 3 types d’alcool : liquide (alcool à brûler), en gel ou solide (en tablette)
-Avec de l’alcool liquide ou en gel : on verse quelques centilitres d’alcool dans le réchaud, on enflamme et après quelques secondes de préchauffage la flamme devient bleue et puissante.
-Avec de l’alcool solide : il suffit de placer la tablette sur son support et de l’allumer.
Certains réchauds à alcool sont vendus en kit avec le brûleur, le pare-vent et la popote.

Disponibilité du combustible

L’alcool liquide est disponible très facilement dans n’importe quel magasin. Les tablettes sont plus rares.

Poids et encombrement

C’est le type de réchaud le plus léger et le plus petit (10g pour le réchaud fabriqué maison, 30g pour les autres) + 250g environ pour 6 jours d’autonomie (voir moins avec de l’alcool solide).
Total : moins de 300g

Autonomie

Comptez environ 0,2 à 0,3 L pour une petite semaine à deux. Sans compter la facilité de ravitaillement, dans n’importe quels magasins.

Puissance

Ce sont les réchauds les moins puissants, comptez environ 5-6 min pour faire bouillir 0,5 litre d’eau dans de bonnes conditions (ce qui est suffisant pour un plat lyophilisé).

Facilité d’utilisation et sécurité

Ils sont plutôt faciles à utiliser mais toutefois plus dangereux que les réchauds à gaz.

Réglage de la flamme

Il n’y a pas de réglage possible. Mais de toute façon, ils ne sont pas très puissants et on se contentera de faire chauffer de l’eau ou éventuellement réchauffer une conserve…

Stabilité

Ce n’est pas leur point fort car ils sont en général, petits et légers.

Prix

Faible à l’achat : entre le prix d’une canette de soda pour les adeptes du bricolage, et 10 à 50 euros en moyenne (jusqu’à 150 euros pour les plus chers)
A l’usage le prix de l’alcool est faible.

Avantages :

-Simple d’utilisation
-Aucun entretien
-L’alcool se trouve facilement partout dans le monde
-Le plus léger
-Pas cher
-Très économique (que ce soit à l’achat ou pour le combustible)

Inconvénients :

-Puissance plus faible que les réchauds à gaz ou multi-combustibles
-Peu performant en cas de vent ou de froid
-Pas de réglage de flamme
-Noircit très légèrement la popote (pour l’alcool solide uniquement)

Pour quel usage sont-ils faits ?

Ces réchauds sont plutôt faits pour la MUL (Marche Ultra Légère). On se contentera de faire chauffer de l’eau pour des repas lyophilisé, des pâtes chinoises, de l’avoine…

Mon expérience

Donc j’y viens à ce réchaud gratuit ! J’ai tenté par deux fois de me construire un réchaud “P3RS” avec une canette de soda (sur les bons conseils de François du blog “Randonnée Malin” voir son l’article avec la vidéo ici) mais je n’ai jamais réussi à emboîter correctement les deux parties. Là, je me sens un peu nul en écrivant ces lignes… Toujours est-il que je ne vais pas abandonner de sitôt. Il faut juste que je trouve le temps de le faire. Alors si quelqu’un à un petit conseil pour réussir cette étape je suis preneur:)

 Sinon j’ai un petit réchaud à alcool solide en titane de la marque Esbit (12 grammes et pas cher).

Je l’ai utilisé pendant ma randonnée sur le GR 223 (le tour de Minorque à pied) voir mon article ici.

He bien j’ai été plutôt surpris, car ça marche plutôt pas mal pour chauffer de l’eau dans de bonnes conditions météo (c’est à dire température autour de 20°C et pas trop de vent).

Je pourrais vous faire un retour plus détaillé sur ce réchaud dans un prochain article. Si cela vous intéresse… Dites-le moi dans les commentaires !

Les réchauds à bois

Réchauds à bois

Ces réchauds sont prévus pour les hommes et les femmes des bois, qui aiment être en phase avec la nature :). Ils vous apportent également une grande autonomie, pourvu que vous soyez dans une zone où la ressource en bois ne manque pas !

Principe de fonctionnement

C’est simple, on ramasse du petit bois, on prépare son foyer dans le réchaud et on allume, puis on entretient le feu. Ca demande un peu d’expérience apparemment…
Certains modèles ont une double paroi pour optimiser le rendement.
Certains modèles peuvent utiliser de l’alcool liquide ou solide (Par exemple dans le réchaud Kuenzi on peut mettre un brûleur à alcool des marques Trangia ou Tatonka. On peut mettre aussi de l’alcool solide de type Esbit).
Certains modèles ont un petit ventilateur alimenté par une pile pour optimiser le rendement, mais je trouve que ça perd de son charme du coup !

Disponibilité du combustible

Infini tant qu’on est proche d’une zone boisée.

Poids et encombrement

Il y a de tout, du modèle pliable de 200g à l’encombrant de 900g.

Autonomie

Tant qu’il y a du bois tout va bien.

Puissance

Ces réchauds sont moins puissants que les réchauds à gaz ou multi-combustible.
Mais plus puissants que les réchauds à alcool.
Ils permettent de cuisiner normalement (c’est à dire cuire des pâtes, du riz ou faire revenir des petits oignons par exemple).

Facilité d’utilisation et sécurité

L’allumage demande un peu de méthode. Ils sont plus dangereux que les réchauds à gaz.

Réglage de la flamme

Pas vraiment de réglage, la puissance varie en fonction de la flamme ou des braises.

Stabilité

Il y a de tout mais ils sont souvent assez stables.

Prix

Comptez entre 35 et 150 euros.
On peut également en fabriquer un soit même dans une boite de conserve, mais je n’ai pas testé.
Le combustible est ensuite gratuit.

Avantages :

-Le bois est gratuit et abondant (en fonction de la zone géographique)
-Autonomie infinie tant que vous êtes dans une zone boisée (Une quantité de bois faible suffit)
-Pas besoin de transporter le combustible
-Convivial et ludique

Inconvénient :

-Il faut trouver du petit bois et entretenir le feu
-L’allumage peut être délicat (surtout si le bois est mouillé)
-Ils ne sont pas utilisables en zone dépourvue de bois (désert, haute montagne)
-Salit la casserole (suie noir sur le fond, il faut un étui, ou pouvoir la nettoyer avec de l’eau ou du sable)
-Peu de réglage

Pour quel usage sont-ils faits ?

Pour des aventures en milieu sauvage, là où on ne va pas trouver facilement de gaz ou d’essence. Je pense que l’utilisation d’un réchaud à bois correspond surtout à une manière de voir l’aventure.

Mon expérience

Je n’ai aucune expérience du réchaud à bois. Mais ça me tente bien de tester pour me faire un avis, car je vois beaucoup d’avis contradictoires. Apparemment soit on aime soit on n’aime pas, mais j’aime bien l’esprit… Si vous utilisez déjà un réchaud à bois n’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires…

Le feu classique

Feu de camp

C’est l’étape supérieure après le réchaud à bois. Pour les minimalistes.

Principe de fonctionnement :

Je fais un feu et je me débrouille pour faire tenir ou suspendre ma popote au-dessus des braises.

Disponibilité du combustible

Le bois est disponible à volonté en zone boisée, mais indisponible ailleurs (désert, haute montagne)

Poids et encombrement

0 grammes ! Il n’y a rien à transporter (à part un briquet, des allumettes ou une pierre à feu pour les experts:)

Autonomie

Infinie, tant qu’on a pas brûlé toute la forêt 🙂
Mais attention le bois est une ressource naturelle précieuse, économisez-là !

Puissance

Rendement moyen, essayez d’attendre qu’il y ait des braises bien rouges pour obtenir une chauffe optimale.

Facilité d’utilisation et sécurité

C’est assez long à mettre en œuvre. Il faut d’abord ramasser le bois, préparer le feu, l’allumer, l’alimenter, puis attendre qu’il y ait des braises. Pendant ce temps-là, il faudra fabriquer un support pour installer votre popote. Bref, il y en a bien pour une heure minimum, mais c’est parfois sympa de jouer à l’homme des bois. 🙂

En plus vous sentirez bon le feu de bois le lendemain matin (vous et vos habits). Cela ne plaira pas forcément aux gens propres et civilisés que vous croiserez dans la prochaine ville où vous ferez étape…Mais au moins vous aurez de supers souvenirs !

Votre popote sera également toute noire de suie sur le dessous. Il faudra donc soit la rincer soit la mettre dans un étui. En cas de pluie ou de forte humidité, vous pouvez rencontrer des difficultés à l’allumage.

Les grillades de poissons ou de viandes et les pommes de terre grillées dans de l’aluminium sont les aliments les plus simples à cuire au feu de bois. Il peut être utile d’avoir une petite grille.

ATTENTION : Vérifiez bien que vous avez l’autorisation de faire du feu. Cela est de plus en plus interdit. Faites également très attention aux risques d’incendies. Vous devez maîtriser la taille de votre feu. Ayez toujours de l’eau à proximité au cas où et ne faites pas de feu par temps chaud, sec et venteux.
Attention aussi à faire votre feu loin de votre tente, et même à distance, attention au sens du vent qui ne doit pas être dirigé vers votre tente (un tison pouvant suffire à enflammer ou au moins à endommager le tissu synthétique de votre tente).

Réglage de la puissance

Le réglage est possible si vous installez un support réglable en hauteur, sinon il faut attendre le bon moment.

Stabilité

Cela dépend de votre installation 🙂

Prix

0 euros (à part un briquet, des allumettes ou une pierre à feu pour les experts:)

Mon expérience

J’ai personnellement l’habitude de faire du feu par plaisir, pour se réchauffer ou pour griller des Chamalo. 🙂 J’ai parfois grillé du poisson fraîchement pêché lors de raid en kayak.
J’ai testé une fois avec succès le réchauffage d’une boite de cassoulet au feu de bois.

Les bonnes questions à se poser !

Les 4 questions primordiales :

Quels sont les combustibles disponibles là ou je pars ?

Quel poids et quelle taille de réchaud je peux/veux transporter ?

De quelle autonomie ai-je besoin ?

Ai-je besoin d’un réchaud puissant ou non ?

Les autres questions :

Est-ce que je veux à tout prix un réchaud facile à utiliser ?

Pour combien de personnes je veux cuisiner ?

Est-ce important pour moi d’avoir une intensité de flamme réglable ?

Est-ce que la stabilité est un critère important pour moi ?

Quel est mon budget ?

Si vous êtes arrivé à la fin de cet article c’est que le sujet vous intéresse !

Pour résumer tout ca je vous ai fait un tableau comparatif pour vous aider dans votre choix. Cliquez ici pour me le demander.

j’espère que ces informations vous seront utiles pour y voir plus clair et faire le bon choix !

Ce blog est ouvert, donc si vous avez des remarques, si vous n’êtes pas d’accord avec ce que j’ai dit, si vous avez des questions, si vous avez des expériences particulières avec un type de réchaud, vous pouvez laisser un commentaire ! Merci 🙂

Recherches utilisées pour trouver cet article :test rechaud deporte, réchaud canette mèche, quel est les capaccités dun réchaud à pétrole, pied pour cartouche réchaud, meilleur rechaud pour camping, meilleur rechaud gaz deporte, meilleur rechaud gaz, comparatif réchaud multicombustible, comparatif réchaud gaz randonnée, comparatif rechaud 2017
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  

4 Comments

  1. Conseil : pour réchauffer une conserve au feu de bois, penser à retirer l’étiquette en papier au préalable ! Et ouvrir le couvercle de la boîte avant de la réchauffer :).

  2. Bonjour j’ai eu quelques précisions d’olivier concernant le BTU, voici son message :

    “Le BTU ; Vivant au Canada je suis en plein dedans ! D’abord l’acronyme “British Thermal Unit” est une unité d’énergie et non de puissance. Le mot BTU pour un réchaud est un abus de langage, on devrait dire BTU par heure (BTU/h ou BTU/hr), qui est une puissance. 1000 BTU/h égal 293 watts. Il s’agit d’une simple conversion d’un système à l’autre, et il n’y pas d’autres points qui rentrent en compte, comme vous semblez en douter.
    Votre blog est très bien fait et intéressant, félicitations et bonne continuation ! Olivier.”

  3. Bonjour,
    Je crois que tout a été dit!
    Une remarque concernant le rechaud a essence : On a systematiquement les mains sales de suie et qui sentent l’essence. C’est un peu usant.
    D’experiences, j’ai vu des tourdumondistes rouler uniquement avec du gaz (!) et d’autres avec du bois (!!!) c’est donc un choix vraiment perso. Quand on est a deux, on a plus de tolérerance pour les situations qui prennent du temps. Quand on est seul, on aime se faire cuire un peu d’eau rapidement.

    • Bonjour Jeff,

      Je suis plutôt d’accord avec toi. C’est vrai qu’un réchaud à essence est plus sale qu’un réchaud à gaz.
      Cela dit, j’ai utilisé un réchaud à essence lors d’un tour du monde à vélo de deux ans et ça ne m’a pas posé de problème.
      J’utilisais un chiffon pour envelopper le brûleur et j’utilisai ce chiffon pour déplier les pieds du brûleur.
      De cette manière je n’avais (presque) jamais les mains sales, à cause de la suie.
      C’est sûr on peut partir faire un tour du monde à vélo avec du gaz, mais il faut gérer son stock en permanence 🙁
      Alors qu’avec l’essence, il suffit de passer devant une station service et hop on rempli la bouteille ! 🙂

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*